WINTERSON JEANETTE (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réalisme et merveilleux

L’œuvre de Winterson, qui ne cesse de célébrer l’art jubilatoire du conteur et intègre une dimension baroque ou féerique pouvant rappeler l’univers d’Angela Carter, se caractérise en outre par des jeux intertextuels qui font se rencontrer formes littéraires et héritages canoniques en une alchimie enchanteresse. Son premier roman et Boating for Beginners (1985) revisitent la Bible sur un mode parodique, transgressif et irrévérencieux ; La Passion et Le Sexe des cerises entremêlent histoire et fiction, réalisme et merveilleux, du xviie au xxe siècle ; Weight (2005) est une récriture audacieuse du mythe d’Atlas et Héraclès ; The Stone Gods (2007), situé dans un monde post-apocalyptique, emprunte à la science-fiction, tandis que The Daylight Gate (2012) se présente comme un récit gothique de sorcellerie au xviie siècle ; le livre pour enfants L’Horloge du temps (Tanglewreck, 2006) mêle fable et récit d’aventures. Si la forme du conte prédomine souvent, Jeanette Winterson peut aussi intégrer à son récit un discours scientifique complexe, en lien avec l’époque dépeinte : après la botanique dans Le Sexe des cerises, la physique quantique et la théorie de la relativité trouvent place dans Art et mensonges (Art and Lies, 1994) et Gut Symmetries (1997), tandis que The PowerBook (2000) explore les possibilités offertes par les nouvelles technologies et les mondes virtuels, et qu’Écrit sur le corps propose une description clinique du cancer qui ronge l’amante. L’écriture polyphonique de Winterson, oscillant entre prose et poésie, a pu être qualifiée de moderniste. L’auteur revendique l’héritage de Virginia Woolf, par exemple dans Garder la flamme (Lighthousekeeping, 2004) qui met en scène un conteur gardien de phare, en écho à La Promenade au phare (To the Lighthouse, 1927).

Dans la plupart de ses ouvrages, Winterson opte pour la démesure et la multiplication des voix, s’écarte du réalisme conventionnel et déjoue la chronologie pour lui préférer un parcours en spirale, où les époques alternent et les desti [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeure des Universités en littérature britannique contemporaine et en littératures postcoloniales à l'École normale supérieure de Lyon, membre de l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  WINTERSON JEANETTE (1959- )  » est également traité dans :

LA FAILLE DU TEMPS (J. Winterson) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 013 mots

La Faille du temps de la romancière britannique Jeanette Winterson (traduit de l’anglais par Céline Leroy, Buchet-Chastel, 2019) est le premier ouvrage d’une série lancée à l’initiative des éditions Hogarth pour commémorer le 400e anniversaire de la mort de Shakespeare. L’éditeur avait demandé à plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-faille-du-temps/#i_55875

Pour citer l’article

Vanessa GUIGNERY, « WINTERSON JEANETTE (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanette-winterson/