JEUX OLYMPIQUESLa R.D.A. et les Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une politique sportive volontariste

Le modèle sportif est-allemand se distingue par une structure organisationnelle originale. En effet, selon les pays, le sport tient ou ne tient pas une place importante dans le système éducatif, ce statut étant souvent issu de la tradition (Grande-Bretagne). Puis une élite se dégage de la masse de ces sportifs en herbe. En R.D.A., l'accès au sport est garanti à tous par la Constitution, comme « élément de la culture socialiste servant à l'épanouissement de la population ». Mais, parallèlement à ce sport de masse, un système de détection perfectionné permet de « choisir » les enfants aux capacités prometteuses et de les « former » à la haute compétition, dans de multiples centres d'entraînement, dès l'âge de dix ou onze ans, parfois plus tôt. Ainsi, les enfants se mesurent lors de « Spartakiades d'arrondissement », ce qui permet de recruter les meilleurs d'entre eux. Les archives de la Stasi indiquent que plus de trente-cinq mille cadres et entraîneurs rémunérés travaillaient dans quelque deux mille centres à la formation et à la « préparation » de futurs champions soumis à une sélection drastique. La dissociation totale entre pratique sportive de masse – de « loisir », dit-on en Occident – et « formation » plus que rigoureuse à la compétition de haut niveau explique la réussite olympique de la R.D.A., laquelle ne peut pas se résumer à la seule efficacité du dopage d'État.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - La R.D.A. et les Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-la-r-d-a-et-les-jeux/