JUMEAUX (anthropologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un fait socialement ambivalent

Les représentations, très variables, que se font les différentes sociétés de la naissance de jumeaux doivent être distinguées de l'événement constitué par chacune de ces naissances. Selon le point de vue choisi – discours local ou pratiques effectives –, les naissances gémellaires peuvent être soit valorisées, soit dépréciées. Il arrive ainsi que, dans une même société, les mythes ou les contes célèbrent l'arrivée de jumeaux, alors que la survie de ceux-ci n'est pas assurée – et la chose ne semble pas fortuite – dans la réalité. Une telle naissance a une signification différente suivant qu'elle est envisagée par les parents – soumis à des règles spéciales souvent contraignantes ou coûteuses – ou dans la perspective de l'ordre cosmogonique en fonction duquel une société évalue sa continuité, les jumeaux pouvant représenter l'état originel et idéal de cet ordre.

D'un point de vue comparatiste, on peut construire une échelle où figureraient, à une extrémité, certaines sociétés qui associent la gémellité à la fécondité et aux entités extra-humaines, et pour lesquelles, le groupe de parenté mis à part, les jumeaux sont bienvenus et, à l'autre extrémité, des sociétés qui accordent au phénomène gémellaire une valeur symbolique moindre et qui l'éludent même par la mise à mort, active ou passive, de l'un des jumeaux, ramenant ainsi la gémellité à la normalité d'une naissance unique. Par ailleurs, dans les premières sociétés, le rituel qui est mis en œuvre lors de la naissance et qui réglera éventuellement l'existence entière des jumeaux (ou de l'un d'eux) et des géniteurs (ou de l'un d'eux) revêt des formes variables : il peut ainsi être centré sur la mère, comme chez les Ndembu (Zambie), ou sur les deux parents plutôt que sur les jumeaux eux-mêmes. En fait, une réelle ambivalence caractérise presque universellement les attitudes qu'adoptent, dans la circonstance, les diverses sociétés.

Une naissance gémellaire constitue une perturbation à la fois dans l'ordre social et dans l'ordre symbolique ; elle manifeste un excès inattendu, qu'il convient de traiter rituellement. Cet excès introduit le désordre dans la chaîne de filiation ainsi que dans les positions respectives des aînés et des cadets (on se demandera, question majeure dans des sociétés fortement structurées par le rang d'âge, qui est l'aîné ; ici, c'est le premier des jumeaux, ailleurs le second). Aussi doit-on trouver pour cette naissance surnuméraire (où le multiple s'oppose à l'un) une explication « théorique ». Les sociétés qui valorisent le phénomène l'associent fréquemment, au sein d'une symbolique explicite, à la fécondité, à la reproduction des êtres et des végétaux ou même au commerce. Dans son rapport général avec la fécondité, l'événement peut être envisagé de deux façons opposées : ou bien le signe de reproduction surabondante est « pris à la lettre » et les jumeaux sont symbole de multiplication et de vie ; ou bien cet excès exprime son inverse et devient une menace contre la fécondité, une annonce de mort et de stérilité.

Le fait qu'un accouchement donne le jour à deux enfants équivaut au problème d'une unicité, d'une identité, qui est simultanément duelle. Cela explique que de nombreuses sociétés s'obligent à traiter pareillement l'un et l'autre jumeau, même lors des funérailles de l'un d'entre eux ou des deux, et qu'elles distinguent nettement les naissances multiples des autres naissances « anormales », en les insérant dans un appareil mythique et rituel très dense. Étant souvent un élément de vastes ensembles cosmogoniques, la gémellité manifeste une transgression fondamentale de l'ordre biologique et de l'ordre social. C'est ainsi que les jumeaux sont parfois assimilés à des êtres ou « génies » de brousse, lesquels transgressent les limites de l'ordre normal et ses oppositions entre espace villageois humain et espace « sauvage », non socialisé, animal.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JUMEAUX  » est également traité dans :

JUMEAUX (biologie)

  • Écrit par 
  • Gabriel DUC, 
  • Jean SCHOWING, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • René ZAZZO
  •  • 1 609 mots
  •  • 2 médias

Après avoir suscité un universel étonnement repris fréquemment sous la forme d'interrogations mythiques sur la genèse de l'individu et la singularité de son destin, le phénomène des jumeaux est devenu l'objet d'une investigation scientifique relevant à la fois de la psychologie et de la biologie.C'est selon cette dernière approche qu'on examinera d'abord – avant d'en évoquer les études psychologiq […] Lire la suite

JUMEAUX (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michèle CARLIER
  •  • 2 508 mots

On attribue souvent à sir Francis Galton (1822-1911) la paternité de la « méthode des jumeaux », méthode qui consiste à comparer les jumeaux monozygotes (MZ), issus de la fécondation d’un seul ovule par un seul spermatozoïde, à des jumeaux dizygotes (DZ), issus chacun de la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. À ceci près que, à l’époque, la c […] Lire la suite

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 007 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trois filières d'obtention de clones »  : […] Les trois techniques qui permettent d'obtenir des clones sont les suivantes : – Le clonage par séparation de blastomères d'un jeune embryon (fig. 2a). Cette approche met à profit la totipotence des cellules embryonnaires, c'est-à-dire l'aptitude de chacune d'entre elles à assurer seule la totalité du développement embryonnaire et fœtal. L'œuf fécondé, ou zygote, est par définition, une cellule t […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 135 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Anomalies post-zygotiques »  : […] Ce sont plus des « curiosités » que de véritables échecs de la reproduction, comme dans les cas précédents. Les mosaïques . Elles proviennent d'un même zygote chez lequel un accident chromosomique est survenu alors que l'œuf avait commencé à se diviser : par exemple une des cellules nouvelles perd un chromosome (l'Y par exemple, souvent « à la traîne » –  lagging chromosome des auteurs anglo-saxo […] Lire la suite

ENDOMÉTRIOSE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 2 836 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un tissu utérin devenu ectopique  »  : […] Si on ne s’est pas toujours intéressé à l’endométriose, c’est probablement parce que cette maladie est associée aux règles, sujet encore parfois tabou dans nos sociétés. Même si elle peut altérer considérablement la vie de certaines patientes, il s’agit aussi d’une maladie bénigne. Par ailleurs, la maladie reste difficile à reconnaître, car ses formes d’expression sont très hétérogènes et on ne di […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 974 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identité épigénétique et environnement »  : […] L’environnement, tel le régime alimentaire, peut modifier l’activité du génome et même orienter le devenir de la totalité d’un organisme. Chez les abeilles, tous les individus de la ruche descendent d’une même reine fondatrice. Les larves destinées à être ouvrières sont nourries de miel et de pollen tandis que les larves destinées à être reines sont nourries exclusivement de gelée royale. Or, la […] Lire la suite

GAUCHERIE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 464 mots

Le terme « gaucherie » comporte plusieurs sens. Ce terme fait référence au choix de la main gauche pour écrire, mais il signifie également « manque d’adresse ». Les gauchers seraient-ils maladroits, par opposition aux droitiers ? Ou s’agit-il d’une stigmatisation sans fondement dont sont souvent victimes les minorités ? On dit d’une personne qu’elle est gauchère si elle écrit avec sa main gauche […] Lire la suite

HYBRIDATION

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Yves DEMARLY, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 5 921 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chimérisme lié à la reproduction humaine »  : […] Dans la population des jumeaux dizygotes, frères et sœurs simultanés issus de deux ovocytes et de deux spermatozoïdes différents, l'existence d'une chimère sanguine n'est pas exceptionnelle, puisqu'elle survient dans 8 p. 100 des cas environ, la pratique de la fécondation in vitro ayant en outre considérablement augmenté le nombre des grossesses multiples. Cet échange se produit au niveau du plac […] Lire la suite

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La genèse de l'identité »  : […] Trois grandes phases peuvent être distinguées dans la construction de l'identité, de l' enfance à l'adolescence : l'individuation primaire, l'identification catégorielle, l'identification personnalisante. L'individuation primaire couvre les trois premières années, au cours desquelles l'enfant passe d'activités spontanées élémentaires à des conduites organisées. Au cours de la première année, il ap […] Lire la suite

LATÉRALISATION MANUELLE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 597 mots

Le terme « latéralisation » renvoie au fait que les organes corporels doubles, bien que symétriques en apparence, sont fonctionnellement asymétriques. C’est le cas pour les mains, les pieds, les yeux, les oreilles, organes corporels périphériques qui ne sont pas nécessairement tous latéralisés du même côté. Concernant la latéralisation manuelle (ou préférence manuelle), il est notoire que chacun […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole SINDZINGRE, « JUMEAUX (anthropologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jumeaux-anthropologie/