KAPITSA PIOTR LEONIDOVITCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien russe né à Cronstadt, connu pour ses recherches sur le magnétisme et la physique des basses températures, qui devaient notamment le conduire à la découverte de la superfluidité de l'hélium II.

Petr Kapitsa

Petr Kapitsa

Photographie

Le Soviétique Petr Leonidovitch Kapitsa (1894-1984) lors de l'inauguration de son laboratoire de Cambridge, en 1933. Retenu en U.R.S.S. en 1934, il y poursuivra ses recherches et obtiendra, en 1978, le prix Nobel de physique. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Après des études à l'Institut polytechnique de Petrograd (Saint-Pétersbourg), où il est lecteur jusqu'en 1921, Petr Leonidovitch Kapitsa se rend en Grande-Bretagne à l'université de Cambridge, où il collabore avec Rutherford. En 1924, il est directeur adjoint des recherches sur le magnétisme effectuées au laboratoire Cavendish. C'est là qu'il réalise un champ magnétique de 500 000 gauss, intensité qui ne sera surpassée qu'en 1956. Il est élu en 1929 à la Royal Society Institution, qui n'avait, en deux cents ans, nommé aucun membre étranger. Le laboratoire Mond est construit spécialement pour lui à Cambridge (1930).

En 1934, tandis que Kapitsa se trouve en U.R.S.S. à l'occasion d'un congrès, son passeport est saisi et, sur ordre de Staline, il est retenu en Union soviétique. En 1935, nommé directeur de l'institut Vavilov de physique de l'Académie des sciences de l'U.R.S.S., il obtient, grâce à l'intervention de son ami Rutherford, que son laboratoire de Cambridge lui soit expédié en Russie. Poursuivant ses recherches sur la physique des basses températures, il découvre alors la superfluidité de l'hélium II (forme stable de l'hélium liquide, au-dessous de 2,17 K) en étudiant ses propriétés de conduction de la chaleur. Il peut alors obtenir la libération de Lev Landau de la prison Lubyanka en déclarant qu'il serait le seul à pouvoir exploiter cette découverte. En 1939, il construit un appareil permettant la liquéfaction de grandes quantités d'oxygène, procédé dont il poursuivra la mise au point pendant la Seconde Guerre mondiale, au profit de l'industrie de l'acier.

En 1946, refusant de travailler au développement des armes nucléaires, Kapitsa tombe en disgrâce. Il est assigné à résidence jusqu'à la mort de Staline (1954). Réintégré alors dans ses fonctions directoriales, il est plac [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KAPITSA PIOTR (1894-1984)  » est également traité dans :

KAPITSA PIOTR LEONIDOVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vladimir CHEVTCHENKO
  •  • 1 055 mots

Physicien, membre correspondant de l'Académie des sciences de l'U.R.S.S. à partir de 1929, membre titulaire à partir de 1939, Piotr Leonidovitch Kapitza est né le 9 juillet 1894, à Kronstadt, d'un père ingénieur et d'une mère femme de lettres et pédagogue. Après des études au collège technique de Kronstadt (1912), Kapitza entre à l'Institut polytec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kapitsa-reperes-chronologiques/

ÉLECTRO-AIMANTS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHABRERIE, 
  • Alain MAILFERT
  •  • 3 345 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Champs magnétiques très intenses »  : […] Les champs magnétiques les plus intenses furent d'abord obtenus en adaptant des pièces polaires tronconiques sur des électro-aimants comportant un circuit magnétique (Henri Du Bois, vers 1890). Aujourd'hui, on utilise presque uniquement des systèmes sans circuit magnétique. Les solutions employées sont différentes suivant qu'il s'agit de champs per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electro-aimants/#i_15257

SUPERFLUIDITÉ

  • Écrit par 
  • Sébastien BALIBAR
  •  • 5 816 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principales étapes de la superfluidité »  : […] L'existence de la superfluidité a été simultanément découverte en décembre 1937 par deux équipes de chercheurs qui étudiaient l'hélium liquide à très basse température, en dessous de 2,2 kelvins (2,2 K = – 271  0 C ; 0 K = – 273,15  0 C) : celle de John F. Allen à Cambridge (Royaume-Uni) et celle de Piotr L. Kapitsa à Moscou (URSS) [Balibar, 2007]. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superfluidite/#i_15257

Pour citer l’article

Agnès LECOURTOIS, « KAPITSA PIOTR LEONIDOVITCH  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kapitsa-p-l/