WINTERSON JEANETTE (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Identités fluides et flamboyantes

La Jeanette fictionnelle du premier roman de Winterson partage de nombreux points communs avec l’auteur elle-même, qui a attendu près de trente ans avant de retracer la genèse de cet ouvrage et de livrer, dans Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? (Why Be Happy When You Could Be Normal, 2011), un récit autobiographique à la fois émouvant et drôle qui revient sur son enfance tourmentée et son émancipation au contact de la littérature, mais relate aussi sa recherche, à l’âge adulte, de sa mère biologique. Ces mémoires permettent de jeter un regard rétrospectif sur l’œuvre de Winterson et d’en cerner les thèmes avec plus de précision. Parmi ceux-ci figure le brouillage fréquent de l’identité sexuelle des personnages, souvent androgynes ou travestis à la manière de l’Orlando de Virginia Woolf, au point que la voix narrative d’Écrit sur le corps (Written on the Body, 1992) n’est jamais identifiée comme féminine ou masculine. Au fil des années, Jeanette Winterson s’éloigne de la seule peinture de l’amour lesbien pour embrasser des relations plus complexes, tant homosexuelles qu’hétérosexuelles, et dessiner les arabesques du désir charnel, de la passion dévorante et d’une délicieuse légèreté de l’être.

Si le ton est parfois mélancolique ou nostalgique, l’écrivain militant n’en oublie pas pour autant l’humour et le burlesque, en particulier dans sa peinture de personnages hauts en couleur, exubérants ou grotesques, tel l’empereur Napoléon dévorateur insatiable de poulets dans La Passion (The Passion, 1987), ou l’hideuse mais touchante Femme aux chiens dans Le Sexe des cerises (Sexing the Cherry, 1989). Ses essais sur l’extase et l’effronterie – Art Objects (Essays on Ecstasy and Effrontery, 1995) – identifient bien, dès le titre, deux pôles de son écriture contestataire qui n’hésite pas à fustiger toute forme d’intolérance, aussi bien religieuse et politique que sexuelle, pour mieux dire la jouissance [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeure des Universités en littérature britannique contemporaine et en littératures postcoloniales à l'École normale supérieure de Lyon, membre de l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  WINTERSON JEANETTE (1959- )  » est également traité dans :

LA FAILLE DU TEMPS (J. Winterson) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 013 mots

La Faille du temps de la romancière britannique Jeanette Winterson (traduit de l’anglais par Céline Leroy, Buchet-Chastel, 2019) est le premier ouvrage d’une série lancée à l’initiative des éditions Hogarth pour commémorer le 400e anniversaire de la mort de Shakespeare. L’éditeur avait demandé à plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-faille-du-temps/#i_55875

Pour citer l’article

Vanessa GUIGNERY, « WINTERSON JEANETTE (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanette-winterson/