LENNON JOHN (1940-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le héraut d'une époque

John Winston Lennon, né le 9 octobre 1940 à Liverpool, y a connu une enfance difficile, négligé par sa mère, abandonné par son père. Orphelinat, prise en charge par une tante ; scènes pénibles où John doit choisir entre cette tante adoptive et sa mère, soudain réapparue, qu'il suit finalement. Sa sœur, Ingrid Petersen Lennon, qu'il n'a jamais rencontrée, donnera dans son livre Mon frère s'appelait John Lennon un témoignage indirect sur ces années troubles de l'enfance de John. L'adolescent se fait teddy-boy, écoute le rock de Bill Haley, Buddy Holly, Elvis Presley. Il joue de la guitare, compose, fonde les Quarrymen. La rencontre de Paul McCartney en 1957 ouvre l'ère d'une collaboration musicale dont les effets sur les développements de la pop music vont être décisifs. Puis c'est le tour de George Harrison de s'intégrer au groupe, qui change de noms : Rainbows, Moondogs, Silver Beatles... puis Beatles à partir de décembre 1960, trouvant ainsi le jeu de mots qui fera une part de sa célébrité (beatle signifie « scarabée », mais beat désigne une « pulsation »). Lors d'un concert à Hambourg est engagé le quatrième Beatle historique, le batteur Ringo Starr. Partie du Cavern Club de Liverpool, la « beatlemania » gagne toute l'Angleterre dès le début de 1961. Un nouveau manager, Brian Epstein, saura imposer l'image du groupe au monde entier.

Premier enregistrement : Love me do/PS I love you : succès convenable. 1963, et c'est la consécration : tournée en Angleterre, centaines de milliers de disques vendus, au sommet du hit-parade (Please Please me, She loves you, etc.), quinze millions de téléspectateurs pour le show du London Palladium. Raz de marée sans précédent, culte, fans clubs, posters... bientôt participation à des films (Help de Richard Lester en 1965 ; Yellow Submarine, dessin animé, en 1966, etc.). Les Beatles aux cheveux longs – du moins le paraissaient-ils à l'époque – prennent rang de figures symboliques pour des adolescents mensuellement humiliés par la coupe bien dégagée derrière l'oreille ; se coiffer « à la Beatle » engage l'un des conflits les plus dérisoires mais aussi les plus sérieux des années 1960.

Le look et le sound des Beatles sont très vite au point : rock rythmé, mais toujours mélodieux et qui n'abuse pas de l'effet dirty des guitares électriques (dans la lignée de Buddy Holly par exemple). La musique est servie par la voix métallique, nasale, fragile de John Lennon et, dans une moindre mesure, par celle, plus douce, de Paul McCartney.

L'orchestration est simple – et même élémentaire dans les débuts du groupe – mais soignée ; les textes que signent John et Paul ne sont jamais ineptes : la mélancolie, la rêverie et les préoccupations intellectuelles du premier rejoignent la gaieté du second. Le jeu de scène est fait de fraîcheur, de sourire, d'humour : des jeunes gens clean. Le soul, le hard, les climats lourds et sensuels, les allures de petites frappes échappées de leur banlieue et les cheveux trop longs, ce sont les Rolling Stones qui s'en chargent. Ce qui explique que les Beatles – Lennon le premier, qui toujours fut la tête pensante du groupe – aient pu prendre si vite rang d'institutions médaillées par la reine d'Angleterre : quoi de plus normal pour des garçons qui bousculaient quelque peu l'establishment, mais représentaient une force économique, et même diplomatique, utile au capitalisme anglais et qui canalisaient les énergies de la jeunesse, tout en vivifiant la tradition très britannique de l'humour ? Qui aurait pu sérieusement s'offusquer lorsque Lennon invitait les membres de la gentry de son public à agiter leurs bijoux en guise d'applaudissements ?

Ceux qu'on appelle désormais les fab four enregistrent plusieurs albums (un peu plus d'une dizaine au total), parmi lesquels il faut au moins mentionner The Beatles (Double blanc) ou encore Sgt. Pepper's lonely hearts club band, de 1967, qui représente l'aboutissement d'une musique maîtrisée, riche et variée, et indique les lignes de force qu'expl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Les Beatles

Les Beatles
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

John Lennon et Yoko Ono

John Lennon et Yoko Ono
Crédits : De Agostini/ Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LENNON JOHN (1940-1980)  » est également traité dans :

BEATLES

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 815 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Errances croisées »  : […] John et Paul se rencontrent en juillet 1957, tandis que les Quarrymen que dirige Lennon se produisent dans une fête (John Winston Lennon est né le 9 octobre 1940 à Liverpool, James Paul McCartney le 18 juin 1942, également à Liverpool). George Harrison (né à Liverpool le 25 février 1943) les rejoint peu après : avant la fin de 1958, trois des quatre futurs Beatles historiques jouent ensemble régul […] Lire la suite

HARRISON GEORGE (1943-2001)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 818 mots

George Harrison meurt à Los Angeles d'un cancer du cerveau, à cinquante-huit ans, le 29 novembre 2001, vingt et un ans après l'assassinat à New York de John Lennon. Pris isolément, Harrison ne fut jamais une vedette de premier plan, mais sans lui l'histoire et le sound des Beatles auraient été profondément différents. Son tempérament en a fait le moins agité et le moins mégalomaniaque des fab fou […] Lire la suite

LES BEATLES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 357 mots

7 juillet 1940 Ringo Starr (Richard Starkey) naît à Liverpool. 9 octobre 1940 John Lennon (John Winston Lennon) naît à Liverpool. 18 juin 1942 Paul McCartney (James Paul McCartney) naît à Liverpool. 25 février 1943 George Harrison naît à Liverpool. 4 et 11 septembre 1962 Les Beatles enregistrent le single Love Me Do (avec P.S. I Love You en face B), qui lance leur carrière discographique . […] Lire la suite

MARTIN GEORGE (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 692 mots
  •  • 1 média

Le producteur et arrangeur de musique britannique George Martin fut surnommé le « cinquième Beatle » en raison de son étroite collaboration avec les « Fab Four », sur lesquels il exerça une influence majeure, notamment en participant de manière innovante aux travaux de composition de John Lennon et de Paul McCartney. Entre 1962 et 1970, année qui marque la séparation du groupe, il supervisa les e […] Lire la suite

McCARTNEY PAUL (1942- )

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 326 mots
  •  • 1 média

Bassiste et chanteur des Beatles, fondateur du groupe Wings, James Paul McCartney naît le 18 juin 1942 à Liverpool, dans un milieu modeste : son père, représentant en coton, est protestant ; sa mère, infirmière, est catholique. Enfant aimé de ses parents, il est un élève moyen, qui joue dans les zones bombardées de la ville. Son éducation religieuse lui fait apprécier les cantiques. Son père joue […] Lire la suite

SGT. PEPPER'S LONELY HEARTS CLUB BAND (les Beatles)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 342 mots
  •  • 1 média

Alors que les rumeurs de séparation vont bon train, les Beatles commencent en décembre 1966 l'enregistrement d'un concept-album (c'est-à-dire un album conçu comme un ensemble cohérent), le premier dans l'histoire de la musique populaire, Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band , qui paraît le 1 er  juin 1967. Les quatre musiciens construisent patiemment ce manifeste pop qui baigne dans une atmosph […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « LENNON JOHN - (1940-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-lennon/