FIÉVÉE JOSEPH (1767-1839)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une éminence grise politique doublée d'un écrivain méconnu mais important, tel apparaît Joseph Fiévée, célèbre pour son roman La Dot de Suzette et pour sa Correspondance avec Napoléon que lurent avec passion Sainte-Beuve et Mérimée. Ce personnage, qui a fasciné ses contemporains, a été parfaitement défini par l'un d'eux : « Nul de nos personnages politiques ne savait tant, ne disait moins et ne disait mieux. »

Parisien issu de la petite bourgeoisie, Fiévée accueille avec enthousiasme la Révolution de 1789. Il imprime la Chronique de Paris où écrivent Condorcet et Mirabeau et compose, en 1791, un opéra antireligieux, Les Rigueurs du cloître. Mais son zèle révolutionnaire se tempère assez vite. Accusé de fédéralisme, c'est-à-dire de sympathies pour la Gironde, il est incarcéré. Libéré en octobre 1793, il devient résolument modéré. Lors du 9-Thermidor, il préside la section du Théâtre-Français et prend parti contre Robespierre. Hostile par la suite aux thermidoriens, il doit se cacher après l'échec du coup d'État du 13 vendémiaire, puis à nouveau lors de celui de fructidor sous le Directoire. Il est désormais considéré comme un royaliste modéré. La publication en mai 1798, bien que sans nom d'auteur, de La Dot de Suzette, une peinture féroce des mœurs du Directoire, va le rendre rapidement célèbre. On le retrouve dans le Conseil royal secret de Louis XVIII. Mais à la suite d'une imprudence, il est arrêté par la police de Fouché et emprisonné au Temple. C'est sur la recommandation de Roederer, membre influent de l'entourage de Bonaparte, devenu Premier consul, qu'il est libéré. Il devient alors l'un des correspondants ou informateurs du nouveau chef de l'État. Il rédige à son intention des notes qu'il publiera en 1836 sous le titre de Correspondance et relations de J. Fiévée avec Bonaparte, Premier consul et Empereur, pendant onze années, 1801-1813. C'est cette œuvre qui lui a assuré une gloire posthume et qui lui permet de prendre place dans la lignée des Baltasar Gracián et Retz. I [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Jean TULARD, « FIÉVÉE JOSEPH - (1767-1839) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-fievee/