MANKIEWICZ JOSEPH LEO (1909-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le monde est une scène

Nombre de films de Joseph Mankiewicz ont d'ailleurs à voir avec le théâtre. Quand le scénario n'adapte pas une pièce (Appley, Escape, People, Caesar, Guys, Suddenly, Honey, Sleuth), il peut s'en inspirer (Cleopatra,), placer son récit dans le milieu du spectacle (Ève) ou encore s'y référer (Letter, American). Toutefois, d'origine théâtrale ou non, la grande majorité des films voient leur action située pour l'essentiel à huis clos, ou bien circonscrite à quelques intérieurs. Les extérieurs sont rares ; ils se limitent généralement à un « plan de situation », pour identifier le lieu où se rend le personnage, ou bien à un plan de transition, afin de spécifier le déplacement d'un personnage d'un lieu à un autre. Même lorsque l'action évolue dans des endroits multiples, la notion d'enfermement subsiste, comme si les protagonistes ne pouvaient s'échapper, ainsi que le souligne le titre No Way Out (littéralement « sans issue »). Il est symptomatique que l'action du seul western que le réalisateur ait signé se tienne dans l'enceinte d'un pénitencier.

En fait, la plupart des films de Joseph Mankiewicz pourraient être montés sur scène. Du moins, en donnent-ils l'impression, impression que renforce la quasi-absence de la notion de hors champ, nonobstant quelques sons off, comme si, de l'autre côté des murs où se tient l'action, il n'y avait rien d'autre que les coulisses. Son cinéma n'en est pas pour autant du théâtre filmé.

L'écriture filmique de Joseph Mankiewicz, aussi rigoureuse que sa dramaturgie, n'a certes pas l'évidence de celle d'un John Ford ou d'un Howard Hawks, ou le lyrisme de celle d'un Anthony Mann ou d'un Vincente Minnelli. Son découpage, qui n'a que très rarement recours au champ-contre-champ, est d'une grande précision, multipliant les angles de prise de vue et les valeurs de plan. Les mouvements d'appareil sont nombreux. La mise en scène elle-même s'exerce s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Eve, J. L. Mankiewicz

Eve, J. L. Mankiewicz
Crédits : 20Th Century-Fox/ Getty Images

photographie

Elizabeth Taylor et Montgomery Clift

Elizabeth Taylor et Montgomery Clift
Crédits : 1960 Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Autres références

«  MANKIEWICZ JOSEPH LEO (1909-1993)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le règne des « producers » »  : […] Le cinéma muet avait su compenser son infirmité foncière par un surcroît de sensibilité et d'invention. Mais il ne pouvait se passer plus longtemps de la parole et du son. La mise au point technique du parlant ne fut pas déterminante, puisque les premiers essais concluants du synchronisme entre l'image et le son avaient été réalisés en 1919. À l'époque, les producteurs et les distributeurs d'un c […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xix e  siècle ( The Black Crook , 1866) aux États-Unis. Ils év […] Lire la suite

DAVIS BETTE (1908-1989)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 1 168 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des rôles hors normes »  : […] Elle privilégie à présent des rôles de femme dure, ou de victime d'un ordre social sévère, sans jamais gommer les aspérités de ses personnages, mais en leur conférant toujours une touche inventive. Conception plutôt hardie à une époque où le public américain était essentiellement constitué de spectatrices, qui auraient pu rejeter le personnage de « garce » qu'elle interprète dans The Letter (194 […] Lire la suite

GARDNER AVA (1922-1990)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Eva Prima Pandora »  : […] En réalité, c'est loin de la M.G.M. qu'Ava Gardner va interpréter ses rôles les plus fameux ; des personnages, imaginés tout spécialement pour elle, qu'elle fera vivre avec intensité. La beauté autant que l'esprit singulier de l'actrice inspirent les cinéastes originaux, alors qu'ils s'étiolent dans la routine. En Angleterre, Albert Lewin, intellectuel américain raffiné, épris de littérature et de […] Lire la suite

NEWMAN ALFRED (1900-1970)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 263 mots

Le compositeur américain de musiques de film Alfred Newman, un des plus prolifiques et des plus influents de l'histoire d'Hollywood – il sera directeur musical pour Samuel Goldwyn et United Artists de 1930 à 1938, puis de la Twentieth Century Fox de 1939 à janvier 1960 – naît le 17 mars 1900 à New Haven, dans le Connecticut. Aîné de dix enfants, issu d'un milieu ouvrier, il va être le premier à in […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

VIEL TANGUY (1973- )

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 1 053 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ciné-fictions »  : […] Selon Tanguy Viel, le roman ne peut plus être ce qu’il fut : « Quand on a 25 ans en 98 et qu’on a lu Beckett, Duras, Bernhard, l’image du livre est l’image monumentale du passé, plus l’image du livre déjà défait dans toutes ses composantes. » L’écrivain contemporain doit donc tout à la fois assumer l’héritage formel des avant-gardes et la concurrence du cinéma qui, dit Tanguy Viel, « a relevé la l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain GAREL, « MANKIEWICZ JOSEPH LEO - (1909-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-leo-mankiewicz/