JR (1983 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Photograffeur »

Dissimulé derrière de simples initiales (une manière de protéger son anonymat et de revendiquer le caractère collectif de ses travaux), cet autodidacte est venu à l'art, comme la plupart des street artists de sa génération, via la pratique du graffiti. Dans un milieu très hiérarchisé où les peintres médiocres sont condamnés à l'invisibilité, JR troque rapidement la bombe aérosol contre un appareil photo trouvé par hasard dans le métro et commence à documenter les excursions de ses pairs. Il passe ensuite à ce qui deviendra son medium de prédilection : l'affiche photographique en noir et blanc. Du writing (autre nom du graffiti new-yorkais), le « photograffeur » n'en conserve pas moins l'éthique et les modes opératoires : prédilection pour les « délaissés urbains », interventions illégales ou « à peine légales », goût pour la coopération sinon la création collective...

Souhaitant préserver son indépendance, il organise ses premières expositions dans la rue, en toute illégalité et sans autres ressources financières que les siennes. Rompu à l'art de s'infiltrer, il s'intéresse tout particulièrement aux espaces de relégation : en 2004-2005, il éveille la curiosité médiatique en couvrant la cité des Bosquets, à Montfermeil, en région parisienne, de portraits d'habitants en très grand format. Deux ans plus tard, il part en Cisjordanie et coréalise avec le writer Marco Face 2 Face, une galerie de gros plans d'Israéliens et de Palestiniens affichés de part et d'autre du mur de séparation, et dont la cocasserie cherche à rendre l'antagonisme dérisoire. En 2008, il parcourt les bidonvilles de Rio, Phnom Penh ou Nairobi pour y célébrer les femmes à travers une série photographique au 28 millimètres, Women are heroes. En 2011, il questionne à travers Wrinkles of the city (« Les Sillons de la ville ») le devenir des personnes âgées dans quatre villes qui, chacune à leur manière, sont les témoins d'importantes mutations : Shanghai, Los Angeles, La Havane, Carthagène.

Wrinkles of the City à Los Angeles, JR

Wrinkles of the City à Los Angeles, JR

Photographie

Dans le cadre de son projet international Wrinkles of the City (2011), JR confronte des photographies de visages ridés à l'architecture de différentes villes. Ici, à Los Angeles (États-Unis). 

Crédits : Cdrin/ Shutterstock

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  JR (1983 env. - )  » est également traité dans :

VISAGES VILLAGES (A. Varda et JR)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 1 027 mots

Les chemins buissonniers, voilà ce qui rapproche Agnès Varda, autoproclamée dans un sourire « La grand-mère de la nouvelle vague », et JR, l’un des plasticiens français les plus fameux. Varda a parcouru le monde avec ses appareils photographiques et ses caméras de cinéma, JR a tapissé les murs de la planète avec ses pap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/visages-villages/#i_54539

VARDA AGNÈS (1928-2019)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 968 mots

Née le 30 mai 1928 à Bruxelles d’une mère française et d’un père grec, Agnès Varda passe son enfance à Sète puis étudie la photographie et l’histoire de l’art à Paris. Amie d’enfance de l’épouse de Jean Vilar, elle devient photographe du TNP, enregistrant tout, des maquettes audio aux répétitions et aux spectacles, de 1951 à 1961. Ses photos de Gérard Philipe feront le tour du monde et fourniront […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agnes-varda/#i_54539

Pour citer l’article

Stéphanie LEMOINE, « JR (1983 env. - ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jr/