JEUX OLYMPIQUESLa Chine et les Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question de Taïwan et l'isolationnisme

En 1949, Mao Zedong arrive au pouvoir en Chine. Le mouvement olympique chinois se disloque (Cheting T. Wang et Kong Xiangxi suivent Tchiang Kai-chek à Taïwan ; Tung Shouyi demeure fidèle à Pékin). Pour Mao, la présence de la Chine populaire aux Jeux d'Helsinki en 1952 revêt une grande importance, car l'U.R.S.S. de Staline prend pour la première fois part aux compétitions. Mais J. Sigfrid Edström, président du C.I.O., pourtant apôtre de l'unification du mouvement olympique, refuse dans un premier temps la participation de la Chine communiste aux Jeux ; finalement, un nageur, Wu Chuanyu, est admis à concourir, ce qui provoque le retrait de la délégation taïwanaise, laquelle boycotte les Jeux pour cette raison.

La question des deux Chines rythme alors la vie du mouvement olympique : en 1954, le C.I.O. reconnaît la République populaire de Chine (le C.I.O. est la première grande organisation internationale à le faire) ; il joue la carte de la cohabitation entre les Chines communiste et nationaliste pour les Jeux de Melbourne en 1956, ce qui s'avère complexe, car chaque Chine demande l'exclusion de l'autre. À l'issue d'un jeu de diplomaties croisées, les délégations des deux Chines sont présentes à Melbourne ; mais le drapeau de la Chine nationaliste est arboré durant la cérémonie d'ouverture et, en conséquence, la délégation de la Chine populaire quitte immédiatement le village olympique.

En 1958, la Chine communiste radicalise sa politique : sur le plan interne, la période des Cent Fleurs, marquée par un embryon de libéralisation, se termine ; sur le plan international, c'est la crise du détroit de Formose, les rapports sino-américains se durcissent, les relations sino-soviétiques se distendent. Avery Brundage, le très anticommuniste président du C.I.O., défend les intérêts taïwanais. Le 19 août 1958, Tung Shouyi écrit à Otto Mayer, « chancelier » du C.I.O. : « Brundage ayant délibérément violé la Charte olympique dans le but de servir le pr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Royaume-Uni. Fin des jeux Olympiques de Londres. 12 août 2012

La cérémonie de clôture des jeux Olympiques d'été organisés à Londres est l'occasion pour le maire de la capitale britannique de transmettre le drapeau olympique à son homologue de Rio de Janeiro, où doivent se dérouler les Jeux d'été 2016. Quelque 10 900 athlètes représentant 204 délégations […] Lire la suite

France – Chine. Visite du président Nicolas Sarkozy en Chine. 28-30 avril 2010

en réfléchissant au nouvel ordre monétaire multipolaire ». En 2008, Nicolas Sarkozy avait conditionné sa présence à la cérémonie d'inauguration des jeux Olympiques de Pékin à l'ouverture de négociations entre le pouvoir chinois et le dalaï-lama, ce qui avait contribué au refroidissement des relations bilatérales. Le 30, Nicolas Sarkozy et son épouse assistent à la cérémonie d'ouverture de l'Exposition universelle de Shanghai. […] Lire la suite

France – Chine. Annulation du sommet sino-européen. 13 novembre - 8 décembre 2008

les jeux Olympiques. Le 26, Pékin annonce sa décision de ne pas participer au sommet entre l'Union européenne et la Chine qui doit se tenir à Lyon le 1er décembre. La Commission européenne annule la réunion, précisant que la décision chinoise est motivée par la visite du dalaï-lama […] Lire la suite

France – Chine. Visite en Chine du président Nicolas Sarkozy et visite en France du dalaï-lama. 6-22 août 2008

Olympiques. Le 8 également, les autorités françaises interdisent la manifestation que voulait tenir Reporters sans frontières devant l'ambassade de Chine à Paris, à l'occasion de l'ouverture des jeux Olympiques de Pékin. Le 13, à Paris, le dalaï-lama est reçu par les sénateurs à huis clos. Il dénonce devant […] Lire la suite

Chine – France. Tensions à l'approche des jeux Olympiques de Pékin. 9-29 juillet 2008

Le 9, en marge du sommet du G8, le président français Nicolas Sarkozy rencontre son homologue chinois Hu Jintao et annonce qu'il sera présent à la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Pékin, le 8 août. Après la sévère répression par Pékin des émeutes de mars au Tibet, il avait posé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - La Chine et les Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-la-chine-et-les-jeux/