JÉRÉMIE (env. 650-env. 587 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une époque troublée

Jérémie est né dans une famille sacerdoctale à Anatot (territoire de Benjamin), non loin de Jérusalem, où il exerça son activité prophétique pendant près d'une quarantaine d'années. Cette époque fut particulièrement troublée. Profitant de l'affaiblissement de l'Assyrie, Josias (640-609) entreprit la restauration politique et religieuse du royaume de Juda et favorisa la réforme fondée sur le Deutéronome. Son œuvre fut brutalement interrompue par sa mort à Meguiddo, en 609, et ses sujets passèrent alors sous la domination de l'Égypte. Celle-ci ayant été vaincue en 605, à la bataille de Karkémish, par Nebucadnetsar (Nabuchodonosor), Jérusalem tomba sous l'obédience de Babylone. Son souverain, Yoyakim (609-597), un homme violent et cruel, se révolta et entraîna Juda dans une aventure qui finit par la prise de la cité de David en 597, suivie d'une première déportation qui frappa surtout la cour et l'élite de la nation. Ezéchiel fut au nombre des exilés. Sédécias (597-587), le dernier roi de Juda, un être sans caractère, chercha à son tour à se rendre indépendant sous la pression du parti nationaliste. Jérusalem fut bientôt occupée par les troupes babyloniennes, Sédécias châtié, le Temple incendié et une autre partie du peuple emmenée en captivité. Les Babyloniens établirent sur le pays conquis un gouverneur qui fut assassiné par des patriotes. Par crainte de représailles, un certain nombre de Judéens s'enfuirent en Égypte.

Jérémie intervint déjà sous le règne de Josias, puisque sa vocation date de 626 (Jér. i, 2). Il poursuivit son activité avec des difficultés croissantes au temps de Yoyakim ; sous Sédécias, il fut emprisonné, lors du siège de Jérusalem, et échappa de peu à la mort. Ses derniers oracles, postérieurs à 587, ont été prononcés sur le territoire égyptien, où le prophète fut entraîné de force. C'est là sans doute qu'il disparut ; une légende tardive veut qu'il soit mort martyr.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JÉRÉMIE (env. 650-env. 587 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ABDIAS LIVRE D'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 225 mots

« Abdias » signifie « serviteur de Yahveh ». Le livre qui porte ce nom (Vision d'Abdias dans la version des Septante, Vision d'Obadyah dans la Bible hébraïque) est celui de l'un des douze « petits » prophètes bibliques et le plus court des livres de l'Ancien Testament (21 versets). Il contient un violent oracle contre Édom (versets 1-15), qui s'élargit ensuite en prophétie à teneur apocalyptique : […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 682 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le prophétisme »  : […] Un esprit similaire anime la prédication des deux premiers « prophètes écrivains ». Si celle d'Amos, le Judéen (750 av. J.-C.), n'a pas de lien direct avec le Nord, où cependant il exerça sa prédication rude et populaire, au point que son influence se retrouvera seulement quelques décennies plus tard en Juda chez Isaïe et Michée ; celle d' Osée, en revanche, est profondément enracinée dans les tra […] Lire la suite

GRÂCE

  • Écrit par 
  • Georges CASALIS
  •  • 4 100 mots

Dans le chapitre « L'Ancien Testament »  : […] Chén , c'est d'abord une autre façon de désigner JHVH, le Dieu vivant, Seigneur d'Israël, dans les bonnes dispositions qui sont les siennes à l'égard des hommes ; c'est aussi, par extension, le rapport nouveau qu'il crée entre lui et les hommes en les appelant, en les interpellant incessamment par les messagers de sa Parole (Ps., XXXI, 17 ; XXXIII, 22). Et comme la grâce ne saurait être ni attend […] Lire la suite

LAMENTATIONS LIVRE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 363 mots

Dans le canon juif des Écritures, le livre des Lamentations est classé parmi les Écrits ( Ketubim ) et apparaît, sous le nom de Eykab (« Comment », premier mot du livre) ou de Qinot (« Complaintes »), comme le quatrième des Cinq Rouleaux ( Megillot ). Dans la version des Septante ( Thrênoi , « Chants de plainte ») et dans la Vulgate ( Lamentationes ), il vient à la suite du livre de Jérémie : c' […] Lire la suite

PROPHÈTES D'ISRAËL

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 4 177 mots

Dans le chapitre « Le prophétisme classique »  : […] La tradition biblique accorde à Abraham (Gen., xx ) et à Moïse (Os., xii  ; Deut., xviii ) le titre de prophète (pour la théologie judéo-chrétienne, ils inaugurent la successio prophetica ) et rappelle ainsi le lien qui existe entre le mouvement prophétique et la période qui a précédé l'entrée du peuple de Yahvé en Canaan. Mais c'est sur sa terre qu'Israël verra se développer le prophétisme, d'a […] Lire la suite

RÉCHABITES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 209 mots

Groupe d'extrémistes réactionnaires qui, dans l'Israël ancien, de Jéhu à Jérémie, représentèrent, dans la pratique, l'idéal de la prédication prophétique la plus intransigeante. On les connaît surtout par Jérémie ( xxxv ) qui, pour leur fidélité au yahvisme, les cite en exemple aux Judéens, lesquels n'avaient pas suivi les préceptes de leur Dieu, lorsque, sous Joakim, Nabuchodonosor envahit la Pal […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MARTIN-ACHARD, « JÉRÉMIE (env. 650-env. 587 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeremie/