JUSTICE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dire le Juste

Quelle que soit l’origine de notre notion du Juste, et aussi hypothétique que soit l’idée d’une origine transcendante de cette idée, les hommes n’ont jamais vécu en parfait accord les uns avec les autres. Toutes les sociétés, à des degrés divers, ont été conflictuelles et ont vu leurs membres s’affronter sur de multiples sujets. Sauf à accepter qu’ils règlent leurs conflits par la violence, et à renoncer du même coup à sortir de l’état de nature, les hommes ont besoin de recourir à des « arbitres » pour régler leurs différends.

Imaginer une société absolument harmonieuse, comme l’ont fait les créateurs d’utopies, peut constituer une fiction dangereuse. Rêver d’un « homme nouveau » a souvent conduit au totalitarisme. À cela, il convient d’ajouter que les transgressions sont non seulement constantes, mais qu’elles sont logiquement nécessaires à la règle. Georges Bataille (1897-1962) formule à ce propos dans son ouvrage L’Érotisme (1957) un argument difficilement contestable : « La transgression organisée forme avec l’interdit un ensemble qui définit la vie sociale. La fréquence – et la régularité – des transgressions n’infirme pas elle-même la fermeté intangible de l’interdit, dont elle est toujours le complément attendu. » Si les transgressions ne peuvent être éliminées, la présence d’un juge les sanctionnant est une exigence essentielle de toute société. C’est ce juge qui fait défaut dans l’état de nature, comme le souligne John Locke (1632-1704) : « Dans l’état de nature, il manque un juge reconnu, qui ne soit pas partial, et qui ait l’autorité de terminer tous les différends, conformément aux lois établies » [...] Il manque ordinairement un pouvoir qui soit capable d’appuyer et de soutenir une sentence donnée, et de l’exécuter » (Traité du gouvernement civil, 1689).

Cependant, si la présence de juges ou d’arbitres est nécessaire, ne se heurte-t-elle pas à deux obstacles majeurs ? Le premier est métaphysique à propos duquel Baruch Spinoza (1632-1677) a développé un raisonnement d’une grande originalité. Juger, remarque Spinoza, c’est inévitablement comparer ce qui est à ce qui aurait pu être. Or qu’est-ce qui nous garantit que ce possible que nous substituons au réel n’est pas le pur produit de notre fantasmagorie ? « Nous ne pouvons concevoir dans un objet aucune imperfection, sinon quand nous le comparons à quelque autre ayant plus de réalité » (Lettre XIX). Croire que le réel pourrait être différent et imaginer une réalité plus proche de la perfection, est-ce compatible avec l’idée d’une rationalité, voire d’une divinité de la Nature, assimilée à Dieu par Spinoza – « Deus sive Natura », « Dieu, autrement dit la Nature », affirme-t-il dans une célèbre formule.

Suffirait-il alors de nous débarrasser du divin ou de l’idée d’une divinité de la Nature, et de proclamer avec Nietzsche la « mort de Dieu », pour résoudre la difficulté ? Il ne le semble pas. Car, si d’un côté nous réglons le paradoxe soulevé par Spinoza, de l’autre nous nous privons de la seule référence incontestable qui pouvait accorder au Juge une infaillibilité. Philippe Lacoue-Labarthe (1940-2007) signale ce second obstacle dans son ouvrage La Fiction du politique (1987) : « Il est sans doute encore possible de répondre à la question : comment juger ? Il ne l’est certainement plus de répondre à la question : d’où juger ? Au nom de quoi et de qui ? Car ce qui fait défaut désormais, ce sont les noms, et d’abord en effet les “noms sacrés” qui, de multiple manière, régissaient, et régissaient seuls, l’espace (public ou non) où se déployait la vie éthique. » Ne sommes-nous pas entrés dans une telle période, où tous les jugements se voient contestés ?

Ces impasses métaphysiques et le besoin de se protéger d’un relativisme mortifère ont conduit certains philosophes contemporains à se mettre en quête de garanties plus modestes, mais néanmoins susceptibles de sauvegarder une idée de la justice qui serait partagée par tous. C’est ainsi que John Rawls (1921-2002) s’est attaché à caractériser les principes de la justice comme étant ceux sur lesquels s'accorderaient des personnes égales délibérant en commun sur les règles devant régir la société issue de leur association, sans qu’elles sachent par avance quelle place elles seraient amenées à y occuper. Par cette fiction du « voile d’ignorance » (Théorie de la justice, 1985), le philosophe américain tente de sauver l’idée de justice dans un contexte d’où toutes les garanties transcendantes et métaculturelles se sont évanouies.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Les derniers événements

5-19 mai 2021 France. Manifestation des policiers devant l'Assemblée nationale.

base, annoncent leur refus de participer à la reprise du « Beauvau de la sécurité » organisé par le gouvernement, qui avait débuté en février. Le 10, le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti et les représentants des syndicats de policiers, réunis à Matignon, conviennent […] Lire la suite

28-29 janvier 2020 Belgique. Position de l'exécutif sur le PKK.

base de la législation antiterroriste. Elle estime que le PKK n’est pas une organisation terroriste, mais est partie prenante dans un « conflit intérieur » à la Turquie. Cette position est conforme à la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne. Le 29, le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin déclare que « la décision de […] Lire la suite

23 mai 2019 États-Unis. Inculpation de Julian Assange pour espionnage.

Justice annonce dix-sept nouveaux chefs d’inculpation à l’encontre du hackeur australien et fondateur de WikiLeaks Julian Assange, arrêté au Royaume-Uni en avril. Washington avait alors réclamé son extradition sur la base d’une simple accusation de piratage informatique. Julian Assange est inculpé d’espionnage pour la publication sur le site WikiLeaks […] Lire la suite

20-21 mars 2019 France. Saisine de la justice par le Sénat dans l'affaire Benalla.

base d’un selfie pris dans un restaurant de Poitiers (Vienne) en avril 2017, pendant la campagne électorale. Alexandre Benalla a déjà été mis en examen en juillet 2018 à la suite de violences commises en marge des manifestations du 1er-Mai à Paris. Le 21, le bureau du Sénat transmet au parquet les cas d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase pour «  […] Lire la suite

25 février 2019 Royaume-Uni. Avis consultatif de la CIJ sur l'archipel des Chagos.

justice (CIJ), invitée par l’Assemblée générale de l’ONU, en juin 2017, à émettre un avis consultatif sur le sort des îles Chagos (archipel de l’océan Indien), invite le Royaume-Uni à « mettre fin à son administration de l’archipel des Chagos, ce qui permettra à l’île Maurice d’achever la décolonisation de son territoire ». En 1965, le Royaume-Uni  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « JUSTICE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-notions-de-base/