JUMEAUX (psychologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La gémellité : une particularité pour le développement psychologique

À partir de la fin des années 1970, plusieurs équipes travaillant aux États-Unis, en France et en Belgique recueillent des données indiquant que les MZ monochorioniques se ressemblent davantage que les MZ dichorioniques dans des tests d’intelligence ou dans des caractéristiques comportementales telles que l’impulsivité, la timidité ou encore la coopération entre pairs. Les différences d’environnement utérin chez les MZ auraient donc des effets à long terme. Cependant, comme le montre une recherche récente réalisée par Dorret Boomsma et ses collaborateurs, portant sur un très large échantillon de jumeaux néerlandais (plus de 9 000 paires), ces différences entre MZ monochorioniques et MZ dichorioniques restent en général de faible ampleur.

La situation est différente quand on compare les MZ et les DZ. Toutes les études confirment que les MZ se ressemblent plus que les DZ pour un grand nombre de caractéristiques psychologiques. Ce fait s’observe à tous les âges de la vie. La ressemblance est plus forte s’il s’agit de tests évaluant l’intelligence en général, ou des fonctions plus spécifiques comme la mémoire ou l’attention, que s’il s’agit de tests ciblant des traits de personnalité (comme l’introversion ou l’anxiété). Pour donner un ordre de grandeur, dans un test classique d’intelligence, la moyenne des différences intrapaires de jumeaux MZ est de l’ordre de six points, pour les DZ elle est de l’ordre de dix points, et pour les personnes prises au hasard elle est de l’ordre de dix-sept points. Ces chiffres sont des moyennes. Il existe donc des DZ qui se ressemblent plus que certains MZ et des MZ qui se ressemblent moins que certains DZ. Parallèlement, et toujours en moyenne, le profil de développement psychologique est beaucoup plus semblable chez les paires de MZ que chez les paires de DZ. Cette forte ressemblance des jumeaux MZ tant pour leur physique que pour les caractéristiques psychologiques fascine au point [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : professeure émérite de psychologie, université d'Aix-Marseille

Classification


Autres références

«  JUMEAUX  » est également traité dans :

JUMEAUX (biologie)

  • Écrit par 
  • Gabriel DUC, 
  • Jean SCHOWING, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • René ZAZZO
  •  • 1 608 mots
  •  • 2 médias

Après avoir suscité un universel étonnement repris fréquemment sous la forme d'interrogations mythiques sur la genèse de l'individu et la singularité de son destin, le phénomène des jumeaux est devenu l'objet d'une investigation scientifique relevant à la fois de la psychologie et de la biologie.C'est selon cette dernière approche qu'on examinera d'abord – avant d'en évoquer les études psychologiq […] Lire la suite

JUMEAUX (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 3 343 mots

Dans toutes les sociétés, la naissance de jumeaux est considérée comme un événement singulier, au même titre que d'autres modalités de l'accouchement, telles que la présentation par le siège ou par les pieds (N. Belmont a montré, pour le fonds indo-européen, la relation de cette dernière présentation avec la gémellité) ou la naissance des enfants « coiffés ». La gémellité a donné lieu à des élabor […] Lire la suite

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 006 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trois filières d'obtention de clones »  : […] Les trois techniques qui permettent d'obtenir des clones sont les suivantes : – Le clonage par séparation de blastomères d'un jeune embryon (fig. 2a). Cette approche met à profit la totipotence des cellules embryonnaires, c'est-à-dire l'aptitude de chacune d'entre elles à assurer seule la totalité du développement embryonnaire et fœtal. L'œuf fécondé, ou zygote, est par définition, une cellule t […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 129 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Anomalies post-zygotiques »  : […] Ce sont plus des « curiosités » que de véritables échecs de la reproduction, comme dans les cas précédents. Les mosaïques . Elles proviennent d'un même zygote chez lequel un accident chromosomique est survenu alors que l'œuf avait commencé à se diviser : par exemple une des cellules nouvelles perd un chromosome (l'Y par exemple, souvent « à la traîne » –  lagging chromosome des auteurs anglo-saxo […] Lire la suite

ENDOMÉTRIOSE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 2 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un tissu utérin devenu ectopique  »  : […] Si on ne s’est pas toujours intéressé à l’endométriose, c’est probablement parce que cette maladie est associée aux règles, sujet encore parfois tabou dans nos sociétés. Même si elle peut altérer considérablement la vie de certaines patientes, il s’agit aussi d’une maladie bénigne. Par ailleurs, la maladie reste difficile à reconnaître, car ses formes d’expression sont très hétérogènes et on ne di […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identité épigénétique et environnement »  : […] L’environnement, tel le régime alimentaire, peut modifier l’activité du génome et même orienter le devenir de la totalité d’un organisme. Chez les abeilles, tous les individus de la ruche descendent d’une même reine fondatrice. Les larves destinées à être ouvrières sont nourries de miel et de pollen tandis que les larves destinées à être reines sont nourries exclusivement de gelée royale. Or, la […] Lire la suite

GAUCHERIE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 464 mots

Le terme « gaucherie » comporte plusieurs sens. Ce terme fait référence au choix de la main gauche pour écrire, mais il signifie également « manque d’adresse ». Les gauchers seraient-ils maladroits, par opposition aux droitiers ? Ou s’agit-il d’une stigmatisation sans fondement dont sont souvent victimes les minorités ? On dit d’une personne qu’elle est gauchère si elle écrit avec sa main gauche […] Lire la suite

HYBRIDATION

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Yves DEMARLY, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 5 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chimérisme lié à la reproduction humaine »  : […] Dans la population des jumeaux dizygotes, frères et sœurs simultanés issus de deux ovocytes et de deux spermatozoïdes différents, l'existence d'une chimère sanguine n'est pas exceptionnelle, puisqu'elle survient dans 8 p. 100 des cas environ, la pratique de la fécondation in vitro ayant en outre considérablement augmenté le nombre des grossesses multiples. Cet échange se produit au niveau du plac […] Lire la suite

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La genèse de l'identité »  : […] Trois grandes phases peuvent être distinguées dans la construction de l'identité, de l' enfance à l'adolescence : l'individuation primaire, l'identification catégorielle, l'identification personnalisante. L'individuation primaire couvre les trois premières années, au cours desquelles l'enfant passe d'activités spontanées élémentaires à des conduites organisées. Au cours de la première année, il ap […] Lire la suite

LATÉRALISATION MANUELLE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 597 mots

Le terme « latéralisation » renvoie au fait que les organes corporels doubles, bien que symétriques en apparence, sont fonctionnellement asymétriques. C’est le cas pour les mains, les pieds, les yeux, les oreilles, organes corporels périphériques qui ne sont pas nécessairement tous latéralisés du même côté. Concernant la latéralisation manuelle (ou préférence manuelle), il est notoire que chacun […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « L'origine des différences individuelles »  : […] On s'est longtemps demandé si les différences entre individus étaient plutôt attribuables à l'hérédité ou plutôt au milieu, et dans quelles proportions. Dès le début du xx e  siècle, et plus particulièrement dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, cette question a donné lieu à des débats et polémiques bien plus idéologiques que scientifiques ; les « héréditaristes » étant le p […] Lire la suite

TRANSPLANTATION D'ORGANES

  • Écrit par 
  • Henri BISMUTH, 
  • Jean-François DELFRAISSY, 
  • Jean DORMONT, 
  • Jean HAMBURGER, 
  • Didier SAMUEL
  •  • 5 602 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Le vocabulaire »  : […] Dans leur sens strict, la transplantation et la greffe diffèrent : la greffe s'applique aux tissus tels que la peau, la cornée ; greffer un fragment de peau d'un individu à un autre individu exige seulement qu'on transfère le greffon sur une surface de dimension égale, où l'on aura au préalable enlevé la peau du receveur ; nulle suture de veine ou d'artère n'est nécessaire ; au contraire, la tr […] Lire la suite

ZAZZO RENÉ (1910-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 963 mots

Le nom de René Zazzo, internationalement reconnu, est associé à la recherche qu'il a effectuée pendant un demi-siècle sur la psychologie des jumeaux, dont il a profondément renouvelé l'approche. Après avoir parachevé ses études à l'université de Columbia en 1933 et, l'année suivante, à la clinique de l'Enfant, auprès d'Arnold Gesell (Yale), pionnier de la psychologie de l'enfant aux États-Unis, c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michèle CARLIER, « JUMEAUX (psychologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jumeaux-psychologie/