JUDAÏSMEDéfis du temps présent

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'identité questionnée

L'antisémitisme persistant

Non sans lien avec ce qui précède, un troisième motif rassemble les juifs autour d'une cause commune par-delà leurs dissensions internes : la lutte contre l'antisémitisme dont on avait pensé, naïvement, que le nazisme l'aurait disqualifié à jamais. Que ce soit sous les formes traditionnelles de l'antijudaïsme chrétien ou musulman, du nationalisme, du racisme, de la xénophobie ou sous les formes renouvelées du négationnisme, de l'antisionisme, de l'islamisme voire d'un certain altermondialisme, l'antisémitisme a refait une apparition remarquée dans les discours et dans les faits. Ce « retour » alimente bien des débats quant à l'évaluation de son ampleur réelle et de sa nature et quant aux analyses et interprétations qu'il convient de privilégier pour en rendre compte de la façon la plus objective. Si l'on est fondé à attribuer aux flambées de violence du Moyen-Orient, nourries par une propagande complaisamment relayée par les médias et Internet, l'origine de certaines des agressions verbales ou physiques visant des personnes, des institutions ou des biens juifs en diaspora, on ne saurait pourtant en rester à ce seul niveau d'analyse. Cet article n'étant pas le lieu d'un tel développement, nous nous bornerons à relever le caractère passionnel des débats autour des formes actuelles des violences antijuives. Ce qu'il convient d'en retenir ici est le fait que, comme le surgissement de l'État d'Israël dans le paysage international et dans la vie juive moderne, cette résurgence de l'antisémitisme et les réactions qu'elle provoque, enjoignent en quelque sorte aux juifs d'assumer une judéité à laquelle ils se voient assignés de l'extérieur.

Mais à l'évidence la solidarité avec Israël, les pratiques mémorielles, la lutte contre l'antisémitisme restent partiellement externes au vécu juif, même si la résonance de chacun de ces thèmes est forte. Ils n'invitent, au mieux, qu'à des pratiques intermittentes et ponctuelles (manifestations, collectes, cérémonies) et n'impliquent pas pour les acteurs l'engagement dans un mode de vie intégralement vécu sur le mode juif, au même titre que le respect des prescriptions alimentaires (la cacherout) ou l'observance du sabbat. Dans les sociétés démocratiques modernes qui constituent désormais le cadre de vie de la quasi-totalité des juifs, ces motifs de mobilisation s'insèrent entre les rubriques d'un agenda social, professionnel et mondain où la dimension juive de l'identité n'est qu'une parmi d'autres, où le fait d'être juif n'unifie plus une vision totalisante du monde, où la conscience de la judéité se mêle à d'autres appartenances, nationales ou sociales, à d'autres engagements, politiques, humanitaires ou professionnels, qui mobilisent d'autres valeurs et d'autres références dont la hiérarchisation varie selon les circonstances. Ce constat vaut pour les juifs américains comme pour les juifs européens. Jusqu'à un certain point il vaut aussi pour les juifs d'Israël, à cette réserve près qu'Israël est aujourd'hui le seul pays au monde où l'on risque quotidiennement de trouver une mort violente dans une action militaire ou un attentat terroriste parce qu'on est juif, une réalité qui fait du maintien d'une identité juive un enjeu existentiel de chaque instant.

Désécularisation ?

Pour autant, l'histoire n'est pas figée et d'autres évolutions notables sont à l'œuvre. Bien qu'elles restent le fait de groupes minoritaires, leur visibilité, leur pénétration dans les institutions communautaires, leur impact enfin, diffus mais réel, sur l'ensemble du monde juif, incitent certains analystes à parler de désécularisation. Il n'est pas inutile de rappeler que, dès le lendemain des émancipations obtenues au cours du xixe siècle, des hommes et des femmes exprimaient déjà leur refus d'une modernité qui mettait radicalement en question les fondements sur lesquels reposaient leurs conceptions religieuses et leurs modes de vie traditionnels. Ils entendaient se préserver de ses effets jugés délétères en s'imposant un séparatisme social strict, une endogamie étroitement contrôlée, une observance rituelle rigoureuse. Les membres de ces communautés très fermées qui aujourd'hui encore privilégient l'entre-soi et se revendiquent les gardiens du judaïsme authentique s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, membre du Centre d'études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR) à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Classification

Autres références

«  JUDAÏSME  » est également traité dans :

JUDAÏSME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 1 276 mots

Le mot « judaïsme » recouvre, de notre temps, des concepts très divers. Il désigne, avant tout, une religion – système de croyances, de rites et de prescriptions morales, fondés sur la Bible, sur le Talmud, sur la littérature rabbinique, souvent combinés avec la mystique ou la théosophie de la kabbale. Les formes principales de cette re […] Lire la suite

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Le judaïsme est une forme de vie religieuse dont la caractéristique essentielle est la croyance à un Être suprême, auteur – de quelque manière qu'on conçoive son action – de l'univers qu'il gouverne par sa providence ; cet Être est censé communiquer avec l'humanité par sa parole révélée, dont les destinataires privilégiés appartiennent, de naissance ou par […] Lire la suite

JUDAÏSME - Les pratiques

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 4 475 mots
  •  • 2 médias

Les pratiques religieuses propres au judaïsme, et au judaïsme le plus actuel, ne se comprennent, dans leurs détails concrets comme dans leur esprit, qu'à partir d'une perspective historique, et spécialement à partir de ce que représentaient le Temple de Jérusalem et son rituel à l'époque biblique et dans la […] Lire la suite

JUDAÏSME - Les institutions

  • Écrit par 
  • Daniel J. ELAZAR
  •  • 4 227 mots

L'organisation juive contemporaine repose sur un mélange d'institutions territoriales et d'institutions non territoriales. Les structures politiques d'un pays servent alors de base, moyennant quelques aménagements, pour l'organisation des communautés locales. Mais les divisions idéologiques du judaïsme mondial constituent, elles aussi, des facteurs significatifs d'organisation, tout comme certains […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 022 mots
  •  • 4 médias

Vers 1760 avant notre ère, un petit clan conduit par Abraham quitte Sumer et vient s'installer en Canaan, entre le Jourdain et le littoral méditerranéen. En 135 après J.-C., à l'issue d'une guerre sans merci contre l'Empire romain, l'État juif antique disparaît. L'histoire des […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 239 mots
  •  • 9 médias

Le mot Juif (ancien français Juiu, Juieu), dérivé du latin Judaeus (grec Ioudaïos), issu de l'hébreu Yehūdī, désigne primitivement les ressortissants du royaume de Juda (940 à 586 av. J.-C.) dont une première mention biblique est faite dans le IIe Livre des […] Lire la suite

JUDAÏSME - Le judaïsme contemporain

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 2 687 mots

Dans l'existence à part et l'autonomie qu'il a eues au cours du temps, le peuple juif avait vécu sous sa propre régulation talmudique et post-talmudique. Le point d'arrivée de cette législation s'est exprimé dans le Shulhan arukh de Joseph Caro (1488-1575), dont on a pu dire qu'il organisait un univers juif en soi, familial et communa […] Lire la suite

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 858 mots
  •  • 6 médias

Les arts plastiques constituent le domaine le plus controversé – mais aussi le moins connu – de la civilisation juive. L'embarras des historiens de l'art pour définir la spécificité des créations artistiques issues de la tradition juive s'explique par l'absence, souvent […] Lire la suite

ADAM

  • Écrit par 
  • André-Marie DUBARLE
  •  • 1 761 mots

En hébreu, le nom commun adam , toujours employé au singulier, signifie « homme » en tant qu'espèce et non en tant qu'individu de sexe masculin. L'étymologie en est discutée. Le récit de la Genèse ( ii , 7) l'a rapproché du mot adamah , « terre », mais c'est peut-être là jeu de mots significatif plutôt qu'étymologie véritable. Ce nom d' adam est employé dans les récits de la création de la Genès […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les religions : de l'animisme aux monothéismes »  : […] Une même évolution, étalée sur une plus longue durée, concerne les religions. L'animisme ancestral, aux pratiques locales très atomisées, a cédé du terrain face aux grandes religions. Mais si l'expansion de l'islam et du christianisme l'a fait reculer, il n'en demeure pas moins pratiqué par quelque 30 p. 100 des Africains. Il reste très vivant, en particulier en milieu rural où il imprègne la vi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Régine AZRIA, « JUDAÏSME - Défis du temps présent », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-defis-du-temps-present/