JUSTICE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce qui est légal, ce qui est légitime

Peut-on pour autant limiter la justice à l’application, fût-elle nuancée, des lois existantes ? La justice relève-t-elle ainsi seulement de ce que l’on dénomme le « droit positif », une dénomination qui recouvre les lois décrétées à un certain moment de l’histoire par un État particulier, que les philosophes ont longtemps opposé au « droit naturel » qui, lui, prétend à l’universalité ? Répondre par l’affirmative à cette question reviendrait à relativiser le Juste qui ne se distinguerait en rien de la « coutume » vantée par Pascal ? Montesquieu (1689-1755), tout en s’attachant à démontrer en quoi le Droit est enraciné dans des cultures particulières, refuse énergiquement la limitation du Juste au droit positif. Il affirme dans De l’esprit des lois (1748) : « Dire qu’il n’y a rien de juste ni d’injuste que ce qu’ordonnent ou défendent les lois positives, c’est dire qu’avant qu’on eût tracé un cercle, tous les rayons n’étaient pas égaux » (livre I, chapitre 1).

Cette recherche d’un fondement naturel de la justice avait été conduite par Platon au livre I de La République. Bien avant de recourir à l’hypothèse d’un « monde des Idées », qui n’interviendra que beaucoup plus tard dans La République, le philosophe s’efforce de démontrer que, de la justice et de l’injustice, seule la première est universalisable. Il est impossible d’être absolument injuste. « Crois-tu qu’une cité, une armée, une bande de brigands ou de voleurs, ou toute autre société, pourrait mener à bien quelque entreprise si ses membres violaient entre eux les règles de la justice ? » Platon complète un peu plus loin son argumentation en notant : « Ils ne se seraient pas épargnés les uns les autres s’ils eussent été tout à fait injustes ; aussi bien est-il évident qu’il y avait entre eux une certaine justice qui les a empêchés de se nuire mutuellement, dans le temps qu’ils nuisaient à leurs victimes, et qui leur a permis de faire ce qu’ils ont fait. »

Que ce soit en raison de l’impossibilité pointée par Platon d’être absolument injuste, ou du fait de la source métaculturelle de la notion de justice visée par Montesquieu, la justice semble pouvoir prendre appui sur des fondements qui ne dépendent pas uniquement de l’organisation particulière des sociétés. De l’Antigone de Sophocle (495-406 av. J.-C.), qui choisit de s’exposer à la mort plutôt que de respecter une loi lui paraissant inique et qui lui interdirait de donner une sépulture à son frère ayant trahi la cité, jusqu’à L’Homme révolté (1951) d’Albert Camus (1913-1960), l’opposition entre ce qui est légal et ce qui est légitime a traversé les siècles. Pour Camus, « le mouvement de révolte s’appuie, en même temps, sur le refus catégorique d’une intrusion jugée intolérable et sur la certitude confuse d’un bon droit, plus exactement l’impression, chez le révolté, qu’il est “en droit de...”. La révolte ne va pas sans le sentiment d’avoir soi-même, en quelque façon, et quelque part, raison ». Même si ce sentiment d’« avoir raison » peut entraîner des formes de violence qui s’en réclameraient, il paraît impossible de l’effacer de l’esprit des hommes dans lequel il ne cesse de se régénérer.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

5-19 mai 2021 France. Manifestation des policiers devant l'Assemblée nationale.

base, annoncent leur refus de participer à la reprise du « Beauvau de la sécurité » organisé par le gouvernement, qui avait débuté en février. Le 10, le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti et les représentants des syndicats de policiers, réunis à Matignon, conviennent […] Lire la suite

28-29 janvier 2020 Belgique. Position de l'exécutif sur le PKK.

base de la législation antiterroriste. Elle estime que le PKK n’est pas une organisation terroriste, mais est partie prenante dans un « conflit intérieur » à la Turquie. Cette position est conforme à la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne. Le 29, le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin déclare que « la décision de […] Lire la suite

23 mai 2019 États-Unis. Inculpation de Julian Assange pour espionnage.

Justice annonce dix-sept nouveaux chefs d’inculpation à l’encontre du hackeur australien et fondateur de WikiLeaks Julian Assange, arrêté au Royaume-Uni en avril. Washington avait alors réclamé son extradition sur la base d’une simple accusation de piratage informatique. Julian Assange est inculpé d’espionnage pour la publication sur le site WikiLeaks […] Lire la suite

20-21 mars 2019 France. Saisine de la justice par le Sénat dans l'affaire Benalla.

base d’un selfie pris dans un restaurant de Poitiers (Vienne) en avril 2017, pendant la campagne électorale. Alexandre Benalla a déjà été mis en examen en juillet 2018 à la suite de violences commises en marge des manifestations du 1er-Mai à Paris. Le 21, le bureau du Sénat transmet au parquet les cas d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase pour «  […] Lire la suite

25 février 2019 Royaume-Uni. Avis consultatif de la CIJ sur l'archipel des Chagos.

justice (CIJ), invitée par l’Assemblée générale de l’ONU, en juin 2017, à émettre un avis consultatif sur le sort des îles Chagos (archipel de l’océan Indien), invite le Royaume-Uni à « mettre fin à son administration de l’archipel des Chagos, ce qui permettra à l’île Maurice d’achever la décolonisation de son territoire ». En 1965, le Royaume-Uni  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « JUSTICE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-notions-de-base/