HUYSMANS JORIS-KARL (1848-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du « Drageoir aux épices » à « La Cathédrale »

Peu d'œuvres littéraires sont aussi étroitement liées aux expériences intimes de leur auteur que celles de Huysmans. Dépourvu de l'imagination suffisante pour renouveler la fiction, il s'oriente vers un mélange d'essai, de chronique et de narration. « Personnellement j'en ai assez et quitte le genre épuisé par les redites », écrit-il, pressentant la crise du roman, menacé par la disparition d'un sens de l'histoire à n'être qu'une anthologie de morceaux descriptifs. C'est bien en effet par la nature morte, le paysage ou la saynète que se manifeste d'abord, dans Le Drageoir aux épices (1874), une sensibilité qui, toujours portée vers la peinture, ouvre à l'impressionnisme naissant les colonnes élogieuses de ses salons, se réservant de laisser couler sa bile sur un académisme platement bourgeois, « triomphe du poncif habile ». La « bande à Zola », en qui le brave bourgeois voyait des pourceaux, même pas dignes d'Épicure, enrôle ce désenchanté qui, sous couvert d'un naturalisme revendiquant le droit de tout dévoiler – « pustules vertes ou chairs roses » –, vomit son fiel sur la modernité, l'américanisme d'une époque qui n'offre que du frelaté, tant en amour où de sordides vendeuses de plaisir vous laissent d'impérissables et « inguérissables » souvenirs, qu'en jouissance de la table où des ersatz faisandés vous empoisonnent sûrement.

La liaison (Marthe, histoire d'une fille, 1876), la vie conjugale (En ménage, 1881), le célibat (À vau-l'eau, 1882) sont englués dans la même médiocrité terne et irritante pour cet écorché sensibilisé à l'extrême aux petites misères de l'existence, qui aspire au confort domestique et bourgeois tout en en dénonçant la monotone vulgarité. La joyeuse bohème des artistes est bien morte, et Marthe n'est que la sordide histoire d'un collage avec une fille, lamentable fantôme de Mimi Pinson !

« La vie de l'homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui », aussi Folantin, disciple masochiste et résigné de Schopenhauer, se laisse-t-il flotter à la dérive, « à vau-l'eau », selon le titre d'une étude sur le pessimisme de la vie quotidienne dont il est le triste héros. Épopée à rebours de tous les petits échecs d'un pauvre rond-de-cuir, l'œuvre atteint une profondeur d'ennui jamais égalée. « Au fond, si l'on n'est pas pessimiste, il n'y a qu'à être chrétien ou anarchiste », conclut l'auteur. Deux éventualités pourtant également étrangères, alors, à cet aigri de Huysmans qui, de plus en plus, bien que le naturalisme se propose de tout embrasser, préfère la « tristesse des giroflées séchant dans un pot au rire ensoleillé des roses ouvertes en pleine terre ».

Ce furent les quartiers populaires, ceux de Montrouge, de la Gaîté, de la Bièvre, du Gros-Caillou, les bals publics, les guinguettes qui attirèrent sa pointe sèche acérée. Mais le petit fonctionnaire regarde en spectateur impressionniste et non complice la vie d'un quartier que ses ressources lui assignent à résidence. Une barrière de classe se dresse entre la réalité décrite et le peintre : c'est tout le problème de l'esthétique naturaliste. Les Sœurs Vatard (1879), exemple type de l'école du « document humain », faute de cette perspective historique qui anime Germinal d'un souffle épique, n'est qu'un constat pessimiste, non sans maniérisme, de la bassesse de la condition ouvrière. Incapable de comprendre l'histoire, Huysmans reprend à plusieurs reprises, sans jamais le mener à bien, le roman de la Commune, La Faim, et transforme le récit de la guerre de soixante-dix en l'histoire de ses intestins malades. On comprend dès lors qu'il ait senti le naturalisme condamné à une répétition monotone du sordide ; aussi, dans À rebours, (1884), fait-il l'éloge de l'artifice et du raffinement, apportant, avec les inventions déliquescentes de des Esseintes – aristocrate « fin de race » –, une pâture à tous ceux qu'un égal dégoût du siècle porte vers le décadentisme. « Le bréviaire de la décadence » marque la rupture avec le réel au profit du « surnaturalisme » et le met En Route (1895) vers l'au-delà ; un détour du chemin le conduit tout d'abord sur les traces de Gilles de Rais, Là-bas (1891), dans les antres sulfureu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HUYSMANS JORIS-KARL (1848-1907)  » est également traité dans :

LÀ-BAS, Joris-Karl Huysmans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 254 mots

Avec Là-bas, publié en 1891, J.-K. Huysmans (1848-1907) rompt avec le naturalisme, mouvement littéraire dans lequel il s'inscrivait depuis quinze ans et qui avait fait de lui, aux côtés d'Henri Céard, Léon Hennique et Guy de Maupassant, le compagnon de route d' […] Lire la suite

À REBOURS, Joris-Karl Huysmans - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 883 mots

Publié en 1884, À rebours est rapidement devenu un livre culte pour les générations de la décadence et du symbolisme. Pourtant, jusqu'alors, Joris-Karl Huysmans (1848-1907) appartient à la mouvance naturaliste. Il a collaboré aux Soirées de Médan (1880) et fait partie du petit groupe qui se réunit chez Émile Zola avec Guy de Maupassant, Léon Hennique et Henry Céard. Il a publié notamment Le Drag […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 627 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Écrivains et critiques d'art »  : […] «  salon (faire le). Début littéraire qui pose très bien son homme. » Cette boutade de Flaubert n'est pas qu'une « idée reçue », c'est un constat : de fort nombreux écrivains ont mis cette stratégie en pratique, au point que l'approche de la critique d'art fut longtemps l'affaire des seuls historiens de la littérature. Jusque vers 1890, il n'existe pas vraiment de commentateurs professionnels, d' […] Lire la suite

DES ESSEINTES

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 484 mots

Personnage de À rebours (1884), roman avec lequel Huysmans se sépare du mouvement naturaliste pour prendre place auprès des décadents. Le duc Jean Des Esseintes, dont le modèle fut peut-être Robert de Montesquiou, le même qui devint plus tard, chez Proust, monsieur de Charlus, est un héros solitaire. Dernier descendant d'une famille illustre, à la suite d'une jeunesse riche en expériences étonnan […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une chronologie complexe »  : […] La question de la chronologie s’avère particulièrement délicate pour le xix e  siècle, premier siècle à se nommer et à se considérer comme une unité : Études de mœurs au XIX e  siècle (Honoré de Balzac, 1833) ou La Confession d’un enfant du siècle (Alfred de Musset, 1836). Faut-il le contenir entre 1800 et 1900 ou, par exemple, entre le Génie du christianisme de François-René de Chateaubriand p […] Lire la suite

PUBLICITÉ ET ART

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 6 477 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une forme d'expression liée à l'écriture »  : […] Au contraire de l'art, la publicité est une expression postérieure à l'invention de l'écriture. Si l'on se réfère aux travaux d'André Leroi-Gourhan qui reposent en partie sur les recherches d'Annette Laming-Emperaire, on voit que l'art pariétal – celui de Lascaux, des Eyzies ou d'Altamira –, malgré son apparent réalisme, est plus qu'un art d'imitation. Les groupements d'animaux en fonction des li […] Lire la suite

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du blasphème à l'acte de foi »  : […] Même lorsqu'il n'atteint pas ces limites, le satanisme des « petits romantiques » recèle un élément novateur de première importance : il se situe à l'opposé de cette célébration de la nature qui entretient, même dans les formes les plus désespérées du romantisme, une certaine connivence entre la poésie et l'être. Disciples en cela encore du marquis de Sade, les adeptes de cette littérature ne temp […] Lire la suite

SOUMISSION (M. Houellebecq) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Agathe NOVAK-LECHEVALIER
  •  • 1 118 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un antimoderne »  : […] C’est bien le cogito cartésien, fondement de la tradition rationaliste occidentale, qui est récusé ici. Dans cette défaite programmée de la pensée, on reconnaît la lignée littéraire « antimoderne » dans laquelle s’inscrit Houellebecq, et dont Huysmans, très présent dans le roman, est un illustre représentant : rejet de l’intellectualisme et des Lumières, pessimisme exacerbé, goût du paradoxe et d […] Lire la suite

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les œuvres des symbolistes »  : […] Pour la première génération dominent les œuvres de Verlaine, Cros, Villiers et surtout Mallarmé. Pour la deuxième, Émile Verhaeren s'impose (1855-1916). Son premier recueil ( Les Flamandes , 1883) est accueilli, non sans méprise, comme naturaliste. Le second ( Les Moines , 1886), comme « mystique » : ils constituent deux moments de l'imagination littéraire, ou deux foyers de l'art flamand, tour à […] Lire la suite

VILLIERS DE L'ISLE-ADAM PHILIPPE AUGUSTE (1838-1889)

  • Écrit par 
  • Pierre-Georges CASTEX
  •  • 1 240 mots

Dans le chapitre « L'homme de théâtre »  : […] Afin de s'imposer au public, il paraît avoir surtout mis son espoir dans le théâtre. Cet espoir fut souvent déçu. Elën (1865) et Morgane (1866) sont des drames écrits dans un langage somptueux, mais dont le romantisme pouvait paraître quelque peu suranné ; il ne parvint pas à faire représenter ces pièces. Il eut un peu plus de chance avec La Révolte , créée en 1870 grâce à l'intervention de Dumas […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise GAILLARD, « HUYSMANS JORIS-KARL - (1848-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joris-karl-huysmans/