JŌCHŌ (mort en 1057)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'école de la Septième rue

Jusque-là pris en charge par l'État, les monastères le sont désormais par les familles aristocrates qui commanditent leurs propres artistes. La demande toujours croissante d'images, due à l'extension des établissements religieux, ne peut être satisfaite que par l'organisation de praticiens, travaillant dans l'atelier et sous les ordres d'un maître sculpteur. Ainsi, l'Amida du pavillon du Phénix est exécuté par Jōchō dans son atelier de Kyōto et livré ensuite au Byōdō-in. Ces ateliers privés, qui finiront par fusionner en corporations de sculpteurs (bussho), préexistaient au temps de Jōchō, mais ils ne se développent vraiment qu'avec la rationalisation et la systématisation de la technique yosegi (par pièces assemblées), à laquelle le nom de Jōchō est lié. Cette méthode, peu pratiquée avant Jōchō, va se substituer à la formule ichiboku qui veut que la statue soit d'une seule pièce de bois, ce qui ne permet pas la division du travail que demande toute collaboration. Le principe du yosegi, selon lequel les différentes parties de l'œuvre sont sculptées séparément puis assemblées, exige par contre une collaboration poussée, et l'on prête à Jōchō l'art d'avoir su organiser son atelier en définissant avec précision la tâche de chacun, en vue d'un résultat homogène. La pratique du travail en commun perfectionnera la technique yosegi, qui restera prééminente après le milieu du xie siècle et préparera l'essor de la sculpture sur bois du xiiie siècle.

La position éminente de Jōchō passe à son fils Kakujō ( ?-1077), puis à son petit-fils Raijo (1054-1119), qui travailleront, semble-t-il, plus à Nara qu'à Kyōto. Cette lignée s'appellera plus tard l'école de la Septième rue (Shichijō bussho) ; à la fin du xiie siècle, le grand sculpteur Unkei ( ?-1223) en sortira. Mais Injo ( ?-1108), autre fils de Kakujō, et Inchō, fils d'Injo, prendront leur indépendance, tout comme Chōsei (1010-1091), élève de Jōchō, qui fondera avec son fils Ensei ( ?-1134) l'école de la Troisième rue (Sanjō bussho), moins importante que la préc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JOCHO (mort en 1057)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « L'emprise des sectes »  : […] En 794, la capitale fut transférée à Heian-kyō (Kyōto) ; l'époque de Nara fit place à celle de Heian, qui allait se dérouler jusqu'à la fin du xii e  siècle. Sur le plan religieux, cette ère nouvelle est marquée par une évolution de l'attitude des Japonais vis-à-vis du bouddhisme. Jusqu'au viii e  siècle, diverses sectes furent introduites pêle-mêle dans l'archipel ; les spéculations métaphysiques […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie MATHELIN, « JŌCHŌ (mort en 1057) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jocho/