PINCHON JOSEPH PORPHYRE (1871-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bécassine

Pinchon reste indissociable du personnage de Bécassine, née Annaïk Labornez à Clocher-les-Bécasses, village fictif près de Quimper, domestique à Paris chez la marquise de Grand-Air, puis gouvernante de sa fille adoptive Loulotte qui, contrairement à la quasi-totalité des personnages de bande dessinée, vieillit au fil des albums. Bécassine est naïve mais en avance sur les femmes de son époque : elle prend l’avion, sait conduire, fait du ski. C’est par hasard qu’elle naquit sous le crayon de Pinchon, au moment du bouclage du premier numéro, daté du 2 février 1905, de La Semaine de Suzette, un hebdomadaire édité par Gautier-Languereau à destination des petites filles de la bourgeoisie : une page restait à remplir, et la rédactrice en chef, Jacqueline Rivière (pseudonyme de Jeanne Spallarossa), inventa à la hâte une historiette sur une jeune domestique gaffeuse, L’Erreur de Bécassine, qu’elle demanda immédiatement à Pinchon d’illustrer. Le succès inattendu de Bécassine en fit un personnage récurrent. Aux histoires en une ou deux pages succédèrent à partir de 1913 (avec L’Enfance de Bécassine) et jusqu’en 1950 (avec Bécassine au studio) vingt-sept longs récits, publiés en feuilleton dans La Semaine de Suzette puis en albums (appelé sur le front des Dardanelles pendant la Première Guerre mondiale, Pinchon fut remplacé par le peintre Édouard Zier pour deux épisodes, Bécassine chez les Alliés et Bécassine mobilisée). Sous le nom du scénariste, «Caumery», se cachait généralement Maurice Languereau (1867-1941), cofondateur avec son oncle Henri Gautier des éditions Gautier-Languereau et président du Cercle de la librairie. Sa fille, Claude, inspira le personnage de Loulotte, apparue en 1922 dans Bécassine nourrice.

Après la mort de Pinchon (survenue à Paris le 21 juin 1953), la série fut poursuivie de 1959 à 1962 par Jean Trubert, que Pinchon avait désigné pour lui succéder, et qui dessina deux albums et un abécédaire. Survivant à une longue éclipse, due notamment à des associations br [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PINCHON JOSEPH PORPHYRE (1871-1953)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La France de 1903 à 1914 »  : […] En France, l'éditeur Arthème Fayard est le premier à lancer des publications essentiellement constituées d'histoires en images ( La Jeunesse illustrée en 1903 et Les Belles Images en 1904). Les dix années qui précèdent la Première Guerre mondiale voient une profusion de nouvelles revues enfantines, dont la postérité n'a retenu que deux séries, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_26951

ROMAN GRAPHIQUE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 2 283 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un genre attrape-tout ? »  : […] L’engouement pour les romans graphiques et l’intérêt que leur portèrent des médias qui avaient longtemps dédaigné la bande dessinée incitèrent les éditeurs traditionnels à leur faire une place dans leur catalogue, si bien que le genre est désormais totalement banalisé. Le roman graphique semble particulièrement convenir à l’autobiographie, genre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-graphique/#i_26951

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « PINCHON JOSEPH PORPHYRE - (1871-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-porphyre-pinchon/