JEUX OLYMPIQUESLa marchandisation des Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organiser les jeux Olympiques d'été de 1984 sans solliciter le contribuable constituait un défi considérable, que le Los Angeles Olympic Organizing Committee (L.A.O.O.C.) a relevé avec succès, faisant le bonheur de l'homme d'affaires Peter Ueberroth : les Jeux de Los Angeles dégagent un bénéfice de 223 millions de dollars. Juan Antonio Samaranch, président du C.I.O. depuis 1980, souhaite moderniser le mouvement olympique et le transformer en un pôle financier à l'influence incontournable ; il se félicite de cette réussite, et il va reprendre à son compte l'approche de Peter Ueberroth pour faire prospérer le C.I.O. : la « marchandisation » des Jeux est en marche ; elle ne s'arrêtera plus.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - La marchandisation des Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-la-marchandisation-des-jeux/