HERRERA JUAN DE (1530-1597)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les églises

Le rôle prééminent joué par Herrera à l'Escorial a eu pour conséquence de lui faire attribuer toute église castillane du xvie siècle ayant un style suffisamment classique. Il est vrai qu'en Castille le classicisme a beaucoup influencé les églises de village – surtout pour les façades et les tours –, mais Herrera n'a dessiné aucune de ces églises, et d'ailleurs aucune d'elles ne reflète son style. Des centaines de maçons et un grand nombre d'architectes, entrepreneurs ou aparentadores, ont travaillé pendant plus de vingt ans à l'Escorial et ils ont emmené au loin ce qu'ils avaient retenu du style de Herrera. Cette diffusion a pu se faire aussi grâce à des architectes indépendants, comme Nicolas de Vergara à Tolède. Il ne faut pas non plus trop lier à l'Escorial, qui est un bâtiment très particulier, l'architecture religieuse de la Castille. La basilique Saint-Laurent est certes très italianisante, mais Herrera n'a pas repris pour ses autres églises les aspects les plus italiens de cet édifice (plan central, coupole, par exemple).

Basilique de Nuestra Señora del Pilar, Saragosse

Photographie : Basilique de Nuestra Señora del Pilar, Saragosse

Basilique de Nuestra Señora del Pilar, Saragosse (Espagne). Architectes : Francisco Herrera le Jeune puis Ventura Rodríguez. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Outre l'Escorial, Herrera s'est consacré à d'importants projets d'église qui ne furent pas terminés par lui. Un dessin d'un monastère de provenance inconnue lui est souvent attribué parce que, avec ses quatre piliers et sa coupole centrale, il ressemble étroitement à la basilique de l'Escorial (dessin perdu vers 1940). L'attribution est vraisemblable, surtout parce que le dessin révèle le tracé d'un escalier magnifique et compliqué. Mais, en « corrigeant » les dessins de Nicolas de Vergara pour l'église de Santo Domingo el Antiguo à Tolède en 1576, Herrera a supprimé une coupole qu'il remplaça par un comble en bois dérivé de l'architecture française. Ses projets pour Santa Maria dans les jardins de l'Alhambra (1580) n'avaient pas non plus de coupole. Herrera a probablement préparé les premiers dessins pour San Vicente de Fora à Lisbonne (exécuté par Felipe Terzi dans les années 1590) dont le plan trahit l'influence de Sant'Andrea à Mantoue (dessiné par Alberti avant 1470). Mais cette église n'a pas non plus de coupole visible à l'extérieur et son abside carrée comme sa grande nef appartiennent à la tradition des églises espagnoles du Moyen Âge.

Sant'Andrea, Mantoue

Photographie : Sant'Andrea, Mantoue

Façade de Sant'Andrea, Mantoue (Italie). Architecte : Leon Battista Alberti. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Entre 1578 et 1580, Herrera dessina la collégiale de Valladolid, qui deviendra la cathédrale, en tenant compte d'un projet antérieur de Rodrigo Gil de Hontañon. Comme Gil, qui pratiquait un gothique tardif original, Herrera dessina son église à une vaste échelle. Si elle avait été achevée, la cathédrale de Valladolid aurait été énorme, monstrueuse même, rivalisant avec les grands projets de cathédrales espagnoles comme à Séville et à Ségovie qui étaient alors en cours de construction. La moitié de l'édifice qu'on continua à bâtir jusqu'au xviiie siècle est à elle seule gigantesque. Fait rarissime, certains des dessins originaux de Herrera pour Valladolid ont été préservés. Ces dessins sont d'une abstraction radicale, faits de lignes pures sans aucune indication de relief. Le plan est conçu comme deux grands carrés identiques, placés côte à côte ; la géométrie domine aussi dans l'élévation : pilastres aplatis, panneaux et moulures dessinent un ordre clair et compréhensif. L'analyse des cotes notées sur les dessins révèle que Herrera cherchait à créer des relations mathématiques entre les différents éléments. La cathédrale de Valladolid est très différente de la basilique de l'Escorial. On n'y trouve en effet ni plan central ni coupole à l'extérieur ; par son plan, elle se rattache aux grandes cathédrales de la tradition espagnole. À ce propos, on regrette de ne pas savoir ce qu'Herrera aurait proposé pour l'achèvement de la cathédrale gothique de Salamanque pour lequel il fut consulté en 1589. Les autorités ecclésiastiques choisirent de continuer l'édifice dans le style gothique avec l'aide d'un architecte classicisant (Juan del Rivera Rada) qui utilisa comme point de départ les dessins de Herrera pour Valladolid.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

L'Escorial, 2

L'Escorial, 2
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Alcázar de Tolède

L'Alcázar de Tolède
Crédits : Angel Sotomayor Rodríguez/ Flickr ; CC-BY

photographie

Basilique de Nuestra Señora del Pilar, Saragosse

Basilique de Nuestra Señora del Pilar, Saragosse
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sant'Andrea, Mantoue

Sant'Andrea, Mantoue
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HERRERA JUAN DE (1530-1597)  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'architecture à Séville »  : […] Cependant, la principale bénéficiaire de la découverte de l'Amérique et de l'exploitation de ses richesses fut Séville, qui fut dotée par les Rois Catholiques du monopole du trafic avec les Indes. L'apport de la Renaissance est sensible dans l'Alcazar et dans la cathédrale. Si le gigantesque retable de la Capilla mayor , commencé en 1482 par le Flamand Pieter Dancart et continué durant le xvi e  s […] Lire la suite

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 288 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le style plateresque »  : […] C'est dans le domaine de l'architecture que l'originalité de la Castille fut la plus grande. Jusqu'à l'ouverture du chantier de l'Escorial, le génie local y fit preuve d'une étonnante vigueur. Alors que, dans la construction religieuse, le style gothique allait se maintenir, durant une bonne partie du xvi e  siècle, sur des chantiers aussi importants que ceux des cathédrales de Salamanque et de Sé […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la libération de l'ornement à la crise de rigorisme »  : […] Le mariage de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille en 1469 ouvrit pour l'Espagne une ère nouvelle d'unité, de puissance et de grandes aventures. À peine la prise de Grenade a-t-elle mis fin à la Reconquête que commence la conquête de l'Amérique. Celle-ci assurera des ressources considérables au bénéfice exclusif de la Castille et de l'Andalousie. Dans ces mêmes années, l'Espagne s'insère d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine WILKINSON-ZERNER, « HERRERA JUAN DE - (1530-1597) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-de-herrera/