BOSCH JÉRÔME (1450-1460 env.-1516)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dessein de Bosch

S'il ne dort pas, l'esprit erre, chemine, et cherche à méditer, c'est-à-dire à contempler. L'œuvre du philosophe et du mystique se propose au passant comme une architecture spirituelle : connaissance des principes du monde, connaissance de soi. Et cette demeure cristalline, qu'est-ce d'autre que l'ouvrage et comme la forme d'un regard longtemps laborieux, sa pure et définitive épiphanie ? Ainsi le regard chrétien s'élève-t-il du spectacle naturel et quotidien du monde jusqu'à l'intelligible et au surnaturel, par une suite de dévoilements, de révélations. Ce regard n'est jamais purement profane ; et, religieux, il est d'abord celui de l'imagination éclairée par la foi et les Livres, pour devenir celui de l'expérience intérieure. Il entre alors dans une « nuit obscure », traversée d'épreuves et de tentations ; cette nuit s'achève en apaisement, en délivrance, et en joie. Vie purgative, vie illuminative, vie unitive : ces étapes, décrites par saint Bonaventure, sont traditionnelles.

L'école spirituelle de Ruysbroek colore cette tradition d'une dévotion qui lui est propre. L'âme, qui s'est d'abord dépouillée de ses convoitises terrestres, prend pour premier objet de sa méditation l'humanité du Christ, et principalement sa Passion. « Ne peut aboutir à goûter la présence de Dieu que celui qui, d'abord, a pratiqué l'aimante dévotion aux Plaies et au Côté sacré de Notre Seigneur ; oui, à toute son humanité sensible et visible. C'est ensuite que nous gravirons une marche plus élevée et plus cachée, intérieure et spirituelle, jusqu'à l'intérieur de Jésus dont nous assimilerons les pensées et les sentiments », écrit un disciple de Ruysbroek. Pour passer de l'étape illuminative à l'étape unitive, l'âme doit connaître les affres et les angoisses, les ténèbres d'un « souterrain » : « angustiae infernales, intolerabiles et incredibiles ». Au-delà de ces épreuves et de ces tentations, l'âme s'unit à Dieu. La mystique de Ruysbroek a pu être définie comme « le couronnement de la théorie du Retour ».

Dans la mystique chrétienne, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Le Portement de Croix, J. Bosch

Le Portement de Croix, J. Bosch
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Jugement universel, J. Bosch

Le Jugement universel, J. Bosch
Crédits : Nimatallah/ AKG

photographie

Le Chariot de foin, J. Bosch

Le Chariot de foin, J. Bosch
Crédits : MPortfolio/ Electa/ AKG-Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOSCH JÉRÔME (1450-1460 env.-1516)  » est également traité dans :

JÉRÔME BOSCH (expositions)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 120 mots
  •  • 1 média

Les anniversaires sont toujours d’excellents prétextes pour des célébrations. Dans le cas du peintre néerlandais Jérôme Bosch, mort en 1516 à Bois-le-Duc ('s-Hertogenbosch en néerlandais), la création du Bosch Research and Conservation Project (BRCP) a permis à une équipe de chercheurs de travailler sept ans à renouveler profondément les analyses scient […] Lire la suite

BRUEGEL L'ANCIEN PIETER (1525 env.-1569)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 3 184 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Bosch et Bruegel »  : […] Peintre flamand, Bruegel puise à la source proverbiale et populaire ; mais la sagesse des nations n'est pas chez lui l'écho de la sagesse divine : c'est en philosophe qu'il en reprend les thèmes . Il a peint dans les Proverbes l'innombrable folie humaine. Est-ce par le démon que le monde est renversé ? De part et d'autre d'un pilier central, un pénitent se confesse au diable, un moine agenouillé […] Lire la suite

CONTEXTE, arts

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 037 mots

La notion de « contexte », apparue conjointement à celle de « milieu » dans les préoccupations positivistes des années 1860, est devenue centrale en histoire de l'art au cours de la seconde moitié du xx e  siècle, sans toutefois susciter de véritable théorisation. Établi selon des paramètres spatio-temporels, son cadrage varie totalement en fonction de l'objet considéré. Il peut être très large, […] Lire la suite

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le fantastique déclaré : jeu et système »  : […] Ainsi, les tableaux d'Arcimboldo ( xvi e   siècle) frappent par leur apparence délirante. Il est sans doute d'une aimable fantaisie d'assembler savamment des fleurs, des fruits et des poissons, de façon à faire surgir à la fin des visages ou des personnages composés uniquement d'éléments appartenant à une même série. Mais qui n'aperçoit qu'il ne s'agit là que d'un jeu, que d'une gageure ? Plus ta […] Lire la suite

FRAENGER WILHELM (1890-1964)

  • Écrit par 
  • Claude-Henri ROCQUET
  •  • 668 mots

Historien d'art allemand que Roger Lewinter, son traducteur en France, situe aux côtés d'un Wölfflin ou d'un Friedländer, mais reste encore peu connu en Allemagne. Wilhelm Fraenger a évolué du Kunstgeschichte (histoire de l'art) au Volkskunde (histoire des religions, art populaire, folklore). Il a consacré plusieurs ouvrages à Rembrandt ( Der Junge Rembrandt , 1920), Bruegel ( Der Bauern Bruegel […] Lire la suite

GENRES PICTURAUX

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 640 mots

Dans le chapitre « Renaissance des genres »  : […] Le lent processus de cette « renaissance des genres » peut se subdiviser en trois temps. D'abord, dès le xiii e  siècle, le goût de certains collectionneurs pour l'Antique (notamment l'empereur Frédéric II de Hohenstaufen) et l'intérêt, lié à la doctrine matérialiste aristotélicienne, pour le corporel conduisent entre autres, à travers les expériences de certains sculpteurs, à la révolution opérée […] Lire la suite

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Préoccupations allégoriques »  : […] Le jeu combinatoire et ornemental du monstrueux répond également à un souci symbolique. Comme l'explicite Martin Heidegger dans Holzwege ( Chemins qui ne mènent nulle part ), ce souci caractérise sans doute toute forme esthétique : « L'œuvre est bien une chose, chose amenée à sa finition, mais elle dit encore quelque chose d'autre que la chose qui n'est que chose : ά' ;λλο α'γορέυει. L'œuvre com […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Trois maîtres »  : […] Les fondements de l'art néerlandais furent jetés par Robert Campin, Jan van Eyck et Rogier van der Weyden. Les caractéristiques qu'on vient de reconnaître à l'art du xv e  siècle sont une synthèse de ce qu'ils ont produit. On peut tenir ce qu'il y a de commun dans leur art pour le fondement sur lequel d'autres peintres, jusqu'à Quentin Metsys, ont bâti leur œuvre. Campin est le premier en date et […] Lire la suite

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 539 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'invention de la peinture de genre au XVIe siècle »  : […] L'intérêt de l'art occidental pour le naturalisme, qui va croissant au cours des xiv e et xv e  siècles, n'aboutit pas immédiatement à la naissance de la peinture de genre. Il faut attendre le début du xvi e  siècle pour que les sujets domestiques accèdent au statut de genre autonome, à la fois dans le sud et dans le nord de l'Europe, mais de façon inégale. Pendant cette phase de son histoire, l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude-Henri ROCQUET, « BOSCH JÉRÔME (1450-1460 env.-1516) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-bosch/