BLIXEN KAREN (1885-1962)

Une œuvre démoniaque ou mystique ?

Ce qui frappe d'emblée chez Karen Blixen, c'est un trait qui remonte certainement à ses lointains ancêtres scandinaves : un respect quasi religieux de la Nature, qui entraîne une humble soumission à ses arrêts. Car nous avons perdu nos repères et notre bien le plus précieux en nous coupant d'elle : notre orgueil a refusé la condition sine qua non de notre bonheur, à savoir l'acceptation du plan divin sur notre personne. À cela, nous avons préféré une vision petite-bourgeoise marquée du sceau d'un matérialisme stupide et cupide. C'est en particulier ce que lui a appris son expérience africaine, telle qu'elle la présente dans son chef-d'œuvre, La Ferme africaine (Den afrikanske Farm, 1937), ouvrage qui connut immédiatement un succès mondial. Elle y présente le monde noir vivant en accord avec lui-même et acceptant son destin, tout en s'adaptant admirablement à son milieu naturel. Les Noirs savent d'instinct ce que les Européens ont oublié : « que Dieu et le diable sont un, que leur majesté est également grande, leur splendeur, également éternelle ». Bonheur et malheur, joie et souffrance appartiennent à titre égal à la vie ; la fierté de l'homme est de s'accorder volontairement aux vues providentielles. On trouve donc dans toutes les œuvres de Karen Blixen la célébration de valeurs telles que le courage humain, la fierté, l'honneur et le devoir. Ne cherchons pas trop des justifications luthériennes à cette attitude : Karen Blixen était de plain-pied avec ce que nous appellerions ses racines ou son patrimoine ancestral. C'est ce qui lui fait écrire à son frère Thomas, en février 1918 : « Je crois que, pour donner en échange quelque chose à quelqu'un, la vie exige qu'on l'aime sous tous ses aspects, et non pas seulement certains de ses côtés ni seulement ses propres idées et idéaux ; et quand tu parles de ma conception de la vie, je n'en ai pas d'autre que celle-ci. »

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Régis BOYER : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Karen Blixen

Karen Blixen

Karen Blixen

Avec La Ferme africaine (1937), Karen Blixen a fait de sa vie une légende. Dans cette…

Autres références

  • DANEMARK

    • Écrit par Marc AUCHET, Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, Jean Maurice BIZIÈRE, Régis BOYER, Georges CHABOT, Universalis, Lucien MUSSET, Claude NORDMANN
    • 19 519 mots
    • 14 médias
    ...prosateurs, Jacob Paludan (1896-1975), romancier et essayiste. Ils disent tous leur désarroi en face d'un monde sans foi ni loi. Mais la grande Karen Blixen (1885-1962), prosatrice de première force (La Ferme africaine, 1937), domine le paysage, ne serait-ce que par son génie de l'occulte et du fantastique,...
  • LA FERME AFRICAINE, Karen Blixen - Fiche de lecture

    • Écrit par Régis BOYER
    • 692 mots

    L'adaptation cinématographique de Sydney Pollack en 1986 (Out of Africa) a faussé les perspectives dans lesquelles la Danoise Karen Blixen (1885-1962) rédigea en 1937 ce roman autobiographique. Elle y dépeint sa vie au Kenya et surtout sa découverte de la véritable nature, celle des lieux comme...

Voir aussi