GRACQ JULIEN (1910-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Palimpsestes

Julien Gracq est vraisemblablement l'écrivain contemporain qui suscite le plus de malentendus depuis ses débuts. Son premier livre, un roman (Au château d'Argol, 1939), paraît la même année que La Nausée : d'emblée, Gracq est hors de toute mode, et, comme son ouvrage est immédiatement salué par André Breton, un premier malentendu s'instaure : désormais, l'adjectif « surréaliste » sera très fréquemment associé à son nom. Gracq a été un compagnon de route du surréalisme, il ne s'est jamais associé aux textes collectifs ; en revanche, il a exprimé à plusieurs reprises une grande admiration pour André Breton, sur lequel il a écrit un essai qui est un bel acte d'indépendance. Dans les années cinquante, en pleine période du nouveau roman, l'écrivain paraît académique à une critique qui se veut également « nouvelle ». La narration expérimentale n'est pas son domaine ; il n'en possède pas moins une stratégie, énoncée dès la fin de l'Avis au lecteur du Château d'Argol : « De même que les stratagèmes de guerre ne se renouvellent qu'en se copiant les uns les autres [...], il semble décidément ratifié que l'écrivain ne puisse vaincre que sous ces signes consacrés, mais indéfiniment multipliables ». L'œuvre de Gracq peut être envisagée comme une vaste répétition, dans le sens kierkegaardien de reprise et de renaissance ; ou comme un palimpseste recouvrant des textes effacés, transformés.

Au château d'Argol est un premier exemple de « palimpseste », qui superpose des textes divers, tous du xixe siècle : Edgar Poe (La Chute de la maison Usher), Wagner (Parsifal), Balzac (Beatrix) et, si le nom d'Argol se trouve sur les cartes, il a été choisi parce que, par métathèse, il provient aussi du plateau d'Orgall, sur lequel est bâti le château des Carpathes. Gracq procède toujours ainsi. Pour Le Roi Cophetua (1968), il s'appuie sur un tableau du peintre préraphaélite Burne-Jones, King Cophetua and the Beggar Maid, dont le sujet provient d'une allusion dans Roméo et Juliette déjà exploitée par Jean Lorrain dans La Princesse des chemins. Gracq double l'œuvre de Burne-Jones d'une gravure de Goya, inverse la composition du peintre, qu'il présente elle-même comme une Annonciation à l'envers, et joue implicitement, à partir de la couleur sombre du roi, sur l'expression de « beau ténébreux », qui lui a servi de titre pour son deuxième roman. Tout récit gracquien est la reprise de récits antérieurs, le travail de l'écriture se réalisant par la transformation, ou l'enfouissement, de textes antécédents.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRACQ JULIEN (1910-2007)  » est également traité dans :

MANUSCRITS DE GUERRE (J. Gracq) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 948 mots

Après s'être chargée en 1995, du vivant de l'auteur, de l'édition des œuvres de Julien Gracq dans la Bibliothèque de la Pléiade, Bernhild Boie a pris l'initiative judicieuse de faire paraître chez José Corti deux cahiers retrouvés dans les archives léguées par l'auteur d'Un balcon en forêt à la Bibliothèque nationale de France après sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-de-guerre-j-gracq/#i_39669

LE RIVAGE DES SYRTES, Julien Gracq - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 941 mots

Publié en septembre 1951, Le Rivage des Syrtes reçut le prix Goncourt que Julien Gracq, âgé de quarante et un ans, refusa. L'année précédente, dans son pamphlet La Littérature à l'estomac, l'écrivain avait brossé une satire des critiques, des maisons d'édition et des prix littéraires. Malgré cette fervente dénonciation de la mise en publicité des livres et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-rivage-des-syrtes/#i_39669

BONNET ANTOINE (1958- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 868 mots

Compositeur français né à Paris le 9 janvier 1958, Antoine Bonnet étudie très jeune le piano, l'harmonie et le contrepoint avant d'entrer au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il fréquente les classes de composition, d'orchestration et d'analyse. Il a notamment pour professeur Ivo Malec, Jacques Casterède et Betsy Jolas. Il obtient les premiers prix d'analyse en 1985, de rech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-bonnet/#i_39669

CORTI JOSÉ (1895-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles GATEAU
  •  • 648 mots

De famille corse installée en Provence et dans la région parisienne, Joseph Corticchiato, dit José Corti, au lendemain d'une guerre courageuse qui le couvrit de médailles, ouvre en 1925 une librairie au 6, rue de Clichy à Paris. L'année suivante, il se lie avec André Breton, son voisin de la rue Fontaine. De cette sympathie vont naître les Éditions surréalistes, plus riches d'espoir que d'argent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-corti/#i_39669

ROMAN - Roman et cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 6 190 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « André Delvaux adapte Julien Gracq »  : […] Le cinéaste André Delvaux a pu dire : « Adapter ne veut rien dire. On part de la matérialité d'une œuvre existante pour aboutir à un autre langage. » Certains vont jusqu'à poser une différence irréductible entre les moyens d'expression, Josef von Sternberg, par exemple : « Il n'y a aucun rapport entre la qualité d'un film et celle d'un roman. » Le parallèle peut être redoutable et servir à affirme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-cinema/#i_39669

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis LEUTRAT, « GRACQ JULIEN - (1910-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-gracq/