WINCKELMANN JOHANN JOACHIM (1717-1768)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Accession à l'humanité par la beauté

Dans ses ouvrages de la période italienne, Winckelmann développa les aperçus esquissés dans ses premiers écrits. À Florence, il rédigea le catalogue d'une collection de gemmes qu'il publia en langue française : Description des pierres gravées du feu baron de Stosch (1760). À ses amis et bienfaiteurs allemands il rendit compte dans deux ouvrages de la découverte des trésors mis au jour à Herculanum (1762 et 1764), jalousement gardés, et auxquels il avait réussi à se frayer un accès, et leur adressa Über die Baukunst der Alten (1762, Remarques sur l'architecture des Anciens). À un jeune ami il dédia l'Abhandlung von der Fähigkeit der Empfindung des Schönen in der Kunst und dem Unterrichte in derselben (Des réflexions sur le sentiment du beau dans les ouvrages de l'art et sur les moyens de l'acquérir, première traduction française, 1786), qui fait ressortir au maximum l'alliance de réflexion esthétique et d'enthousiasme pédagogico-érotique qui caractérise toute l'œuvre de Winckelmann. Les Monumenti antichi inediti, spiegati ed illustrati (1767), écrits en italien, sont « devenus pour tout un siècle [...] et au-delà le modèle d'ouvrages encyclopédiques destinés à faire connaître au public les monuments inconnus » (Ludwig Curtius). Tout comme le Versuch einer Allegorie... (Essai sur l'allégorie) qui s'assigne des objectifs didactiques en matière d'art, les Monuments inédits de l'Antiquité sont un ouvrage d'érudition. Le principe fondamental qui les régit consiste pour Winckelmann à interpréter certaines scènes figurées sur les monuments romains non comme des représentations de la légende ou de l'histoire locale, mais, à juste titre, comme tirées de la mythologie grecque ; ses erreurs reposent sur le même postulat, mais elles ont contribué puissamment au développement de l'herméneutique archéologique. Les Monuments devaient avoir pour effet d'éduquer le goût de l'élite intellectuelle européenne et de la hausser par la beauté à une humanité accomplie.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur ordinaire de littérature comparée à l'université de Bonn

Classification


Autres références

«  WINCKELMANN JOHANN JOACHIM (1717-1768)  » est également traité dans :

JOHANN JOACHIM WINCKELMANN. ENQUÊTE SUR LA GENÈSE DE L'HISTOIRE DE L'ART (É. Décultot)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 032 mots

L'histoire de l'art, écrit-on souvent, commencerait avec Johann Joachim Winckelmann (1717-1768) assignant pour la première fois aux œuvres de l'art antique une véritable histoire, c'est-à-dire des styles, des cycles et des territoires. Cette formation de ce que l'on décrit communément comme un nouveau paradigme, une rupture épistémologique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-joachim-winckelmann-enquete-sur-la-genese-de-l-histoire-de-l-art/#i_15671

RÉFLEXIONS SUR L'IMITATION DES ŒUVRES GRECQUES EN PEINTURE ET EN SCULPTURE, Johann Joachim Winckelmann - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 1 136 mots

C'est en juin 1755 que Johann Joachim Winckelmann (1717-1768) fait paraître les Réflexions sur l'imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture, son premier livre. Initialement publié en une cinquantaine d'exemplaires, ce court essai attire aussitôt l'attention. Dès le printemps 1756, Georg Conrad Walther, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexions-sur-l-imitation-des-oeuvres-grecques-en-peinture-et-en-sculpture/#i_15671

ANTIQUAIRE

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 1 228 mots

Le terme d'antiquaire désigne aujourd'hui un marchand d'objets d'art, d'ameublement et de décoration anciens. Mais le nom avait autrefois un sens voisin de celui que nous attribuons maintenant à archéologue. L' Encyclopédie de Diderot proposait la définition suivante : « L'antiquaire est une personne qui s'occupe de la recherche et de l'étude des monuments de l'Antiquité, co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquaire/#i_15671

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Histoire de l'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 382 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Collecter et classer »  : […] Au cours du xvii e  siècle, avec l'accroissement continu des savoirs, les savants commencent à se spécialiser. On appelle « antiquaires » ceux qui, toujours avec leurs moyens propres ou ceux de leurs protecteurs, enquêtent sur les objets du passé. Naissent alors les premières publications spécialisées, comme celles du médecin lyonnais Jacques Spon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-archeologie-et-societe-histoire-de-l-archeologie/#i_15671

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une discipline nouvelle »  : […] C'est pourtant au xviii e siècle que le climat intellectuel allait amener l'apparition d'une attitude radicalement nouvelle ; pour rompre avec tous les aspects du « vasarisme », il fallait une double concentration sur le concret des formes et sur les articulations spécifiques du développement. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-le-discours-sur-l-art-l-histoire-de-l-art/#i_15671

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Descartes à Kant »  : […] La fin de la Renaissance est marquée par le mysticisme (sainte Thérèse d'Avila, saint Jean de la Croix) ou l'étrange (Paracelse, Böhme) ; par des poétiques de la violence (comme celle de l'éclatement de l'ordonnance chez Dürer), par l'austérité initiale de la Contre-Réforme, puis par le maniérisme et enfin par le baroque. Le classicisme ne s'impose qu'au xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_15671

FINS DE L'ART (esthétique)

  • Écrit par 
  • Danièle COHN
  •  • 2 830 mots

Dans le chapitre « Autonomie, historicisme et critique des fins »  : […] Les explications internes au système du philosophe ne sont cependant pas la raison du retentissement de la thèse de la fin de l'art. C'est son appropriation et son appauvrissement par une certaine philosophie de l'art – celle de l'Américain Arthur Danto pour nommer son plus célèbre tenant – qui l'a installée au rang de vérité. Selon l'interprétation qu'il propose, en 1986, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fins-de-l-art-esthetique/#i_15671

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les mutations du goût et leurs causes »  : […] Il est d'autant plus difficile d'évoquer les phases marquantes de l'histoire du goût que, presque toujours, avec le recul du temps, on les décèle seulement lorsqu'elles ont atteint un degré de « cristallisation » éloigné de l'impulsion initiale. Ce sont les origines, les cheminements parfois inattendus de ces courants majeurs qu'il serait intéressant d'analyser. Dans la plupart des cas, il faudrai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gout-esthetique/#i_15671

L'HISTORIEN ET LES IMAGES (F. Haskell)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 494 mots

Édité dans sa version originale par l'université Yale en 1993 sous le titre History and Its Images , L'Historien et les images , publié dans la Bibliothèque illustrée des histoires (Gallimard), a été traduit en français par Alain Tachet et Louis Evrard. Selon la formule chère aux lettrés britanniques et dans laquelle Haskell, avec son érudition exception […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-historien-et-les-images/#i_15671

JEUX OLYMPIQUES - La renaissance des Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 5 065 mots

Dans le chapitre « Les fouilles d'Olympie »  : […] L' existence des jeux Olympiques de l'Antiquité est attestée par plusieurs écrits, notamment les Olympiques de Pindare ( v e  siècle avant J.-C.) : celles-ci font partie des Épinicies , un ensemble d'odes destinées à célébrer les vainqueurs des compétitions sportives de la Grèce antique. Quatre livres d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-la-renaissance-des-jeux/#i_15671

LAOCOON, OU DES FRONTIÈRES DE LA PEINTURE ET DE LA POÉSIE, Gotthold Ephraim Lessing - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 1 270 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'exemple contre l'axiome : fonction de la critique »  : […] Quelle est donc la progression de ce texte qui, à partir de sa parution en 1766, eut un si grand retentissement en Allemagne ? Dès l'abord, le traité paraît marqué par une étrange dualité méthodologique. Lessing entame son essai sur le mode déductif en énonçant le principe suivant : les Modernes, en réduisant les réflexions sur l'art à la seule règle de l' ut pictura poesis , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laocoon-ou-des-frontieres-de-la-peinture-et-de-la-poesie/#i_15671

MENGS ANTON RAPHAEL (1728-1779)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 633 mots
  •  • 1 média

À son époque, Anton Mengs passe pour le plus grand peintre d'Europe. Il semble catalyser les aspirations des premiers néo-classiques qui, à la suite de Winckelmann, prônent le retour à la « manière simple et noble du bel antique », au beau idéal, à la pureté de la statuaire grecque et au dessin de Raphaël. On le tient généralement pour le véritable réformateur de la peinture corrompue par le goût […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-raphael-mengs/#i_15671

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 099 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Rationalisme et primitivisme »  : […] Le néo-classicisme est un des aspects typiques du siècle des Lumières. L'esprit scientifique et rationnel des encyclopédistes s'allie au retour à la nature prêché par Rousseau et à l'évolution du goût qui voit dans l'art antique et dans les héros de Plutarque les modèles d'une perfection qu'on doit s'efforcer de restaurer dans le monde. Ainsi, un élément utopique et en même temps didactique accom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_15671

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et histoire des formes »  : […] En dehors de son étymologie principale, le terme évoque également le grec stylo s , que Vitruve emploie, au i er  siècle avant J.-C., pour désigner la colonne et, par extension, chacun des trois ordres architecturaux (dorique, ionique et corinthien) permettant de reconnaître une époque déterminée. Au mil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-arts/#i_15671

TRIESTE, ville néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 1 626 mots

Dans le jardin lapidaire de l'antique colline de San Giusto qui domine le port de Trieste, un reposoir en forme de cella abrite le cénotaphe élevé à la mémoire de Winckelmann, œuvre d'un élève de Canova. Trieste connut dans l'Europe des Lumières un instant de célébrité, en 1768, au moment de l'assassinat du fondateur de l'histoire de l'art comme discipline moderne, véritabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trieste-ville-neo-classique/#i_15671

Voir aussi

Pour citer l’article

Horst RÜDIGER, « WINCKELMANN JOHANN JOACHIM - (1717-1768) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-joachim-winckelmann/