JOURNAL, Edmond et Jules de GoncourtFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une fresque du monde littéraire

Le Journal débute en décembre 1851 avec le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte et s'achève sur la journée du vendredi 3 juillet 1896. Du réalisme au naturalisme, du parnasse aux lendemains du symbolisme, ces quarante-cinq années de vie littéraire, évoquées en trois mille cinq cents pages, constituent une mine d'informations pour les historiens de la littérature. Les Goncourt fréquentèrent en effet tout ce que la littérature a compté comme grands écrivains (Hugo, Baudelaire, Daudet, Flaubert, Sand, Zola, Huysmans...), et l'index du Journal est un véritable condensé de la littérature du demi-siècle. On y croise aussi bien les hommes politiques, les journalistes, les artistes et les acteurs que le monde de la bohème littéraire et des « jeunes » qui font leur pèlerinage à Auteuil où résident les deux frères. Du salon de la princesse Mathilde aux nombreux dîners artistiques et littéraires que Paris donnait alors, notamment les « dîners Magny », en passant par les cafés littéraires, ceux-ci rapportent les conversations – souvent avec cruauté. Ce sont des comptes-rendus à chaud des salons, des premières au théâtre, de leurs lectures. Des notations d'une grande diversité, allant des « cancans » colportés sur le bitume à des indiscrétions caractérisées, mais qui comptent aussi de très fines analyses (portraits, descriptions, jugements). Le Journal couvre ainsi tout l'éventail des registres de l'écriture diariste, non sans accompagner parallèlement l'écriture et la réception de leur œuvre elle-même. Marcel Proust saura s'en souvenir en en faisant, dans la Recherche, le contre-modèle de la quête littéraire du narrateur.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  JOURNAL, Edmond et Jules de Goncourt  » est également traité dans :

GONCOURT EDMOND (1822-1896) ET JULES DE (1830-1870)

  • Écrit par 
  • Robert RICATTE
  •  • 1 340 mots

Dans le chapitre « Deux frères »  : […] Deux vies où il ne se passe rien, que la fin prématurée de l'une d'elles. Deux modestes rentiers, tôt orphelins, amateurs d'art et de lettres. D'ascendance lorraine, ils naissent, l'un, Edmond, à Nancy, l'autre, Jules, à Paris huit ans plus tard. Ils entrent en littérature le jour du coup d'État de 1851 par un roman inaperçu, En 18.. . Ils tâtent du journalisme littéraire, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goncourt-edmond-et-jules-de/#i_25305

Pour citer l’article

Jean-Didier WAGNEUR, « JOURNAL, Edmond et Jules de Goncourt - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-edmond-et-jules-de-goncourt/