PINCHON JOSEPH PORPHYRE (1871-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un illustrateur prolifique

Né à Amiens le 17 avril 1871, Joseph Porphyre Pinchon se destine à la peinture, qu’il apprend dans l’atelier de Fernand Cormon. Peintre animalier, spécialiste des scènes de vénerie, il adhère en 1899 à la Société nationale des beaux-arts, où il sera vice-président de la section peinture. En 1928, il en obtiendra le grand prix et vingt ans plus tard le grand prix Puvis de Chavannes. Tout en participant à des expositions, il est illustrateur pour les éditions de luxe de différents ouvrages, de L’Arbre (1899), nouvelle de l’écrivain symboliste belge Georges Rodenbach, au roman de Paul Vialar La Grande Meute (1947).

Pinchon fait également une incursion dans le monde de l’opéra et du cinéma. De 1908 à 1914, en tant que dessinateur en chef du théâtre de l’Opéra, il crée les costumes de tous les spectacles représentés au Palais-Garnier. Il réalise deux films, un récit de fiction, Mektoub (1919), premier long-métrage tourné au Maroc, et Mon village (1920), réalisé en Alsace d’après le livre de Hansi (pseudonyme de Jean-Jacques Waltz).

Parallèlement à ses diverses activités, il collabore à de très nombreux journaux pour enfants, illustrant des contes ou des histoires en images dont les auteurs lui livrent le texte, qui est ensuite imprimé sous ses dessins et non, comme dans les bandes dessinées modernes, à l’intérieur même de l’image. Cette longue carrière dans la presse enfantine commence en 1903 dans Saint-Nicolas et son édition bon marché L’Écolier illustré, avec L’Automobile enchantée, récit fantastique de Willy (Henry Gauthier-Villars, mari de la romancière Colette) et se termine en 1950 dans La Semaine de Suzette avec Bécassine au studio, écrit par Madeleine Harfaux (épouse d’Artür Harfaux, photographe surréaliste et scénariste de cinéma, proche de Maurice Henry). Par le biais de ses auteurs et de ses confrères peintres, Pinchon a été en contact avec le monde littéraire et artistique de son temps, même s’il n’a que peu travaillé pour la presse pour adultes, à l’exception, sous le pseudonyme de Jospin, d’hi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PINCHON JOSEPH PORPHYRE (1871-1953)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La France de 1903 à 1914 »  : […] En France, l'éditeur Arthème Fayard est le premier à lancer des publications essentiellement constituées d'histoires en images ( La Jeunesse illustrée en 1903 et Les Belles Images en 1904). Les dix années qui précèdent la Première Guerre mondiale voient une profusion de nouvelles revues enfantines, dont la postérité n'a retenu que deux séries, que tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_26951

ROMAN GRAPHIQUE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 2 282 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un genre attrape-tout ? »  : […] L’engouement pour les romans graphiques et l’intérêt que leur portèrent des médias qui avaient longtemps dédaigné la bande dessinée incitèrent les éditeurs traditionnels à leur faire une place dans leur catalogue, si bien que le genre est désormais totalement banalisé. Le roman graphique semble particulièrement convenir à l’autobiographie, genre dans lequel ses réussites sont les plus nombreuses  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-graphique/#i_26951

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « PINCHON JOSEPH PORPHYRE - (1871-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-porphyre-pinchon/