JEUX OLYMPIQUESLe dopage et les Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une longue histoire sans fin ?

La disqualification de Ben Johnson provoque donc une sorte de séisme olympique à forte visibilité médiatique, et le monde entier prend soudain conscience du problème du dopage. Pourtant, le dopage dans le sport, et plus particulièrement aux jeux Olympiques, est loin d'être un phénomène nouveau. De tout temps, l'homme a en effet cherché à augmenter ses capacités physiques par l'absorption de diverses substances : ainsi, durant les Jeux de l'Antiquité grecque, les concurrents consommaient de grandes quantités de viande pour augmenter leurs chances de victoire, ce qui était interdit et sanctionné. Les sauteurs mangeaient de la viande de chèvre en raison des aptitudes de cet animal alors que les lanceurs et les lutteurs préféraient la viande de bœuf.

Pour ce qui est des Jeux modernes, Thomas Hicks, vainqueur du marathon en 1904 à Saint Louis, ne put rallier l'arrivée que grâce à l'« aide » de son entraîneur qui lui fit deux injections de sulfate de strychnine et lui fit avaler une bonne rasade de cognac français. À cette époque, on ne parle pas de dopage et Hicks est félicité pour sa victoire. On commence à parler de dopage en 1928 : la Fédération internationale d'athlétisme interdit le recours à des substances stimulantes ; mais il n'existe ni moyens de contrôle ni règlements spécifiques en la matière ; cette interdiction demeure très symbolique, le respect de celle-ci relevant donc de la seule rigueur morale des concurrents. Une pratique « dopante » se répand dans les années 1930 : comme le déficit en oxygène limite les performances dans les sports d'endurance, les Japonais inaugurent l'inhalation d'oxygène avant les compétitions. Puis les hormones synthétiques s'invitent aux Jeux dans les années 1950.

En 1960, le cycliste danois Knud Enemark Jensen décède, prétendument victime d'une insolation, dans la course contre la montre par équipes de 100 kilomètres : l'autopsie révèle des traces d'amphétamines, dont l'absorption est plus sûrement la cause du d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - Le dopage et les Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-le-dopage-et-les-jeux/