JEUX OLYMPIQUESLes boycottages des Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une longue histoire

Dès avant l'action lancée dans le comté de Mayo (Irlande) par des fermiers de la ligue agraire de Charles Parnell qui déclenchèrent en 1879 un blocus à l'encontre de leur propriétaire, Charles Cunningham Boycott, qui entraîna sa ruine et fit naître le terme, le boycottage fut un rouage de l'action politique et économique. Avec la visibilité accrue des événements sportifs et notamment des jeux Olympiques, les États disposèrent d'une nouvelle arme médiatico-politique dont ils usèrent et abusèrent dans les années 1970 et 1980, avec pour toiles de fond l'émancipation de l'Afrique et la guerre froide.

Le boycottage des jeux Olympiques naît en fait avec ceux-ci, puisqu'une délégation turque refuse de participer à l'édition de 1896 pour cause de différends frontaliers avec la Grèce ! Cette question revient sur le devant de la scène en 1936, à l'occasion des Jeux de Berlin organisés par l'Allemagne nazie. En effet, des appels au boycottage sont lancés aux États-Unis, où la question juive est particulièrement sensible. Mais Avery Brundage, président du Comité olympique américain, se démène pour éviter celui-ci : après une tournée en Europe de six journées, où il s'entretient notamment avec Karl Ritter von Halt, président du comité d'organisation des Jeux d'hiver de Garmisch-Partenkirchen, qui lui assure que la question juive est « mineure en Allemagne », et lors de laquelle il visite Berlin où les signes antisémites trop visibles sont camouflés, il déclare à son retour que « les Juifs allemands sont contents de leur sort d'un point de vue sportif ». En définitive, malgré de nombreuses protestations outre-Atlantique, les sportifs américains prennent part à ces Jeux. En Europe, seul le mouvement ouvrier ne se satisfait pas de voir les Jeux de 1936 annexés par les nazis ; il appelle au boycottage et tente d'organiser des contre-Jeux à Barcelone, les olympiades populaires, lesquelles sont annulées à la suite du pronunciamiento militaire de Francisco Franco. En France, le gouvernement de Front populaire refuse d'envisager le boycottage des Jeux de Berlin et tous les députés, à l'exception de Pierre Mendès France, votent les subventions nécessaires pour assurer la participation des sportifs français aux Jeux de Berlin. Les Jeux de Berlin ne sont donc boycottés par personne...

Vingt ans plus tard, en 1956, sept pays boycottent les Jeux de Melbourne, pour trois raisons différentes. Le monde est tout d'abord secoué par la crise de Suez. Le 26 juillet 1956, Gamal Abdel-Nasser, président de la République arabe d'Égypte, décrète la nationalisation du canal de Suez, provoquant l'ire de la France et du Royaume-Uni, qui lancent une opération militaire dans la région le 30 octobre. Opérant au côté des Français et des Britanniques, l'armée israélienne passe à l'offensive dans le Sinaï, déclenchant la deuxième guerre israélo-arabe. En réaction à ces événements, l'Égypte, l'Irak et le Liban décident de boycotter les Jeux. Le 4 novembre, l'Armée rouge pénètre dans Budapest et les chars soviétiques vont écraser l'insurrection hongroise. L'Occident ne réagit guère, Avery Brundage, désormais président du C.I.O., dénonce par avance toute idée de boycottage : « Les jeux Olympiques sont des compétitions entre individus et non entre nations. » Néanmoins, l'Espagne, les Pays-Bas et la Suisse annoncent leur retrait des Jeux. Enfin, la délégation de la Chine populaire quitte le village olympique avant le début des compétitions, car le drapeau de la Chine nationaliste (Taïwan) est arboré lors de la cérémonie d'ouverture, le 22 novembre.

Mais c'est en 1976 que se produit le premier boycottage d'envergure des Jeux. Depuis 1964, l'Afrique du Sud n'était plus conviée au rendez-vous olympique en raison de sa politique d'apartheid ; puis elle fut officiellement exclue du mouvement olympique en 1970. Or, en cette année 1976 marquée par la répression sanglante des émeutes de Soweto en juin, les rugbymen néo-zélandais – les All Blacks – effectuent une tournée en Afrique du Sud. Seize nations africaines exigent pour cette raison que le C.I.O. interdise à la Nouvelle-Zélande de participer aux Jeux de Montréal. Lord Killanin, président du C.I.O., leur adresse une fin de non-recevoir. Le 17 juillet 1976, juste après la céré [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

13 novembre - 8 décembre 2008 France – Chine. Annulation du sommet sino-européen

Le chef de l'État français avait renoncé à rencontrer le chef spirituel des Tibétains lorsque celui-ci s'était rendu en France au mois d'août, au moment où Pékin accueillait les jeux Olympiques. Le 26, Pékin annonce sa décision de ne pas participer au sommet entre l'Union européenne et la Chine qui doit se tenir à Lyon le 1er décembre. La Commission européenne annule la réunion, précisant que la décision chinoise est motivée par la visite du dalaï-lama en Europe – celui-ci doit aussi se rendre à Bruxelles. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - Les boycottages des Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-les-boycottages-des-jeux/