BALDESSARI JOHN (1931-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'image déconstruite

Ne se reconnaissant pas dans le ton doctrinal de leurs maîtres-penseurs, mais aussi censeurs, John Baldessari, déclaré persona non grata par son cadet Joseph Kosuth, développe pourtant une œuvre qui compte rétrospectivement comme l'une des plus stimulantes qu'ait produit l'art conceptuel. La désinvolture de l'artiste californien et son recours à un sens de l'humour étranger aux principaux théoriciens de ce mouvement lui permettront en outre de demeurer à l'écart des écueils et contradictions auxquels n'échappent pas ces derniers.

La position décalée de John Baldessari transparaît notamment dans certaines vidéos conçues au début des années 1970. Que ce soit dans I will not make any more boring art (Je ne ferai plus d’art ennuyeux, 1971), où l'artiste, après avoir soumis l'exercice à des étudiants, recopie consciencieusement cette phrase dans la perspective de provoquer justement l'ennui du spectateur, ou bien dans Baldessari sings LeWitt (1972), où les « Alinéas sur l'art conceptuel » de Sol LeWitt sont chantés afin de les rendre plus attrayants, Baldessari s'approprie habilement syntaxe et vocabulaire de l'art conceptuel sans pour autant en épouser les dimensions solennelle et hermétique.

Parallèlement à ses vidéos, l'artiste alimente, à partir des années 1970, une production diversifiée qui vise à questionner et déconstruire les paramètres sémantiques de l'image. Il considère principalement le médium photographique (introduit dès le début des années 1960 dans son œuvre avec la série The back of all trucks passed while driving from Los Angeles to Santa Barbara, California, Sunday 20 January 1963) et l'image cinématographique, qu'il soumet à d'innombrables variations convoquant régulièrement le langage. Travaillant souvent à partir de photogrammes de films hollywoodiens, dont il désincarne et travestit les portées significatives et narratives, en s'appuyant sur des procédures d'o [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

Classification

Autres références

«  BALDESSARI JOHN (1931-2020)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De l'influence de l'art conceptuel »  : […] Ces mêmes principes d'unicité, d'indivisibilité, de symétrie et de clarté, souvent teintés de revendications nihilistes, se retrouvent en partie dans le pop art, qui constitue une autre des échappatoires au récit moderniste. Bien que d'origine britannique, le phénomène pop va connaître une expansion et une notoriété sans équivalents aux États-Unis. Ses représentants, plus ou moins dissidents, ceu […] Lire la suite

POSTMODERNISME

  • Écrit par 
  • Carla CANULLO, 
  • Romain JOBEZ, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 5 158 mots

Dans le chapitre « L'emprunt et la citation »  : […] L'idée selon laquelle le postmodernisme serait prioritairement une dérive pour ainsi dire autocritique du modernisme mettant en lumière certains de ses aspects refoulés ne résiste donc pas à un examen attentif de l'éparpillement des valeurs qui caractérise l'art à partir des années 1980. Indépendamment de sa « volatilité en éther esthétique », l'art va de plus en plus se détourner de tout projet v […] Lire la suite

Pour citer l’article

Erik VERHAGEN, « BALDESSARI JOHN - (1931-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-baldessari/