LIOUVILLE JOSEPH (1809-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Travaux mathématiques

Les deux premiers volumes du « Journal de Liouville » (1836-1837) contiennent six mémoires, les uns de Liouville, les autres de son ami C. Sturm, sur le problème qui porte aujourd'hui leurs deux noms (cf. équations différentielles, chap. 3) : Étant donné les fonctions p et q continues positives sur l'intervalle [a, b], pour quelles valeurs du paramètre réel λ l'équation différentielle linéaire homogène :

a-t-elle des solutions ≡/ 0 telles que y′/y prenne des valeurs données en a et en b ? La précision de leurs résultats et l'originalité de leurs méthodes sont également remarquables ; les résultats amenèrent des théories fécondes (cf. équations intégrales, chap. 1), et les méthodes se prêtèrent, sous le nom d'intégration qualitative, à de nombreuses autres recherches des solutions d'une équation différentielle.

En arithmétique, Liouville publia énormément : sur les fonctions d'un entier n liées aux diviseurs de n, sur les décompositions de n en sommes de carrés ; sur les nombres premiers congrus à p modulo q. Mais son nom reste attaché à une courte note du 20 mai 1844 aux comptes rendus de l'Académie des sciences, où il démontre ce théorème : Si l'irrationnel x est racine d'une équation algébrique de degré n, il existe une constante A(x) telle que :

pour tout rationnel p/q. Ce théorème permit pour la première fois d'obtenir explicitement des nombres transcendants, qu'on appela nombres de Liouville ; il n'était d'ailleurs pas définitif, et d'importants travaux eurent pour objet de l'améliorer.

L'autre théorème de Liouville, celui des analystes, dit qu'une fonction entière de la variable complexe z, ou la somme d'une série entière convergente quel que soit z, ne peut être bornée sur tout le plan sans être constante. Liouville l'établit dans un de ses cours, consacré aux fonctions doublement périodiques, car il en déduisit qu'une telle fonction ne peut être holomorphe sans être constante. Malheureusement, ce cours ne laissa de trace écrite que sur les cahiers de ses auditeurs, d'où une querelle d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LIOUVILLE JOSEPH (1809-1882)  » est également traité dans :

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « Fonctions elliptiques »  : […] Un des plus beaux exemples de l'élargissement apporté à l'analyse classique par la considération des fonctions de variables complexes est fourni par la théorie des fonctions elliptiques, développée par Abel et Jacobi indépendamment des premiers travaux de Cauchy (une bonne part de leurs résultats et même des développements plus tardifs sur la fonction modulaire ont d'ailleurs été retrouvés dans l […] Lire la suite

ERGODIQUE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Antoine BRUNEL
  •  • 3 359 mots

Dans le chapitre « Le modèle de Poincaré et l'hypothèse ergodique »  : […] Pour expliquer l'hypothèse ergodique, il est commode d'avoir recours à un modèle très simple imaginé par H.  Poincaré. Supposons un liquide en mouvement stationnaire dans un récipient Ω de forme invariable et complètement rempli. Si une molécule du liquide occupe la position ω 0 à l'instant 0 et ω t à l'instant t , on peut décrire le passage de l'instant 0 à l'instant t et, plus généralement, d […] Lire la suite

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Classification des nombres réels »  : […] Ainsi, la classification euclidienne, fondée sur la géométrie, est insuffisante pour les problèmes de résolution d'équations. On tient là l'embryon de la classification purement algébrique des nombres réels, qui remonte à Legendre (1752-1833). On appelle nombre algébrique toute solution d'une équation polynomiale à coefficients entiers (relatifs) ; ainsi 2 est-il algébrique comme solution de x 2 […] Lire la suite

TRANSCENDANTS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 107 mots

Dans le chapitre « L'existence des nombres transcendants »  : […] Il est commode d'étendre la définition des nombres algébriques aux nombres complexes, et d'appeler encore nombre transcendant un nombre complexe non algébrique. J.  Liouville a établi, en 1844, l'existence des nombres transcendants par une construction fondée sur la propriété, découverte par lui, de « mauvaise approximation » des nombres irrationnels algébriques par les nombres rationnels. En 1873 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel HERVÉ, « LIOUVILLE JOSEPH - (1809-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-liouville/