HERRERA JUAN DE (1530-1597)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'Escorial, 2

L'Escorial, 2
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

L'Escorial, 3

L'Escorial, 3
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Alcázar de Tolède

L'Alcázar de Tolède
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Basilique de Nuestra Señora del Pilar, Saragosse

Basilique de Nuestra Señora del Pilar, Saragosse
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Les palais « modernes »

Philippe II aimait beaucoup l'architecture des pays du Nord : en particulier les palais flamands et français qu'il avait vus au cours de son voyage en 1549 ; et, dès les années 1550, il obligea ses maîtres d'œuvre à s'en inspirer. Ses palais à El Pardo et Valsaín avaient de grands toits en ardoise, des galeries et des tours de style flamand. Juan Bautista de Toledo eut du mal à s'adapter à ce goût, même quand il était évident que le roi y tenait beaucoup. Philippe II n'imposa l'italianisme que dans les décors intérieurs. La tour Nouvelle (ou tour Dorée) et la galerie que Toledo ajouta à l'Alcázar de Madrid (détruit au xviiie siècle) combinaient un grand toit à la française à un italianisme réduit aux bossages qui entourent les fenêtres. Mais, dans ses dessins pour le palais d'Aranjuez, Toledo essaya de donner un style italien à l'extérieur en utilisant les ordres et en couronnant les tours de coupoles hémisphériques.

Herrera n'a dessiné aucun palais pour Philippe II, mais ses additions pour les palais de Tolède, de Lisbonne et de Grenade suivent un parti bien différent des projets de son maître Toledo. L'abstraction de son style le rendait capable de presque tout assimiler. La façade sud de l'Alcázar de Tolède, construite après 1574 par Diego de Alcántara, est une reconstruction de la façade originale qui permet de comprendre comment Herrera a pris le vocabulaire de bossages et de pilastres de son maître pour faire une composition de surface unie mais animée, un grand rideau de brique et de pierre tendu entre les deux vieilles tours du château-fort médiéval. C'est une version classicisante de la façade nord, œuvre de style archaïque de Alonso Covarrubias datant des années 1550.

L'Alcázar de Tolède

L'Alcázar de Tolède

Photographie

L'alcázar de Tolède. La façade méridionale a été dessinée par l'architecte espagnol Juan de Herrera (1530-1597). 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Herrera était toujours sensible à la tradition espagnole. Ses dessins d'escaliers, comme celui de l'Alcázar de Tolède (dessiné vers 1574 ; exécuté par Diego de Alcántara), continuent une tradition florissante de magnifiques escaliers à cage ouverte.

M [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HERRERA JUAN DE (1530-1597)  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 387 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'architecture à Séville »  : […] Cependant, la principale bénéficiaire de la découverte de l'Amérique et de l'exploitation de ses richesses fut Séville, qui fut dotée par les Rois Catholiques du monopole du trafic avec les Indes. L'apport de la Renaissance est sensible dans l'Alcazar et dans la cathédrale. Si le gigantesque retable de la Capilla mayor , commencé en 1482 par le Flamand Pieter Dancart et conti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/#i_12072

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 283 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le style plateresque »  : […] C'est dans le domaine de l'architecture que l'originalité de la Castille fut la plus grande. Jusqu'à l'ouverture du chantier de l'Escorial, le génie local y fit preuve d'une étonnante vigueur. Alors que, dans la construction religieuse, le style gothique allait se maintenir, durant une bonne partie du xvi e  siècle, sur des chantiers aussi importa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_12072

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la libération de l'ornement à la crise de rigorisme »  : […] Le mariage de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille en 1469 ouvrit pour l'Espagne une ère nouvelle d'unité, de puissance et de grandes aventures. À peine la prise de Grenade a-t-elle mis fin à la Reconquête que commence la conquête de l'Amérique. Celle-ci assurera des ressources considérables au bénéfice exclusif de la Castille et de l'Andalousie. Dans ces mêmes années, l'Espagne s'insère d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_12072

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine WILKINSON-ZERNER, « HERRERA JUAN DE - (1530-1597) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-de-herrera/