MARKANDAYA KAMALA (1924-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La romancière indienne Kamala Markandaya évoque dans ses œuvres les difficultés que rencontrèrent ses compatriotes contemporains, aux prises avec le conflit entre valeurs orientales et occidentales.

Kamala Purnaiya naît en 1924 à Chimakurti, petit village du sud de l'Inde, dans une famille de l'élite brahmaniste. La jeune femme étudie l'histoire à l'université de Madras, puis travaille comme journaliste. En 1948, elle s'installe en Angleterre et épousera par la suite un Anglais, prenant alors le nom de Kamala Taylor. Elle adopte le pseudonyme de Kamala Markandaya quand elle publie son premier roman, Nectar in a Sieve (1954, Le Riz et la mousson) ; ce récit par une paysanne indienne de sa vie difficile demeure l'un des ouvrages les plus populaires. Le suivant, Some Inner Fury (1955, Quelque secrète fureur), a pour toile de fond l'année 1942, marquée par la lutte pour l'indépendance. Il décrit la relation tourmentée qui unit une Indienne instruite, dont le frère lutte par le terrorisme contre la colonisation britannique, et un fonctionnaire britannique qui s'est épris d'elle. Dans A Silence of Desire (1960, Les Sables chantants), le conflit des valeurs se matérialise dans le cadre du mariage, quand une femme croyante, issue de la classe moyenne, cherche à se faire soigner, à l'insu de son mari, par un guérisseur hindou plutôt que par un médecin.

Dans ses œuvres de fiction, Kamala Markandaya présente systématiquement les valeurs occidentales comme modernes et matérialistes, et caractérise les valeurs indiennes de traditionnelles et spirituelles. Elle examine cette dichotomie dans Possession (1963, traduit sous le même titre en français) : un berger indien devenu artiste est envoyé en Angleterre, où une aristocrate britannique le mène quasiment à sa perte. Parmi les ouvrages suivants de la romancière, citons A Handful of Rice (1966, Une poignée de riz), The Coffer Dams (1969, La Montée des eaux), The Nowhere Man (1972, Le Lépreux dans la ville), Two Virgins (1973), The Golden Honeycomb (1977) et Pleasure City (1982, paru sous le titre Shalimar aux États-Unis). Kamala Markandaya s'éteint le 16 mai 2004 à Londres.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MARKANDAYA KAMALA (1924-2004)  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman féminin »  : […] Les romancières indiennes se font entendre de plus en plus distinctement à partir des années 1950. Kamala Markandaya (1924-2004), dans Nectar in a Sieve (Le Riz et la mousson, 1954), dépeint avec force l'engrenage de la pauvreté et de la déchéance dans un roman qui donne le rôle principal à une mère héroïque seule face à son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_14076

Pour citer l’article

« MARKANDAYA KAMALA - (1924-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kamala-markandaya/