JEANMAIRE RENÉE dite ZIZI (1924-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le phénomène Carmen

Dès lors, la danseuse va concrétiser peu à peu son objectif : devenir l'interprète principale de Roland Petit. Que le diable l'emporte (1948) et L'Œuf à la coque (1949), autant d’étapes qui la conduisent au triomphe de Carmen, à Londres, le 21 février 1949, un rôle qu'elle a exigé d'obtenir. Ballet très novateur, même s'il garde une trame narrative classique, la Carmen de Roland Petit, évoluant habilement sur les Suites de Carmen de Georges Bizet, ose une danse d'une étonnante sensualité et d'une grande modernité, avec ses pieds « en dedans » et ses pas marchés ou courus dénués de tout artifice. Les personnages, très réalistes et proches du quotidien, séduisent en cette période d’après-guerre éprise de nouveauté. Renée Jeanmaire étonne aussi par la silhouette qu’imagine Roland Petit pour ce rôle : il exigea, outre une coupe de cheveux très courte, qu'elle devienne « une chose asexuée, ni garçon ni fille, une furie, un être nouveau », expliquera-t-il plus tard.

Zizi Jeanmaire

Photographie : Zizi Jeanmaire

Si elle a surtout été connue comme artiste de music-hall, Zizi Jeanmaire a d'abord été une danseuse classique. Carmen, qu'elle interprète ici au côté de Roland Petit, a été son rôle fétiche. Pour ce ballet qu'il créa en 1949, Roland Petit lui façonna un rôle à la démesure d'une... 

Crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ce succès londonien puis parisien et mondial – elle dansera Carmen plus de deux mille fois – l'emmène en Amérique du Nord en 1949 et 1950, une tournée qui façonnera la suite de sa carrière. Car Roland Petit rêve alors de faire chanter ses danseurs, comme cela se fait à Broadway. Ce sera La Croqueuse de diamants, spectacle créé à Paris en septembre 1950 et donné à New York en décembre.

Renée Jeanmaire tourne son premier film, Hans Christian Andersen et la danseuse (1952), réalisé par Charles Vidor, où elle danse et donne la réplique à Danny Kaye. Pour ce long-métrage, le producteur Samuel Goldwyn lui fait adopter le nom de scène de Zizi Jeanmaire, Zizi étant le petit nom qu'elle se donnait enfant.

De retour à Paris, Zizi Jeanmaire et Roland Petit prennent brièvement des chemins différents. En 1954, elle triomphe au Mark Hellinger Theatre à Broadway dans The Girl in Pink Tights qui sera jouée cent quinze fois. Elle se réconcilie avec Roland Petit, et ils se marient le 29 décembre 1954. Zizi tourne Anything Goes (1956), film musical réalisé par Robert Lewis, avec Bing Crosby, Mitzi Gaynor et Donald O'Connor. C'est lors de ce tournage qu'elle apprend qu’elle est enceinte. Sa fille, Valentine, naît en octobre 1955. Par la suite, sa carrière sera essentiellement européenne et orientée vers le music-hall, même si elle tourne encore deux films musicaux d'Henri Decoin (Folies-Bergère et Charmants Garçons, 1957) et un unique film non musical (Guinguette de Jean Delannoy, 1959).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JEANMAIRE RENÉE dite ZIZI (1924-2020)  » est également traité dans :

PETIT ROLAND (1924-2011)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 214 mots

Danseur et grande figure de la chorégraphie française, Roland Petit s'est essayé à tous les genres, y compris le show télévisuel et la revue de music-hall. Son nom reste associé à la ville de Marseille, où il fonde en 1972 une troupe qu'il dirige jusqu'en 1998. Roland Petit est né le 13 janvier 1924 à Villemomble (Île-de-France). Quand ses parents déménagent à Paris pour ouvrir un café restaurant, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ariane DOLLFUS, « JEANMAIRE RENÉE dite ZIZI - (1924-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanmaire-renee-dite-zizi/