JEU, genre dramatique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Jeu d'Adam

Le titre désigne un texte du milieu du xiie siècle, qui prévoit la mise en scène non seulement de la faute d'Adam et d'Ève, mais aussi du drame d'Abel et de Caïn et du défilé des prophètes. La représentation est prévue dans tous ses détails : les indications données en latin n'impliquent pas que les scènes soient jouées sur le parvis d'une église ou à l'intérieur. On décrit un espace imaginaire dont les axes sont symboliques, avec d'un côté un paradis, de l'autre un enfer, mais aussi des lieux particuliers comme une église, et des autels où Abel et Caïn vont apporter leur offrande. Le texte a d'abord pour armature un office liturgique avec sa leçon et ses répons ; la dernière partie s'appuie sur un sermon de l'avent. La fonction du spectacle est d'évoquer la corruption humaine et de lui opposer l'espoir de la rédemption, pour préparer sans doute le public à la pénitence du carême. Dialogues et monologues en langue romane sont traités comme une glose des citations latines. Ils se nourrissent de différentes traditions exégétiques, mais sont surtout l'objet d'une intéressante élaboration littéraire. Ainsi la versification accentue le contraste entre les passages dialogués et dialectiques et les monologues de structure lyrique. L'invention psychologique est aussi intéressante, surtout avec le rôle du Diable qui apporte l'esprit d'intrigue, mais aussi dans l'affrontement des deux frères ennemis. L'analogie de ce drame figuratif avec les conflits familiaux (désobéissance au père, rôle séducteur de la femme, rivalité des enfants) et avec les contradictions sociales (devoirs féodaux, opposition du riche laboureur et du pauvre pasteur) donne une résonance mythique, en tout cas profondément humaine, à cette interprétation de l'Ancien Testament.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  JEU, genre dramatique  » est également traité dans :

ADAM DE LA HALLE (1235 env.-env. 1285)

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « Un théâtre non religieux »  : […] Dans les mêmes circonstances, sans doute, Adam composa, pour une confrérie locale, un Jeu de la Feuillée dramatique qui pourrait être l'ancêtre des « sotties » du xv e  siècle. On l'a comparé à nos « revues » modernes : ce n'est là que l'un de ses aspects. Trois éléments thématiques s'y nouent en un dialogue assez décousu, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-de-la-halle/#i_2810

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des formes populaires »  : […] En effet, de l'Empire romain au Moyen Âge européen, ce sont les formes populaires du jeu comique qui fleurissent partout, avec une continuité remarquable, au détriment du théâtre écrit. Si, dans les écoles, on a continué à lire Plaute et Térence, voire à composer des comédies latines, la renaissance du théâtre comique va se faire au Moyen Âge à travers la satire, la farce et l'allégorie, c'est-à- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_2810

DÉBAT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 350 mots

Le terme générique « débat » correspond à une série de genres poétiques dialogués que les trouvères et les troubadours cultivaient depuis le début du xii e siècle : d'abord en latin, sous le nom de disputatio , puis en langue vulgaire ; il est appelé tenson ou jocpartit en langue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debat-genre-litteraire/#i_2810

GOLIARDS

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 386 mots

Mot d'étymologie incertaine (Goliath, l'adversaire de David ?) désignant un prétendu groupe social qui, issu des milieux cléricaux, se serait signalé, au Moyen Âge, et plus particulièrement au xiii e siècle, par son attitude subversive. Et il est exact qu'à plusieurs reprises, notamment au concile de Trèves (1227) et au concile de Rouen (1241), l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goliards/#i_2810

JEU D'ADAM (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 729 mots

Composé au milieu du xii e  siècle, sans doute en milieu anglo-normand, le Jeu d'Adam (intitulé dans le manuscrit unique Ordo representationis Ade) est le premier exemple européen de texte dramatique presque entièrement écrit en français. Par son sujet, le Jeu s'inscrit sans dout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-d-adam-anonyme/#i_2810

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « La chrétienté médiévale »  : […] En même temps que les structures politiques et sociales du monde antique, les Grandes Invasions balaient un trésor millénaire de culture. Cependant, les brassages de populations qui s'en sont suivis ont produit tôt ou tard des conditions favorables à la diffusion du message chrétien. C'est dans les régions réputées « barbares », Germanie, Pays-Bas, îles Britanniques, Gaule incomplètement romanisée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_2810

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « JEU, genre dramatique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-genre-dramatique/