KAMPAKU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au Japon, la fonction d'empereur ne comporte pas de responsabilité directe, de possibilité de diriger les affaires et d'imposer une opinion personnelle : l'empereur est celui que les bureaux mettent au courant, à qui ses conseillers présentent des décisions. Rivalités et conflits agitent ces conseillers : la politique de la maison Fujiwara au ixe siècle a tendu à l'emporter sur les diverses familles aptes à fournir fonctionnaires et hauts dignitaires et à faire du chef de la maison le conseiller privilégié de l'empereur, écran et intermédiaire entre ce dernier et le reste de la cour. Elle y a réussi en mariant ses filles avec les empereurs, ce qui permet au chef de la maison de prendre la régence en qualité de proche parent de l'empereur, quand celui-ci est un enfant, et en faisant créer la charge — nouvelle et étrangère au système des rangs et des fonctions organisé par le code — de grand chancelier (kampaku) pour les cas où l'empereur est un adulte. L'empereur Kōkō, quand il monte sur le trône en 884, est un prince déjà âgé et dépourvu de toute expérience ; il émet un décret prescrivant à Fujiwara no Mototsune, à qui il doit d'ailleurs sa désignation, de diriger toute l'administration et de prendre connaissance de tous les rapports présentés au trône et de tous les ordres émis en son nom. Cependant, le terme de kampaku, verbe emprunté à l'Histoire des Han et qui signifie « confier les affaires, les faire connaître », n'est pas utilisé dans ce décret. Il paraît en revanche dans le décret donné en 887 par l'empereur Uda pour confirmer Mototsune dans la charge dont il était investi du temps de Kōkō. Cependant, il est possible que l'empereur Uda ait cherché, sur le conseil de certains lettrés de la cour hostiles au développement de la puissance des Fujiwara, à atténuer la portée de cette charge. En effet, le terme chinois akō est employé dans le décret, et Mototsune, éclairé par un lettré de son entourage, considère qu'il a été choisi à dessein, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à l'Institut national des langues et civilisations orientales, professeur délégué

Classification

Pour citer l’article

Francine HÉRAIL, « KAMPAKU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kampaku/