BENTHAM JEREMY (1748-1832)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le principe de l'utilité

Les premiers travaux de Bentham sont déjà portés par les exigences de sa conception de l'économie. Les juges seront des fonctionnaires amovibles, ce qui traduit dans la société civile la mobilité sociale introduite par l'industrie naissante ; l'accusation et la défense seront publiques, elles seront comme le marché de la pénalité ; il n'y aura pas de jury en matière civile, mais identification des professions d'avoué et d'avocat, codification des lois. Autant de mesures qui ont pour but d'aligner la justice sur les lois du fonctionnement réel de la société.

Bentham se devait de dégager le principe unique qui est à la racine de ses considérations juridiques et administratives. Ce qu'il fit avec netteté. S'il est vrai que les phénomènes moraux et juridiques doivent être traités comme des choses mesurables, cela signifie qu'on fera abstraction des justifications que les consciences se donnent de leur existence et de leur dessein ; un sujet se définira par ses actes qui sont la face objective de ses projets et de ses désirs. Comment alors apprécier et mesurer une action ? Par sa corrélation avec d'autres actions et par ses effets sur les autres acteurs. Prise isolément, une action est absolument indifférente ; elle n'a valeur et sens que par ses conséquences ; la différence entre deux actions s'apprécie par l'utilité ou par la nuisance de leurs conséquences respectives. Il faut chercher le critère de cette utilité ou de cette nuisance dans l'affection de plaisir et de douleur du sujet individuel. Cette considération est capitale : Bentham voit bien que l'utilité est toujours définie socialement, mais qui pourra sans sophisme prétendre définir au nom de la société ce qui est utile et ce qui est nuisible ? Tout comme l'économie libérale prend pour unité réelle le producteur individuel et combine ensuite les produits des producteurs individuels sur le marché, distribuant ainsi en retour avantages et faillites, Bentham mesure l'utilité d'une action par le surcro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BENTHAM JEREMY (1748-1832)  » est également traité dans :

INTRODUCTION AUX PRINCIPES DE LA MORALE ET DE LA LÉGISLATION, Jeremy Bentham - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

Le jurisconsulte Bentham (1748-1832) apporte, avec ce livre marqué par l'associationnisme de Locke, de l'empirisme de Hume et du sensualisme de Helvétius et de Condillac, la pierre fondatrice de l'école utilitariste. Écrit dans le contexte des mutations des conditions d'existence matérielles et humaines qu'engendre la révolution industrielle anglaise, l'Introduction aux principes de […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bien comme plaisir »  : […] Quittons à présent les philosophies de l'eudémonisme. Même sans défendre une forme d'identité entre la poursuite du bonheur et la visée morale, plusieurs philosophes de l'Antiquité ont souligné qu'il n'y a d'autre bien que le plaisir. De nombreux textes de l'Antiquité rappellent que le plaisir est une définition plausible du bien, et même si Platon et Aristote s'emploient à critiquer une telle co […] Lire la suite

DESPOTISME ÉCLAIRÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques CHEVALLIER
  •  • 4 473 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les réformes et l'opinion »  : […] Si l'essentiel était que la raison régnât, qu'elle gouvernât les hommes à la place des usurpatrices qu'étaient la tradition et la providence, il ne convenait alors pas de trop se soucier de la forme du pouvoir, de la nature du souverain, dès l'instant que celui-ci était éclairé, acquis aux Lumières, décidé à mettre au service de la raison les moyens de l'État. Un prince autoritaire, fortement armé […] Lire la suite

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 737 mots
  •  • 2 médias

L' analyse économique du droit constitue un mouvement de l'économie vers le droit puisqu'elle se propose d'utiliser les outils de l'analyse économique afin d'étudier des questions relevant de la sphère juridique. Plus précisément, elle peut se définir comme l'application des hypothèses théoriques (rationalité, maximisation de l'utilité, mécanismes incitatifs, etc.) et des critères de jugement (équ […] Lire la suite

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lignée cyrénaïque »  : […] Aussi les épigones d'Aristippe sont-ils amenés insensiblement soit à adultérer la notion de plaisir en faisant de celle-ci l'objet d'une représentation et d'un savoir pondéré, soit à tirer les conséquences – ce qui est encore spéculer – qu'entraîne le privilège injustifié qui est accordé à cette notion. S'il n'y a rien de vrai que l'impression subjective individuelle, il n'existe pas non plus de c […] Lire la suite

INDUSTRIE - La civilisation industrielle

  • Écrit par 
  • John NEF
  •  • 8 086 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers des luttes nouvelles et massives »  : […] En dépit de ces théories, il y eut, en Angleterre spécialement, pendant la première moitié du xix e siècle, des émeutes de plus en plus inquiétantes. Cette agitation ouvrière émut beaucoup Disraeli (1804-1881), un des fondateurs du Parti conservateur en Grande-Bretagne. Au début de sa carrière politique, dans un roman publié en 1845, Sybil or The Two Nations , il chercha à réconcilier ces deux na […] Lire la suite

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Utilitarisme »  : […] Le théorème d'Arrow s'applique lorsqu'on s'interdit les comparaisons interindividuelles en matière de bien-être : on cherche à établir un classement général des options à partir des classements individuels. On peut progresser toutefois si l'on admet de telles comparaisons interindividuelles. Dès le xviii e  siècle, avec Jeremy Bentham, l'utilitarisme propose de réaliser une « arithmétique des joie […] Lire la suite

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Les philosophies de l'histoire des morales »  : […] La solution a été cherchée sur des voies divergentes, qui cependant toutes contiennent, soit explicitement, soit implicitement, une philosophie de l'histoire des sociétés humaines. On considère l'individu et tous les individus comme moralement déchus, formant par conséquent des sociétés injustes ; le salut, regardé comme hors d'atteinte pour les hommes dépravés ou comme à leur portée (Rousseau d' […] Lire la suite

POUVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 508 mots

Dans le chapitre « Le règne de la surveillance »  : […] Un dernier ressort du pouvoir, et peut-être son ressort le plus puissant, n’a été identifié que dans la Modernité : il s’agit de la surveillance. À la fin du xviii e  siècle, le philosophe anglais Jeremy Bentham (1748-1832) a imaginé une structure architecturale qui n’a guère retenu l’attention avant que des penseurs du xx e  siècle n’en soulignent l’importance : le « panoptique » ( panopticon ). […] Lire la suite

PRISONS ARCHITECTURE DES

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 662 mots
  •  • 2 médias

La prison est sans doute un des thèmes architecturaux les plus caractéristiques du xix e  siècle . Certes, il a toujours existé des cachots, mais la prison conçue comme un édifice autonome est liée à l'évolution du droit. Dès la fin du xviii e  siècle, l'adoucissement des mœurs judiciaires donne à la peine privative de liberté la place principale et conduit à une réflexion sur le système pénitenti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre TROTIGNON, « BENTHAM JEREMY - (1748-1832) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeremy-bentham/