ROLIN JEAN (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chemins de traverse

La mer est omniprésente dans sa vie et son œuvre. Ainsi, Terminal Frigo (2005) est une sorte d’enquête romancée sur les ports de la côte française, de Dunkerque à Marseille. Pour écrire, Jean Rolin choisit Saint-Nazaire plutôt que Paris. On ne compte pas les bateaux sur lesquels il a voyagé, en tous lieux. La mer est l’ailleurs et le présent, le lieu de tous les enjeux ; elle le tient à l’écart, position qu’il affectionne depuis toujours. Jean Rolin se définit comme écrivain et journaliste. Certains de ses textes s’apparentent à des romans : le narrateur ou le personnage principal est fictif, comme les faits rapportés dans les pages. Mais la question du genre ne se pose pas davantage pour lui que pour des contemporains aussi ancrés que lui dans l’histoire et la géographie, comme Patrick Deville ou Emmanuel Carrère.

Écrivain journaliste, Jean Rolin l’est devenu après avoir milité au sein de la Gauche prolétarienne après Mai-68. Une période de son existence qu’il relate dans L’Organisation (prix Médicis 1996), où on sent déjà l’humour teinté de mélancolie qui caractérisera son écriture. La précision et l’élégance sont celles du Grand Siècle (soit le xviie siècle français). Il aime les longues périodes et on suit sa phrase comme on suivrait les Chemins d’eau, titre de son premier livre publié en 1980.

L’éloignement de la politique dans ce qu’elle avait de plus sectaire ne signifie pas son abandon total. Dès La Ligne de front (prix Albert Londres 1988), le journaliste qui suit un parcours en Afrique australe observe et décrit les lieux de tension dans toute leur complexité. S’il travaille pour différents journaux, il refuse cependant l’étiquette de reporter : il ne couvre pas les guerres « à chaud », mais scrute un avant ou un après, donnant une idée de ce qui va se passer ou de ce qui restera une fois les caméras parties. L’Homme qui a vu l’ours (2006) est le meilleur témoignage de ce travail de vingt-cinq ans. Le journaliste y traite aussi bien de la cr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROLIN JEAN (1949- )  » est également traité dans :

LA CLÔTURE (J. Rolin) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 983 mots

Toute existence est précaire. Mais certains êtres rappellent plus que d'autres, par la trajectoire accidentée de leur vie, cette perpétuelle mise en question de la destinée humaine. Ainsi, rien n'a jamais été sûr dans le parcours brillant de Michel Ney, maréchal d'Empire surnommé « le brave des braves », mais connu aussi comme un homme profondément irréfl […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L’état du monde »  : […] Michel Houellebecq, qui se réclame de Zola et du positivisme d’Auguste Comte, ne cesse de pointer les dérives du monde contemporain ( Extension du domaine de la lutte , 1994   ; Les Particules élémentaires , 1998 ; La Carte et le territoire , 2010 ; Soumission , 2015 ) et développe, non sans complaisance dans l’exagération, l’idée que le monde occidental court à sa perte, perverti qu’il serait par […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Norbert CZARNY, « ROLIN JEAN (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-rolin/