JUSTIFICATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réforme et Contre-Réforme

C'est en grande partie sur la compréhension théologique de la justification que le christianisme occidental se divisa au xvie siècle. D'Augustin à Luther, la justification qui donne le salut a été de plus en plus liée aux conditions de la pénitence. Elle est plus ou moins devenue un processus curatif, un perfectionnisme progressif. Le baptisé reçoit pardon de ses péchés antérieurs ainsi qu'une grâce coopérante, qui opère en lui la satisfaction réparatrice. Ainsi la puissance sacramentelle peut-elle faire naître en lui un véritable mérite (tantôt encore insuffisant : meritum de congruo ; tantôt adéquat : meritum de condigno), sans que l'on puisse cependant jamais assurer de manière absolue que le jugement de Dieu correspondra exactement ici au jugement de l'Église, médiatrice des grâces sacramentelles. Le Moyen Âge, sans cependant jamais renier explicitement l'augustinisme, est une mise en forme scolastique des conditions, détaillées mais jamais assurées, selon lesquelles peut jouer la justification de l'homme par Dieu.

On comprend mieux le réveil théologique de Luther si on le voit comme une redécouverte, à partir de Paul et d'Augustin, de l'absolue gratuité de la justification du pécheur. Née à l'occasion d'une protestation de docteur en théologie contre le trafic des indulgences, la Réforme imposa à nouveau au cœur de la chrétienté la réflexion sur la justification. « Quand quelqu'un est capable de dire : grâce au Christ, qui est ma justification, je suis enfant de Dieu et n'en doute point, bien que je n'aie pas de bonnes œuvres à invoquer (c'est d'ailleurs ce qui nous manque à tous), celui-là croit comme il faut croire. Mais cette grâce est tellement grande que l'homme s'en effraie et qu'il lui devient difficile de croire. Notre foi accorde à Dieu l'honneur de pouvoir et de vouloir faire ce qu'il a promis, à savoir justifier les pécheurs » (Luther, Sur Romains, iv, 5). Pour manifester que cette justification n'est pas une action initiale de Dieu, une grâce seulement prévenante qui serait progressivement remplacée par l'action devenue méritoire de l'homme, mais qu'elle est constamment la grâce gratuite qui nous met en mouvement, Luther forge la fameuse formule : « toujours pécheur, toujours pénitent, toujours justifié », que Karl Barth explique ainsi : « Celui-là [le pécheur] je l'étais et je le suis encore... Celui-ci [le justifié] je le suis déjà et je le deviendrai » (Dogmatique, IV, 1). Afin d'insister sur le caractère gratuit de la justification, l'orthodoxie réformée formula les divers concepts (justitia aliena et forensis). Ces concepts risquaient d'ailleurs, en concentrant l'attention de manière polémique sur les voies de la justification, de faire oublier sa source, le Christ justificateur et vivificateur. Le dogme de la justification par la foi seule risquait de devenir ainsi la source d'une nouvelle scolastique.

Le concile de Trente (1545-1563) répondit à la conception de la justification prônée par la Réforme et donna en fait la première définition dogmatique de l'Église catholique sur la question. La définition de Trente insiste sur le changement (translatio), qui fait de l'homme, né fils du premier Adam, un enfant de Dieu adopté, un héritier de la vie éternelle. « La justification n'est pas seulement le pardon des péchés, mais aussi la sanctification et la rénovation interne par la grâce sanctifiante, en tant que principe permanent de la vie surnaturelle. Par une acceptation volontaire de la grâce et de ses dons, l'homme devient d'injuste juste et d'ennemi ami. » Le baptême est la cause instrumentale de la justification. Le processus de la justification s'appelle renaissance. Il faudrait donc anathématiser « celui qui dirait que l'impie est justifié par la foi seule, au sens où il comprendrait que rien ne serait requis de lui pour accompagner la grâce de la justification et où il ne serait nullement nécessaire qu'il soit ni préparé, ni disposé lui-même à cette grâce par un mouvement de sa propre volonté ».

Tel est l'essentiel des textes [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JUSTIFICATION  » est également traité dans :

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « La crise de la Réforme et le jansénisme »  : […] C'est essentiellement autour du problème de la justification que, au xvi e  siècle, se sont affrontés théologiens catholiques et réformés. Contre une Église qui leur paraît laxiste et corrompue, les réformateurs Luther, Calvin, Zwingli interprètent l'enseignement de l'apôtre Paul à la lumière des théories augustiniennes. Ils en adoptent la plus extrême sévérité, en insistant sur le péché originel, […] Lire la suite

GRÂCE

  • Écrit par 
  • Georges CASALIS
  •  • 4 100 mots

Dans le chapitre « La justification »  : […] Que la grâce du Christ soit salutaire, c'est-à-dire libératrice de l'homme pour une existence nouvelle, cela, dans le Nouveau comme dans l'Ancien Testament, s'exprime par la liaison de la grâce et du pardon  : le génie de saint Paul est d'avoir, dans ses lettres, fait la première synthèse des éléments contenus, à ce sujet, dans le message des communautés, remontant aux paroles mêmes de Jésus. L'a […] Lire la suite

KUHN THOMAS (1922-1996)

  • Écrit par 
  • Alexis BIENVENU
  •  • 2 889 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un pragmatisme non relativiste »  : […] Quoique modérée, la position défendue par Kuhn le conduit à formuler des thèses philosophiques assez radicales, proches d'un certain relativisme – sans lui être cependant totalement acquises. D'abord, Kuhn récuse la distinction de principe entre contexte de justification et contexte de découverte , défendue explicitement par Hans Reichenbach dans Experience and Prediction , et caractéristique de […] Lire la suite

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 932 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'homme devant Dieu »  : […] La Croix nous a fait entrer dans la relation entre Dieu et l'homme. Il faut encore développer cette perspective pour voir apparaître une conception nouvelle de l'homme. La vie de l'homme est un tissu complexe de relations multiples : relations à autrui, au monde, à soi-même, à Dieu. Ces relations ne constituent pas simplement un domaine mis à la libre disposition de l'homme. Elles sont aussi le li […] Lire la suite

MÉTHODISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 944 mots

Dans le chapitre « Tendances caractéristiques du méthodisme »  : […] Le méthodisme se caractérise par l'insistance qu'il met sur la sanctification, par le rôle important qu'il joue au sein de l'œcuménisme et, pour certains, malgré ses efforts d'évangélisation auprès des classes populaires, par une relative timidité en matière sociale. La théologie méthodiste, qui se fonde sur les sermons de Wesley, ne diffère pas, pour l'essentiel, des Trente-Neuf Articles de la Ré […] Lire la suite

PAUL saint (entre 5 et 15-67)

  • Écrit par 
  • Pierre BONNARD
  •  • 6 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'essence de la prédication paulinienne : la justification gratuite »  : […] Cependant, dans cette mobilité foisonnante, on aperçoit, plus ou moins accentué, le sujet constant de la prédication paulinienne. Dire qu'il y est toujours question de Jésus-Christ serait trop facile. Toutes les Églises avec lesquelles l'apôtre a croisé le fer portaient et invoquaient le nom du Christ, comme le montrent les adresses des épîtres. Mais ce n'était pas là pour Paul une garantie de leu […] Lire la suite

PIÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 442 mots

Dans le chapitre « Le fondateur Philipp Jakob Spener »  : […] En 1648-1649, les traités de Westphalie permettent d'assouplir fortement le principe du cujus regio, ejus religio . Désormais, plusieurs territoires vont faire l'apprentissage d'un certain pluralisme confessionnel. Mais cela ne peut faire oublier les durs stigmates de la guerre de Trente Ans : les combats, les épidémies, la sous-alimentation, les migrations, etc., ont fait perdre à l'Allemagne le […] Lire la suite

TILLICH PAUL (1886-1965)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 1 828 mots

Dans le chapitre « Un homme des frontières »  : […] Dans une de ses Réflexions autobiographiques , Paul Tillich, né dans un petit village du Brandebourg, Starzeddel, et mort à Chicago, se définit comme un homme des frontières. Son père était un pasteur luthérien plutôt orthodoxe et conservateur, tandis que sa mère avait le tempérament de sa Rhénanie natale. Tillich entreprit parallèlement des études de théologie et de philosophie qui le détachèrent […] Lire la suite

TRENTE (CONCILE DE)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie tridentine »  : […] Dans l'œuvre du concile de Trente on peut distinguer trois niveaux : celui du dogme, celui de la discipline et, enfin, celui des décrets relatifs à la justice ecclésiastique et aux liens entre l'épiscopat et Rome. Ces décrets suscitèrent des réserves de la part des autorités politiques. Il ne plaisait pas aux rois de France et d'Espagne que le pape fût proclamé « évêque de l'Église universelle ». […] Lire la suite

ZWINGLI HULDRYCH (1484-1531)

  • Écrit par 
  • Jacques Vincent POLLET
  •  • 7 185 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pensée religieuse de Zwingli »  : […] Zwingli a traduit et commenté vingt et un livres de l'Ancien Testament (C.R., XIII, XIV) à l'occasion de la Prophezei , cercle d'études bibliques remplaçant l'office choral et inauguré le 19 juin 1525. La Bible de Zurich (1529) est le fruit de ce travail. Les sermons, dont il ne reste que des notes d'auditeurs (publiées en partie par O. Farner), suivent l'ordre des leçons de la Prophezei . Quelque […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 octobre 2021 Suisse. Rapports de la Finma dans les affaires des « tuna bonds » et des filatures impliquant Crédit Suisse.

Estimant que ces pratiques étaient effectuées « de manière informelle et sans justification valable », la Finma dénonce de « graves violations » du droit de la surveillance, ainsi que « d’importantes lacunes dans [la] gouvernance d’entreprise ». Elle inflige des blâmes à deux employés de la banque et engage une procédure contre trois autres. […] Lire la suite

23 juillet 2021 Bosnie-Herzégovine. Pénalisation de la contestation des génocides.

Le haut-représentant international en Bosnie-Herzégovine Valentin Inzko, usant des pouvoirs législatifs spéciaux que lui confèrent les accords de Dayton de décembre 1995, décide d’introduire dans le Code pénal bosnien des amendements punissant la contestation ou la justification du crime de génocide, du crime contre l’humanité et du crime de guerre tels que la justice internationale les a établis. […] Lire la suite

5-27 mai 2020 Union européenne. Présentation du projet de plan de relance économique.

La Cour de Karlsruhe menace, en l’absence de justification dans les trois mois de la part de la BCE, d’ordonner à la Bundesbank, la Banque centrale allemande, de se retirer de ce programme de rachat de dette. En mars, la BCE a lancé un plan de 750 milliards de rachat de titres, en relation avec la pandémie de Covid-19. Le 8, la CJUE se déclare « seule compétente » pour juger de la conformité aux traités des actes des institutions européennes comme la BCE. […] Lire la suite

3-24 septembre 2019 Royaume-Uni. Annulation de la suspension du Parlement.

Elle juge que cette prorogation « a eu pour effet d’entraver la capacité du Parlement à exercer ses fonctions démocratiques et ce, sans justification rationnelle. » […] Lire la suite

25 mai 2018 Irlande. Référendum sur la libéralisation de l'avortement.

Le projet de loi qui doit être soumis au Parlement autorise l’avortement jusqu’à douze semaines sans justification, jusqu’à vingt-quatre semaines en cas de risque grave pour la santé de la mère, et encore plus tard en cas d’anomalie fœtale. De nombreuses voix en Irlande du Nord appellent à une modification similaire de la législation sur l’avortement, également très restrictive dans cette nation britannique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André DUMAS, « JUSTIFICATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/