JEUX OLYMPIQUESLe dopage et les Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Agence mondiale antidopage

Cette longue histoire et la multiplication des cas de dopage nécessitaient une réponse ferme que le mouvement sportif ne pouvait à lui seul apporter. En février 1999, le C.I.O. organise à Lausanne la première conférence mondiale contre le dopage dans le sport et propose à cette occasion la création d'une Agence mondiale antidopage (A.M.A.), laquelle voit le jour le 10 novembre 1999, dont le siège est établi à Lausanne. L'A.M.A. envoie des observateurs indépendants aux Jeux de Sydney en 2000. Dès lors, les objectifs de l'A.M.A. sont d'impliquer les États et d'uniformiser les contrôles et les pratiques : à partir de 2002, le financement de l'A.M.A. est assuré pour une moitié par le mouvement olympique, pour l'autre par les États ; un Code mondial antidopage est finalisé et adopté par toutes les fédérations internationales de sports avant les Jeux d'Athènes en 2004. En 2005, la Convention internationale contre le dopage dans le sport est élaborée sous l'égide de l'U.N.E.S.C.O. pour épauler l'A.M.A. En effet, le Code mondial antidopage est un document non gouvernemental qui s'applique uniquement aux membres des organisations sportives, alors que la Convention constitue un cadre juridique qui permet aux gouvernements de se saisir du problème du dopage. La Convention entre en vigueur le 1er janvier 2007 et est ratifiée par plus de cent trente gouvernements. Les polices sont également associées à la lutte antidopage : l'A.M.A. passe à cet effet des accords avec Interpol en 2008.

Le rôle de l'A.M.A. est éducatif, préventif et répressif. L'aspect éducatif comporte deux volets. Le premier est principalement confié au comité des sportifs de l'Agence, lequel élabore des programmes de sensibilisation qui mettent l'accent sur les dangers et les conséquences du dopage, fournit des informations aux jeunes champions, va à leur rencontre lors des grandes compétitions internationales. Le second s'appuie sur divers programmes (symposiums de l'A.M.A. sur l'éducation ; programme de recherche en sciences sociales sur les aspects comportementaux du dopage ; programme de l'A.M.A. pour la jeunesse, lequel prodigue des conseils et fournit du matériel pour intégrer des messages antidopage dans les programmes scolaires). Pour ce qui est de la prévention, l'A.M.A. – responsable de la publication annuelle des listes de substances et méthodes interdites – supervise le processus d'autorisation d'usage de substances illicites à des fins thérapeutiques, encourage la recherche scientifique consacrée à développer de nouvelles méthodes de détection, s'assure que les règles des différents sports sont en conformité avec le Code mondial antidopage, fait évoluer ce Code par des processus réguliers de révision en s'attachant à combattre les nouvelles pratiques dopantes...

En outre, elle a créé en 2005 le Système de gestion et d'administration antidopage : celui-ci permet, grâce à une banque de données en ligne, aux acteurs de la lutte antidopage de partager leurs informations et de coordonner leurs actions. Pour ce qui est de l'aspect répressif, l'A.M.A. collabore donc avec Interpol, elle travaille avec l'U.N.E.S.C.O. et les gouvernements pour persuader les États de mettre en place l'arsenal législatif nécessaire pour combattre la production, la distribution et la possession de substances dopantes sur leur territoire ; par ailleurs, elle développe des protocoles visant à faciliter la collecte de preuves et le partage d'informations entre les gouvernements et le mouvement sportif ; enfin, elle a la responsabilité d'examiner les sanctions imposées par les organisations antidopage et de faire appel devant le Tribunal arbitral du sport quand les décisions ne sont pas conformes au Code mondial antidopage.

Mais le principal problème de l'A.M.A. demeure son manque de moyens financiers : son budget est inférieur à 25 millions d'euros, ce qui, rapporté aux sommes liées à l'industrie du dopage, constitue une misère. En effet, le marché du dopage est estimé à près de 10 milliards d'euros par an...

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

17 décembre 2020 Russie. Exclusion de la Russie des compétitions internationales pour deux ans.

L’ancien chef du laboratoire antidopage de Moscou Grigory Rodchenkov, aujourd’hui réfugié aux États-Unis, avait dénoncé le système institutionnalisé de dopage mis en place de 2011 à 2015, notamment à l’occasion des jeux Olympiques d’hiver de Sotchi en 2014. Cette sanction exclut Moscou des Jeux d’été et d’hiver 2021. Le TAS autorise toutefois les athlètes russes non dopés à participer aux compétitions à titre individuel et sous bannière neutre. […] Lire la suite

8-28 février 2018 Corée du Nord – Corée du Sud. Rencontres diplomatiques à l'occasion des jeux Olympiques d'hiver.

Le 9 se déroule la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques (JO) d’hiver de Pyeongchang, à laquelle assiste Kim Yo-jong, sœur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et membre du bureau politique du Parti du travail. Il s’agit de la première visite d’un membre de la famille Kim au Sud depuis la fin de la guerre de Corée. Le 10, Kim Yo-jong est reçue par le président sud-coréen Moon Jae-in auquel elle transmet une invitation à se rendre à Pyongyang. […] Lire la suite

31 janvier 2018 Russie. Excuses du président Vladimir Poutine aux sportifs.

Le président Vladimir Poutine reçoit une partie des cent soixante-neuf sportifs russes considérés comme « propres » par le Comité international olympique (CIO) et autorisés à participer à titre individuel aux jeux Olympiques d’hiver en Corée du Sud en février ; la participation de la Russie a été suspendue par le CIO en décembre 2017. Il s’excuse de n’avoir su protéger les sportifs russes des retombées du scandale du dopage et reconnaît des « omissions, erreurs, inattentions » de la part de Moscou, tout en réclamant une « discussion substantielle » avec les institutions antidopage. […] Lire la suite

5-27 décembre 2017 Russie. Exclusion des jeux Olympiques d'hiver.

Le 5, le Comité international olympique (CIO) suspend la participation de la Russie aux jeux Olympiques (JO) d’hiver prévus à Pyeongchang, en Corée du Sud, en février 2018. Cette décision est justifiée par les nombreux cas de dopage de sportifs russes enregistrés lors des Jeux de Sotchi en 2014 et par la responsabilité avérée de l’ancien ministre des Sports Vitali Moutko, actuel vice-Premier ministre, dans un système organisé de dopage. […] Lire la suite

5-21 août 2016 Brésil. Jeux Olympiques de Rio.

Du 5 au 21 se déroulent à Rio de Janeiro les Jeux d’été de la trente-et-unième olympiade. Deux cent quatre pays et plus de onze mille trois cents athlètes y participent. Le budget est estimé à 37,4 milliards de reais (10 milliards d’euros). La compétition est marquée par l’interdiction de participer opposée à cent-dix-huit sportifs russes pour dopage. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - Le dopage et les Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-le-dopage-et-les-jeux/