STIGLITZ JOSEPH (1943- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chantre du néo-keynésianisme

Il naît en 1943 à Gary, dans l'Indiana, une ville sinistrée par le déclin de ses activités industrielles. Son père, Nat, a vendu des contrats d'assurance jusqu'à plus de quatre-vingt-dix ans, tandis que sa mère enseignait l'anglais aux immigrants.

Après sa licence au Amherst College, il obtient une bourse pour préparer son doctorat (1967) au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.). Ses projets de recherche intéressent plusieurs fondations qui financent ses travaux en même temps qu'il enseigne la politique économique au All Souls College d'Oxford. À vingt-six ans, en 1969, il devient professeur à Yale, puis il quitte sa chaire en 1979 pour Princeton où il enseigne jusqu'en 1988, date à laquelle il est nommé à l'université Stanford.

Stiglitz appartient au courant de pensée des « nouveaux keynésiens », ces économistes qui ont introduit dans la problématique keynésienne (de nature macroéconomique) l'étude des comportements individuels (de nature microéconomique). Avec eux, Stiglitz contribue à fonder la nouvelle microéconomie qui, depuis les années 1970, se démarque des hypothèses de marchés parfaits propres à la théorie walrasso-parétienne. Selon lui, les défaillances du marché (market failures) laissent une place à l'intervention de l'État et à l'instauration de règles volontaristes adoptées par la négociation ou le compromis. Les rigidités existent mais elles résultent des comportements des individus confrontés à deux phénomènes particuliers : l'incertitude et l'asymétrie de l'information.

À défaut de connaître le futur et de pouvoir prendre des décisions rationnelles, les agents ne s'engageront sur le marché (du travail, du crédit, du foncier, etc.) qu'à travers des contrats négociés entre eux. L'information des agents contractants est cependant asymétrique : acheteurs et vendeurs ne disposent pas des mêmes informations sur les biens qu'ils échangent. D'où une inégalité entre le « principal » (aussi appelé le mand [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STIGLITZ JOSEPH (1943- )  » est également traité dans :

CREDIT RATIONING IN MARKETS WITH IMPERFECT INFORMATION, J. Stiglitz et A. Weiss - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine REFAIT
  •  • 977 mots

Au début des années 1970 s'est forgée une nouvelle façon d'envisager les relations économiques entre les individus : l'économie de l'information. Un de ses objectifs était d'améliorer la compréhension de phénomènes laissés inexpliqués par la microéconomie traditionnelle, en se fondant sur l'interaction entre les personnes dans un monde où l'accès à l'information est coûteux. Andrew Weiss et partic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/credit-rationing-in-markets-with-imperfect-information/#i_31989

LA GRANDE DÉSILLUSION, Joseph Stiglitz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anne DEMARTINI
  •  • 1 217 mots

La mondialisation a placé la diffusion du progrès technique et le commerce extérieur au cœur de la croissance et du développement. Pourtant, rarement un phénomène économique aura été aussi décrié. Dans son ouvrage La Grande Désillusion (Fayard, 2002) – traduction française de Globalization and its Discontents (W. W.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grande-desillusion/#i_31989

MARKETS, MARKET FAILURES AND DEVELOPMENT, Joseph E. Stiglitz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ariane TICHIT
  •  • 1 067 mots

Certains des travaux majeurs de Joseph Stiglitz portent sur l'analyse des pays en voie de développement (P.V.D.), essentiellement l'Afrique, où il posera le pied pour la première fois en 1967. Selon lui, il y a un écart bien trop important entre ce qu'il observe sur le terrain et ce que prédisent les modèles néo-classiques de l'époque. L'observation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/markets-market-failures-and-development/#i_31989

ASSURANCE - Économie de l'assurance

  • Écrit par 
  • Pierre PICARD
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Conséquences de l'asymétrie d'information »  : […] Les conséquences défavorables de cette asymétrie d'information sont particulièrement aiguës lorsque les assurés peuvent acquérir autant d'assurance qu'ils le souhaitent, par exemple en assurance-vie ou assurance-invalidité. Dans ces cas, ce sont surtout les individus à haut risque qui seront tentés par la souscription d'une ou plusieurs polices d'assurance pour un montant élevé. En conséquence, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assurance-economie-de-l-assurance/#i_31989

BANQUE MONDIALE

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Olivier MARTY
  •  • 3 206 mots

Dans le chapitre « Du soutien de la croissance à la lutte contre la pauvreté »  : […] L'idée de créer une Banque mondiale pour la reconstruction et le développement est née du constat que les marchés financiers étaient réticents, durant l'entre-deux-guerres, à financer des projets d'investissement dans des pays en développement, même lorsque ces projets présentaient toutes les garanties de sérieux et de rentabilité. Dans ses premières années, la mission essentielle de la Banque ser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banque-mondiale/#i_31989

CRISES FINANCIÈRES - Régulation financière internationale

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 4 704 mots

Dans le chapitre « À la recherche d'une nouvelle architecture financière internationale »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les grandes puissances ont édifié – dans le cadre des accords de Bretton Woods (1944) – un ordre monétaire et financier international fondé sur des règles rigoureuses, notamment la stabilité des monnaies et la maîtrise des flux de capitaux. Ces règles ont été abandonnées à partir des années 1970, avec le flottement des monnaies et la libéralisation finan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-financieres-regulation-financiere-internationale/#i_31989

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 1 635 mots

Dans le chapitre « Théories et stratégies du développement »  : […] L'absence de consensus concerne aussi la démarche analytique à adopter. Pour l'essentiel, deux méthodes s'opposent. L'approche dominante, parfois qualifiée de néo-classique, accorde une place privilégiée aux comportements individuels. Tout ne serait alors qu’une question de rattrapage, les pays ayant des points de départ différents. La thèse dite de la convergence, avancée par Robert Solow au débu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-economique-notion-de/#i_31989

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Faut-il des économistes, et des théories économiques ? »  : […] Telle serait, pour un esprit critique, la situation en économie. D'un côté, une accumulation de faits, de données, de traitements statistiques plus ou moins élaborés, qui cherchent à dégager des relations ou des tendances dans le cadre de théories relativement simples – mais entre lesquelles il n'est généralement pas possible de s'y retrouver, tant les éléments non pris en compte dans chacune d'el […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-une-science-trop-humaine/#i_31989

FINANCE DE MARCHÉ - Théorie des marchés financiers

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON
  •  • 6 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le paradoxe de Grossman-Stiglitz »  : […] On a l'habitude de dire que sur un marché efficient, les activités d'analyse technique ou d'analyse fondamentale ne servent à rien car elles ne permettent pas de dégager des profits exceptionnels. Toutefois, ce type d'activité s'avère nécessaire pour assurer l'efficience du marché, car ce sont elles qui permettent d'identifier d'éventuelles inefficiences et qui les font disparaître. On touche ici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-theorie-des-marches-financiers/#i_31989

MONDIALISATION - Histoire de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Bertrand BLANCHETON, 
  • Universalis
  •  • 4 009 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La défiance envers les grandes institutions »  : […] Au plan commercial comme au plan financier, la mondialisation a pris à revers les institutions censées l'organiser. L'O.M.C., comme le G.A.T.T. dont elle a pris le relais à partir de 1995, ont davantage été perçues comme les fers de lance d'une libéralisation toujours plus intense que comme des instances en charge d'imposer des règles et rendre la mondialisation des échanges plus équitable. Les in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mondialisation-histoire-de-la-mondialisation/#i_31989

RICHESSE DÉFINITIONS ET MESURES DE LA

  • Écrit par 
  • Jean GADREY
  •  • 4 757 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les initiatives les plus récentes »  : […] La fin des années 2000 et le début des années 2010 ont été marqués par un foisonnement d’initiatives, du local à l’international. Parmi celles qui ont eu le plus d’écho, on retiendra les travaux de la « commission Stiglitz-Sen » en 2008-2009 et ses prolongements, ceux de l’O.C.D.E. (l’indicateur du « vivre mieux »), ainsi qu’un intérêt croissant porté aux indicateurs dits subjectifs. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/definitions-et-mesures-de-la-richesse/#i_31989

Voir aussi

Les derniers événements

8-17 janvier 2008 • FranceConférence de presse de Nicolas Sarkozy.

et l'Américain Joseph Stiglitz, une réflexion sur un instrument de mesure de la croissance qui « prenne mieux en compte les conditions réelles et la qualité de vie des Français ». Nicolas Sarkozy propose également une « révolution culturelle dans le service public de la télévision » à travers celle [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « STIGLITZ JOSEPH (1943- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-stiglitz/