CASSAVETES JOHN (1929-1989)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La volonté d'indépendance

John Cassavetes est né à New York le 9 décembre 1929, dans une famille d'origine grecque. Sa première passion est le théâtre. Après des études à Harvard, il entre dans les années 1950 à l'American Dramatic Arts of New York, largement influencé par les théories de l'Actors Studio. Après quelques tentatives à Broadway, il fonde en 1956 le John Cassavetes Workshop, un atelier librement ouvert aux acteurs. Il ne reviendra vraiment vers le théâtre que dans les années 1980, avec East/West Games puis Three Plays of Love and Hate (Trois Pièces d'amour et haine).

Un brillant avenir lui est promis – on le compare alors à James Dean, disparu en 1955 – quand il lance, lors d'un talk-show télévisé, un appel : « Ceux qui veulent voir un film sur de vraies personnes doivent y contribuer financièrement. » Le lendemain, il reçoit 2 000 dollars en petites coupures qui ouvrent le financement de Shadows (dont le coût s'élèvera à 40 000 dollars). Cassavetes reprend une idée qu'il avait exprimée au printemps 1959, dans« What's Wrong with Hollywood » (« Haro sur Hollywood »), où il précise sa conception de l'indépendance : « Posséder le privilège de communiquer universellement dans un univers incapable de compréhension, et négliger de telles puissances, accepter le compromis – voilà qui ne peut manquer d'engloutir un artiste et ses films dans l'oubli. »

La passion que John Cassavetes éprouve vis-à-vis des « vraies personnes » constitue la clé de l'originalité de Shadows (1961). Le film, porté par la musique de Charlie Mingus, se fonde sur des personnages qui sont avant tout des personnes : nombre d'entre eux conservent dans le film leur prénom véritable, voir leur propre patronyme. Sur le plan dramatique, le scénario – à l'exception du contexte politico-sociologique qui fait une large place au racisme et à la question noire – frise la banalité, et aurait été refusé par n'importe quel studio. Cassavetes, a-t-on dit, filme sans scénario et laisse ses acteurs improviser. Cette assertion est aussi contestable que celle que l'on porte sur le scénario d'À bout de souffl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  CASSAVETES JOHN (1929-1989)  » est également traité dans :

FACES, film de John Cassavetes

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 004 mots

Lorsque sort Faces, John Cassavetes (1929-1989) est plus connu en tant qu'acteur que comme cinéaste. La série télévisée « Johnny Staccato » (1959-1960), ses rôles de méchant dans À bout portant (The Killers, 1964, de Donald Siegel) et Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faces/#i_80252

BERNSTEIN ELMER (1922-2004)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 847 mots

Il est l'auteur d'une des plus célèbres musiques de film, celle des Sept Mercenaires . Mais le compositeur et chef d'orchestre américain Elmer Bernstein est aussi – aux côtés de ses compatriotes Alex North et Bernard Herrmann – un des protagonistes du renouveau du langage musical cinématographique qui s'opère dans les années 1950 : jusqu'à cette époque, en effet, les compositeurs d'Hollywood, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elmer-bernstein/#i_80252

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un cinéma indépendant contre Hollywood ? »  : […] Dans les années 1960, l'espoir mis dans les expériences marginales de l'underground (les frères Mekas, Andy Warhol, Paul Morissey, Kenneth Anger, Stan Brakhage), comme dans le documentaire inspiré du cinéma-vérité (Richard Leacock, Frederic Wiseman) ou militant (Emile De Antonio, Barbara Kopple), ne s'est pas vraiment concrétisé, sinon par l'émergence d'un cinéma noir dont Spike Lee est le repré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_80252

FINANCEMENT PARTICIPATIF ou CROWDFUNDING

  • Écrit par 
  • Jean-Charles DUFEU
  •  • 3 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le crowdfunding avant le crowdfunding »  : […] L’une des premières opérations de financement participatif connues remonte à 1713, lorsque le poète anglais Alexander Pope lance une souscription publique pour traduire L ’ Iliade en anglais. Quelques décennies plus tard, Wolfgang Amadeus Mozart s’approprie le procédé et, dans le but de venir jouer ses nouvelles œuvres à Vienne, propose au public de le soutenir financièrement. Au xix e  siècle, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/financement-participatif-crowdfunding/#i_80252

GAZZARA BEN (1930-2012)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 344 mots
  •  • 1 média

L’ acteur américain Ben Gazzara se distinguait par sa voix râpeuse ainsi que sa présence troublante sur la scène comme à l’écran. Pendant sa carrière, longue de plus de soixante ans, il se produisit à Broadway, créant le rôle de Brick dans Cat on a Hot Tin Roof ( La Chatte sur un toit brûlant ) de Tennessee Williams en 1955, à la télévision dans la série Run for Your Life (1965-1968, Match contr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ben-gazzara/#i_80252

ROSEMARY'S BABY, film de Roman Polanski

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 868 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mater dolorosa »  : […] Rosemary's Baby , avec le recul des années, c'est d'abord l'architecture et les passants de Manhattan, la pierre sombre du Dakota Building où furent tournés les extérieurs, et l'omniprésente cacophonie de la circulation. C'est aussi la jeunesse de Mia Farrow et l'énergie de John Cassavetes. Échappée de l'onctueuse série télévisée Peyton Place , la première multiplie les coiffures et les robes à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosemary-s-baby/#i_80252

ROWLANDS GENA (1930- )

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 661 mots

Virginia Cathryn Rowlands est née le 19 juin 1930, à Cambria, dans le Wisconsin, aux États-Unis. Admiratrice de Bette Davis, à laquelle elle sera finalement opposée dans Strangers : The Story of a Mother and Daughter , un téléfilm de Milton Katselas (1979), elle s'installe en 1950, après des études à l'université du Wisconsin, à New York où elle suit les cours de l'American Academy of Dramatic Art […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gena-rowlands/#i_80252

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « CASSAVETES JOHN - (1929-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-cassavetes/