WYCLIFF JOHN (1330-1384)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formation et doctrine

John Wycliff naît vers 1330 dans une famille de la petite noblesse du Yorkshire. À la mort de son père, il devient seigneur de son pays ; quoiqu'il ait toujours gardé des liens étroits avec ces régions du nord de l'Angleterre, il est avant tout, et jusqu'à la fin de sa vie, un homme d'Oxford, étudiant d'abord, professeur ensuite. Élève du collège de Balliol, il y acquiert la maîtrise en 1358 et la maîtrise ès arts en 1361. Avant d'entreprendre ses études de théologie, il a donc reçu l'excellente formation scientifique qui fait la réputation d'Oxford. L'étude des mathématiques et de l'optique nourrit la solide pensée scientifique qui marquera sa réflexion théologique novatrice. Ce brillant oxonien reçoit des bénéfices : la cure de Fillingham en 1361 et, en 1362, la cure d'Aust près de Bristol. On lui confie des responsabilités politiques : en 1370, il entre au service de la Couronne, se lie avec Jean de Gand, est envoyé en ambassade à Bruges auprès du pape Grégoire XI. Il apparaît bientôt comme l'un des chefs du courant politique hostile à la France, à la papauté et aux membres du haut clergé.

Parallèlement, Wycliff s'engage dans une réflexion théologique de grande envergure et tend à faire figure avant tout de théologien, philosophe scolastique et réformateur religieux. C'est également à Oxford qu'il doit sa formation théologique : il acquiert son titre de docteur en 1372. Le débat entre nominalisme et réalisme reste encore très vif. Wycliff prend parti pour ce dernier et milite en faveur d'un retour à l'augustinisme et à la Bible. Il reprend les tentatives néo-platoniciennes de synthèse entre la philosophie et la théologie dans un traité de 1370 : De benedicta incarnatione. À partir de 1374, il entreprend la rédaction d'une véritable somme théologique par fascicules : De dominio divino (1375), De civili dominio (1376), De officio regis (1378), De potestate papae ( [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  WYCLIFF JOHN (1330-1384)  » est également traité dans :

HUS JAN (1370 env.-1415)

  • Écrit par 
  • Michel LARAN
  •  • 1 540 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le réformateur »  : […] Originaire de la région de Prachatice, en Bohême méridionale, Jan Hus tient son nom de son village natal, Husinec. Étudiant pauvre à l'Université de Prague, il devient bachelier en théologie (1394), puis maître ès arts libéraux (1396). Ordonné prêtre en 1400, doyen de la Faculté de théologie de Prague l'année suivante, Jan Hus apparaît surtout comme le plus illustre représentant de ce courant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-hus/#i_12903

LOLLARDS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 763 mots

Provenant du moyen allemand lollaert (de lullen , marmotter, chantonner à voix basse), l'appellation de lollards fut d'abord donnée à certains groupes d'Europe continentale suspects de cacher des croyances hérétiques sous un souci d'intensifier la dévotion ; mais, après 1382, elle fut attribuée par dérision et resta attachée aux partisans de John Wyclif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lollards/#i_12903

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les traductions de la Bible »  : […] L’effort pour rendre accessible le texte de la Bible est une constante de l’Occident médiéval, de la traduction en gothique de Wulfila (311-383) à celle en anglais de John Wycliff (1330-1384). Des traductions partielles en français, en vers et en prose sont attestées au cours du xii e  siècle en contexte aristocratique ou monastique, dans un t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_12903

OXFORD UNIVERSITÉ D'

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 562 mots
  •  • 2 médias

Dans des circonstances mal connues, d'importantes écoles de logique et de théologie se créèrent à Oxford dans la seconde moitié du xii e  siècle. Le pape Innocent III les réunit en une véritable université en 1214, en leur octroyant leurs premiers statuts et privilèges à la suite d'un conflit entre étudiants et bourgeois de la ville. Ces statuts é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-d-oxford/#i_12903

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « L'Angleterre normande »  : […] Vainqueur à Hastings, en 1066, d'un autre prétendant, Harold de Wessex, lui-même tout juste victorieux de Harold Hardrada de Norvège, Guillaume le Conquérant succède au dernier roi saxon, Édouard le Confesseur . Il a réussi la dernière invasion du sol britannique de l'histoire, et son expédition est immortalisée par la tapisserie de Bayeux. Les Normands apportent avec eux un système féodal qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_12903

Pour citer l’article

Michel ARNAUD, « WYCLIFF JOHN - (1330-1384) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-wycliff/