KARIERA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Système matrimonial et règles de parenté

La forme de présentation choisie par l'auteur est la suivante :

A, B, C, D, représentent des groupes (le terme proposé est section) en relation matrimoniale privilégiée deux par deux (le signe = est celui de l'échange de femmes entre deux groupes de gens se considérant chacun comme constitué de frères, frères dits classificatoires parce qu'ils ne sont pas nécessairement de même père et de même mère). La flèche indique la relation entre une mère et son fils, de telle façon qu'un homme A soit le fils d'une mère C et soit obligé d'épouser une femme B, de même qu'une femme D est à la fois la fille d'une mère B et l'épouse d'un homme C. Les combinaisons sont ici en nombre fini. Ce mécanisme est à l'origine d'un système de parenté dont la construction épouse la logique du modèle ci-dessus, du moins si l'on raisonne en termes généalogiques. Le type de mariage pratique est celui où Ego masculin épouse sa cousine croisée (fille du frère de la mère ou fille de la sœur du père) et donne sa sœur, en échange, comme épouse au frère de sa femme. George Peter Murdock (Social Structure, New York, 1960) a montré que le mécanisme des sections s'établissait à partir du moment où Ego n'appartient ni au groupe matrimonial de son père, ni à celui de sa mère, ni à celui de son fils, ni à celui de sa fille. Il y voit l'intersection d'un système à deux moitiés patrilinéaires et d'un autre, plus courant, à deux moitié matrilinéaires.

Le  schéma  en  tores,  proposé  par Georges Guilbaud, permet de rendre compte aisément de toutes les conséquences du système (figure ci-dessous). Soit deux cycles féminins concentriques de sens contraires, chaque arc orienté représentant un individu se déplaçant entre deux mariages (les points d'intersection ou nœuds) : l'un, celui de ses parents, d'où sont issus l'intéressé et sa sœur, l'autre, le sien propre, d'où sont issus à leur tour deux enfants, un fils et une fille. Il suffit de désigner un des arcs orientés comme Ego (ou chacun de ses frères) pour déterminer qui épousera qui [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur au Muséum national d'histoire naturelle, directeur du laboratoire d'ethnologie, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses : religions de l'Océanie)

Classification

Autres références

«  KARIERA  » est également traité dans :

PARENTÉ SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 8 724 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Échange restreint, échange généralisé »  : […] La distinction entre échange restreint et échange généralisé est due à Lévi-Strauss et permet de dégager trois formes de mariage entre les cousins croisés. « Nous comprenons sous le nom d'échange restreint tout système qui divise le groupe, effectivement ou fonctionnellement, en un certain nombre de paires d'unités échangistes telles que, dans une paire quelconque X − Y, la relation d'échange soit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GUIART, « KARIERA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kariera/