JUGEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La philosophie des propositions

La réflexion moderne sur les formes propositionnelles et leur statut, issue des analyses des logiciens, se maintient sur les plans techniques et se dispense des hypothèses sur le lien du jugement avec la subjectivité ou la conscience. Cependant, les points de vue techniques appellent leur problématique propre. Lorsque la fonction relationnelle de la proposition s'est substituée, comme on l'a dit, à la fonction compréhensive du concept, l'entité propositionnelle a pris la place de base dans l'économie des êtres logiques. En effet, les rapports de vérité s'établissent dans la composition ou dans la déduction des propositions ou dans la mise en correspondance de celles-ci avec l'expérience. Avant toute vérification, la proposition est l'unité d'un sens formulable et communicable. D'autre part, elle est la lexis invariante sur laquelle opèrent les quantifications et les prédicats modaux. Toutefois, ces propriétés qui marquent le rôle opératoire des propositions ne lui confèrent pas nécessairement une existence logique indépendante. Il y a là l'amorce d'un problème : un certain « atomisme logique », qui accordait à la proposition une valeur véritable d'élément, a été soumis ultérieurement à des critiques pertinentes.

D'une certaine manière, les philosophies logiques de Frege ou de Russell marquent l'apogée de cette vue atomistique. Il paraît naturel d'assigner à la proposition une signification et une vérité qui lui soient attachées en propre, de lui donner un contenu idéal qui est son sens, et une référence autonome au réel qui est sa vérité. Il semble même, à ces philosophes, que cela soit indispensable pour éviter les écueils d'une conception purement linguistique de l'énoncé et d'une conception purement pragmatique de la certitude. Ils cherchent, dès lors, à délimiter le domaine des propositions fondamentales qui garantissent la vérité des autres propositions : qu'il s'agisse des énoncés décrivant les données immédiates du champ sensible, ou des énoncés dotés d'une évidence axiomatique, ou des postulats concernant le réel qui rendent possibles les inférences inductives. Le savoir est, littéralement, une hiérarchie de propositions, rangées dans l'ordre où les propriétés de base fondent les propriétés construites sur elles.

Cependant la critique logique, comme en témoigne la lecture des ouvrages de Quine, a contesté ces assises de la doctrine. Elle a mis en relief de multiples raisons de « relativité », qui marquent la dépendance de la proposition vis-à-vis des champs linguistiques ou pratiques qui l'englobent, et vis-à-vis des systèmes scientifiques dans lesquels elle prend place. Le sens de la proposition ne dépasse pas le champ d'interprétation ou de traduction de tel ou tel code linguistique. En outre, les propositions sont situées à l'intérieur des systèmes d'expressions comme les mailles d'un réseau dont les recoupements et les interconnexions se renouvellent. Ainsi les systèmes axiomatisés exigent bien la compatibilité des expressions primitives prises comme « axiomes », mais nullement la vérité indépendante de celles-ci. L'effet de relativité s'accroît lorsqu'on considère les théories en devenir : entre les lois interprétatrices et les faits qu'elles interprètent se répercute constamment le mouvement des interprétations. Il faut parler d'un enchaînement de formulations plus ou moins consolidées plutôt que d'une hiérarchie stable des propositions.

La critique atteint même la notion d'un « sens » propositionnel, ou les notions qui relèvent du langage du sens, de l'« intension », comme les notions modales. Ces notions cèdent leur place aux notions proprement syntaxiques ou extensionnelles, qui décrivent l'agencement des formules dans un système et la correspondance de celles-ci avec les classements des objets, car ces notions sont plus maniables pour le calcul logique. Ainsi, lorsqu'on introduit dans une expression les valeurs sémantiques de la croyance ou de la nécessité, il n'est plus possible de réaliser des opérations logiques normales comme la substitution de termes désignant les mêmes objets : les termes « 12 » et « le nombre des apôtres » sont bien équivalents dans leur extension ; mais on ne saurait traduire, sans altérer la vérité, des énoncés comme « il est certain que 12 est supérieur à 7 », « il est nécessaire que 12 soit supérieur à 7 » dans des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université des sciences humaines, lettres et arts de Lille

Classification

Autres références

«  JUGEMENT  » est également traité dans :

ANALYTIQUE PROPOSITION

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 456 mots

Le mot « analytique » a au moins trois sens. 1. Au sens large, une proposition est dite analytique si elle est vraie en vertu de la signification des termes qu'elle contient. La simple considération des significations suffit à donner l'assurance de sa vérité. À ce sens se rattachent le nominalisme de Hobbes, pour qui la vérité nécessaire est telle qu'une proposition analytique est vraie en vertu d […] Lire la suite

ART (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 279 mots

Dans le chapitre « Plaisir et jugement esthétique »  : […] L’individu-artiste a précédé l’individu-spectateur, auquel la philosophie ne s’intéressera qu’à partir du xviii e  siècle. Il appartiendra à David Hume (1711-1776) de se pencher le premier sur la difficile question du goût . S’interrogeant sur les raisons qui nous amènent à juger belle une œuvre que d’autres jugeront médiocre, Hume est le premier à prendre à bras-le-corps la dimension subjective p […] Lire la suite

ATTRIBUTION CAUSALE, psychologie sociale

  • Écrit par 
  • Olivier CORNEILLE
  •  • 961 mots

Afin de mieux comprendre et prédire leur environnement, les individus tentent régulièrement d’identifier les causes responsables d’événements physiques et de comportements sociaux. L’attribution causale concerne les processus psychologiques impliqués dans ce raisonnement. Elle peut également être entendue comme le produit de ce raisonnement (« si Jean a raté son examen, c’est parce qu’il est pare […] Lire la suite

AYER ALFRED JULES (1910-1989)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 1 313 mots

Dans le chapitre « Vers une élucidation du langage scientifique »  : […] Il s'agit de donner au principe de vérification une efficacité mesurée par ce qu'on attend de lui philosophiquement et pratiquement. Éliminer certaine métaphysique comme sécrétion propre du philosophe, fonder la connaissance empiriomathématique contre les attaques sceptiques, fixer le statut des jugements de valeur, des énoncés qui portent sur le passé, l'avenir, les autres esprits ( minds ). Une […] Lire la suite

BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « L'Absolu, impossible et nécessaire »  : […] Après un livre peu connu sur les Présuppositions de l'histoire critique ( The Presuppositions of Critical History , 1874) et après les Études éthiques ( Ethical Studies , 1875), plus connues, le philosophe anglais Bradley – né à Glasbury, mort à Oxford – publie les Principes de logique ( The Principles of Logic , 1883), et surtout Apparence et Réalité ( Appearance and Reality . A Metaphysical Ess […] Lire la suite

BRENTANO FRANZ (1838-1917)

  • Écrit par 
  • Samuel Hugo BERGMAN
  •  • 1 608 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle division de la psychologie »  : […] Une des sections les plus importantes de Psychologie du point de vue empirique – et une des grandes contributions de Brentano à la science psychologique – traite de la classification des faits psychiques. Ceux-ci sont divisés, selon la nature du rapport intentionnel qui les caractérise, en représentations, jugements, phénomènes d'intérêt. On se souviendra que la classification traditionnelle est […] Lire la suite

CONSCIENCE MORALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 1 163 mots

La faculté de formuler des jugements sur la valeur morale des actions humaines, ou conscience morale, a fait l’objet de développements importants en psychologie, notamment depuis la parution en 1932 de l’ouvrage Le Jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget. Au moyen de protocoles d’observation, d’entretiens et de brèves histoires soumises à l’évaluation de ses jeunes participants, Piaget avait […] Lire la suite

CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 042 mots

Dans le chapitre « Le beau et le sublime »  : […] La connaissance ne consiste pas seulement à produire des concepts : il faut encore pouvoir les mettre en relation avec des objets donnés. D'où le rôle déterminant de la faculté de juger, déjà exposé dans la Critique de la raison pure  : soumettre le cas à la règle, « subsumer le particulier sous l'universel ». Mais le jugement ne fait pas que s'exercer au service de l'entendement, il procède aussi […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Du langage ordinaire au langage philosophique »  : […] Que les mots philosophiques en général et le mot « croyance » en particulier comportent plusieurs significations s'explique aisément. D'abord, le langage philosophique, en dépit de son voisinage avec le langage des sciences et de l'attraction exercée par l'idéal d'univocité de ce langage, n'est jamais tout à fait coupé du langage ordinaire dont tous les mots usuels sont chargés de significations m […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT, psychologie interculturelle

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 2 361 mots

Dans le chapitre « Questions de méthode  »  : […] On ne peut pas transférer les procédures de recherche d’un groupe culturel à un autre, sans se poser la question de leur pertinence culturelle. Ainsi, le choix de la langue utilisée dans les entretiens psychologiques peut se révéler déterminant. Par exemple, Raphael M. Nyiti retrouvait les normes statistiques des stades piagétiens en interrogeant dans leur langue les enfants Micmac du Québec alor […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-27 octobre 2021 Pologne – Union européenne. Position controversée de Varsovie sur la prééminence du droit polonais.

Le 19, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dénonce devant le Parlement européen le jugement du Tribunal constitutionnel polonais qui « remet en cause les fondations de l’Union européenne ». Le 27, la CJUE décide, à la demande de la Commission européenne, d’appliquer une astreinte de 1 million d’euros par jour à la Pologne tant que Varsovie ne se sera pas conformé à l’arrêt de juillet lui demandant de suspendre le fonctionnement de la chambre disciplinaire de la Cour suprême. […] Lire la suite

14 octobre 2021 France. Injonction au gouvernement de réparer le préjudice écologique.

Dans un jugement destiné à préciser la mise en œuvre d’une précédente décision rendue en février, le tribunal administratif de Paris enjoint le gouvernement de « prendre toutes les mesures sectorielles utiles de nature à réparer le préjudice écologique » causé par le non-respect des engagements de la France en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, cela « dans un délai suffisamment bref pour prévenir l’aggravation de dommages constatés ». […] Lire la suite

25-31 juillet 2021 Tunisie. Suspension du Parlement et limogeage du Premier ministre.

Privé de son immunité parlementaire, il tombe sous le coup d’un jugement de décembre 2018 le condamnant à deux mois de prison pour des propos injurieux tenus contre l’armée. Le 31, deux députés du mouvement islamo-nationaliste Al-Karama, allié d’Ennahda, Maher Zid et Mohamed Affes, sont arrêtés dans le cadre d’une enquête judiciaire.  […] Lire la suite

30 juin 2021 Bosnie-Herzégovine. Condamnation de collaborateurs de Slobodan Milošević.

Ce jugement avait été annulé en appel en décembre 2015.  […] Lire la suite

4-18 juin 2021 Belgique. Levée de nombreuses restrictions sanitaires liées à la Covid-19.

Le 7, la cour d’appel de Bruxelles infirme le jugement rendu en mars par le tribunal de première instance, saisi par la Ligue des droits humains, et estime que les mesures de lutte contre la Covid-19 adoptées par le gouvernement par voie réglementaire reposent sur une base légale. Elle indique toutefois que les trois lois sur lesquelles le gouvernement s’est appuyé pour prendre les décrets controversés « pourraient être contraires à la Constitution lue avec la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales » et qu’« il paraît aussi douteux que ces lois aient pu donner la compétence à un ministre agissant seul [la ministre de l’Intérieur] d’adopter des mesures qui limitent l’exercice de droits fondamentaux ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Noël MOULOUD, « JUGEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jugement/