JEUX OLYMPIQUESLe dopage et les Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À Séoul, en 1988, la finale du 100 mètres masculin, l'épreuve reine des Jeux, est encore plus attendue que d'habitude. En effet, deux hommes se défient verbalement depuis un an : l'Américain Carl Lewis et le Canadien Ben Johnson. Cette course fournit l'occasion de déterminer qui est l'homme le plus rapide du monde, et le duel s'annonce somptueux. Carl Lewis est le tenant du titre, mais, en 1987, aux Championnats du monde d'athlétisme de Rome, Ben Johnson a battu l'Américain en établissant un fabuleux record du monde : 9,83 secondes. À Séoul, les séries qualificatives n'ont pas permis de dégager un favori, car les deux champions sont demeurés sur la réserve. Cent mille personnes, heureuses d'assister à l'événement en ce samedi 24 septembre, garnissent les gradins du stade olympique. À 13 heures 30, les huit finalistes prennent place dans les starting-blocks. Le coup de pistolet du starter libère les fauves : Johnson jaillit le plus promptement, il se trouve en tête après 30 mètres ; aux 50 mètres, sa victoire ne fait plus guère de doute ; aux 70 mètres, il jette un regard furtif sur sa gauche pour voir où se trouve Carl Lewis ; puis il lève la main droite, index pointé vers le ciel, et franchit en vainqueur la ligne d'arrivée en toisant ses rivaux du regard. Ben Johnson est champion olympique et bat le record du monde (9,79 s) ; Carl Lewis, qui réalise pourtant son meilleur temps sur la distance (9,92 s) et prend la deuxième place, semble réduit au rôle de faire-valoir...

Ben Johnson

Ben Johnson

Photographie

Le 24 septembre 1988, à Séoul, Ben Johnson, surpuissant, remporte le 100 mètres olympique en battant le record du monde (9,79 s). Mais, dans la nuit du 26 au 27 septembre, il est confirmé que le Canadien a été contrôlé positif au stanozolol, un stéroïde anabolisant, et est donc convaincu... 

Crédits : R.C. Modra/ Sports Imagery/ Getty

Afficher

Johnson se soumet à l'obligatoire contrôle antidopage, fournit les 150 millilitres d'urine nécessaires, lesquels sont répartis dans deux flacons (échantillons A et B). Le lundi 26 septembre, la commission médicale du C.I.O. reçoit les résultats de l'analyse de l'échantillon A à 8 heures 45 : celle-ci révèle la présence de stanozolol, un stéroïde anabolisant interdit. L'information est gardée secrète ; seule Carol Anne Letheren, chef de mission de la délégation canadienne, est prévenue. La contre-expertise (échant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - Le dopage et les Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-le-dopage-et-les-jeux/