JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cénacle des Cao

La postérité s'est autorisée de ce témoignage pour imaginer un cénacle de sept talents réunis autour de leurs mécènes, Cao Cao et ses deux fils, Cao Pi (ou Cao Pei) déjà nommé et Cao Zhi (192-232), le plus brillant poète du temps. Sous cette forme, cependant, l'image tient davantage du symbole que de la réalité. Si l'on en croit le meilleur historien de cette époque, l'auteur du San Guo zhi, c'est après sa nomination comme vice-Premier ministre, survenue en 211, que Cao Pi réunit autour de lui plusieurs de ces écrivains. Or Kong Rong, dont le nom ouvre la liste du Lun wen, était mort en 208. L'admiration que lui portait Cao Pi n'avait pas pu sauver cet éminent confucianiste : il fut exécuté sur l'ordre de Cao Cao qu'exaspéraient ses sarcasmes et son mépris. Un autre des Sept, Ruan Yu, devait mourir en 212, et les cinq derniers en 217, quatre d'entre eux victimes d'une même épidémie. S'il est vrai que ces écrivains formèrent, à cinq ou à six sinon à sept, le noyau d'un cénacle littéraire, leur association n'a donc pu avoir qu'une existence éphémère. Comme, au reste, il n'a subsisté de leur œuvre que des débris, infimes ou médiocres pour plusieurs d'entre eux, leur renommée persistante ne s'explique que comme le signe d'une gloire qui les dépasse. Leur septaine symbolique rappelle que la renaissance littéraire de cette époque fut l'œuvre collective d'une large cour d'écrivains, que les Cao, dont le génie éclipsait d'ailleurs celui de leurs protégés, avaient découverts dans les provinces conquises et rassemblés à Ye, leur capitale.

Des modes nouvelles apparurent alors, qui témoignent de l'activité de ce milieu. Les lettrés prirent l'habitude d'échanger entre eux des poèmes, à propos de circonstances vécues. Cet usage allait devenir pour longtemps l'une des principales fonctions sociales de la poésie et favoriser l'épanouissement d'un thème littéraire d'avenir, celui de l'amitié. D'autre part, les poètes exercèrent souvent leur talent sur des thèmes imposés : de l'époque Jian'an datent plusieurs séries de poèmes [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JIAN'AN [ KIEN-NGAN ] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)  » est également traité dans :

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite

CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « L'homme et son temps »  : […] Ces poèmes sont traditionnellement lus à la lumière des drames de l'époque ou de ceux de la vie de l'écrivain. « Né au milieu des bouleversements, j'ai grandi au milieu des armées », dit Cao Zhi. Plus rudes encore furent pour lui les épreuves de l'âge mûr. Il n'est que naturel d'en chercher le reflet dans une œuvre à l'éclat de laquelle l'auteur ne borne pas ses ambitions, brûlant qu'il est de se […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE - (196-220) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jian-an-kien-ngan-les-sept-poetes-de-la-periode/