RENOIR JEAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'engagement politique

La représentation que chacun se donne de lui-même est liée à un autre « théâtre », celui de la société et de l'histoire. Dans un premier temps, la vision de Renoir se teinte d'anarchisme. Refusant une intégration sociale hypocrite, Boudu se laisse porter au fil de l'eau pour retrouver ses nippes et son état de clochard. Le héros de La Chienne, clochard à son tour, laisse volontairement condamner le souteneur innocent, du moins du meurtre dont il est accusé. Progressivement, sous l'influence de ses amis, dont son assistant, le futur réalisateur Jacques Becker, et frappé par l'émeute du 6 février 1934, Renoir devient un « compagnon de route » du Parti communiste. Il dirige le film de propagande collectif pour la campagne électorale du Front populaire, La vie est à nous (1936). De 1936 à 1938, il tient une rubrique très engagée dans Ce Soir, le quotidien de Louis Aragon. La Marseillaise (1937), fresque intimiste sur la Révolution française, est financée par une souscription lancée par la C.G.T. Renoir devient un cinéaste politique, tenté par le réalisme, voire le naturalisme, d'autant qu'il adapte Flaubert (Madame Bovary), Gorki (Les Bas-Fonds, 1936), Maupassant (Partie de campagne), et de nouveau Zola (La Bête humaine). Inspiré par un fait-divers, Toni marque le point extrême de ce qu'il qualifiera de « crise de réalisme aigu ». Tourné sur les lieux mêmes où vécurent les personnages, Toni inspirera le néo-réalisme italien, et Luchino Visconti figure parmi les assistants du cinéaste pour ce film. En 1935, Le Crime de M. Lange anticipe la sensibilité ouvriériste du Front populaire. Après la fuite du patron véreux, Paul Batala, des ouvriers fondent une coopérative afin de sauver leur entreprise. Un long panoramique dans la cour de l'immeuble où travaillent ouvriers, blanchisseuses et concierges accompagne le meurtre, par Lange, du crapuleux Batala revenu pour faire valoir ses droits. Comme le meurtre de l'usur [...]

La Marseillaise, film de Jean Renoir

La Marseillaise, film de Jean Renoir

Photographie

Financé en partie par une souscription publique de la CGT, le film La Marseillaise relate les aventures d'un groupe de volontaires qui quittent Marseille et vont participer à la prise des Tuileries, le 10 août 1792. Sous couvert de réaliser un film historique, Jean Renoir, alors proche du... 

Crédits : Société de Production et d'Exploitation du Film La Marseillaise/ Album/ AKG-images

Afficher

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938

Photographie

Jean Gabin dans «La Bête humaine» (1938) de Jean Renoir, d'après Émile Zola. 

Crédits : Paris Film/ Album/ AKG

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

La Grande Illusion, de Jean Renoir

La Grande Illusion, de Jean Renoir
Crédits : Collection privée

photographie

La Marseillaise, film de Jean Renoir

La Marseillaise, film de Jean Renoir
Crédits : Société de Production et d'Exploitation du Film La Marseillaise/ Album/ AKG-images

photographie

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938

La Bête humaine, de J. Renoir, 1938
Crédits : Paris Film/ Album/ AKG

photographie





Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  RENOIR JEAN (1894-1979)  » est également traité dans :

RENOIR JEAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 360 mots

15 septembre 1894 Naissance à Paris de Jean Renoir, second fils du peintre Pierre-Auguste Renoir.1894-1912 Il est surtout élevé par une servante, Gabrielle, au milieu des modèles de son père et de peintres amis (Cézanne, Monet, Degas, Pissarro...).1913 Il s'engage dans la cavaleri […] Lire la suite

LA RÈGLE DU JEU, film de Jean Renoir

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 002 mots

Une affaire de rendez-vous manqué : entre la marquise et son bel aviateur, entre la contrainte sociale et la liberté amoureuse, entre le film et son public. Ce n'est pas la faute de Renoir (1894-1979), et l'on peut bien penser, avec Truffaut, qu'« aucun autre cinéaste n'a mis autant, et le meilleur de lui-même, dans un film », mais ni la critique ni les spectateurs de 1939 ne reconnurent, dans […] Lire la suite

LA RÈGLE DU JEU (J. Renoir), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 213 mots

Après les succès de La Bête humaine (1938) et surtout de La Grande Illusion (1937), Jean Renoir (1894-1979) est au sommet de sa popularité. Compagnon de route du Parti communiste, il est déçu par le Front populaire et convaincu, après les accords de Munich, qu'une nouvelle guerre est inévitable. Il entreprend dans […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Dans une société au bord de l'abîme »  : […] Pendant les années bouillonnantes du muet, un autre cinéaste avait travaillé discrètement, indifférent aux grands courants de la mode. À travers le naturalisme de Delluc, d'Epstein et de L'Herbier, il était allé chercher son inspiration dans la peinture impressionniste, dont il était l'héritier : il était le fils d'Auguste Renoir. « Je me mis à regarder autour de moi et, émerveillé, je découvris […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

ELLE (P. Verhoeven)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Descente aux enfers »  : […] Le film s’ouvre sur un viol d’un réalisme cru, filmé sans complaisance voyeuriste, avec la violence et le sordide nécessaires : verre brisé, coups, cris, halètements, jouissance de l’agresseur... Cette scène suscite un malaise qui va gangrener tout le film. Le spectateur, plongé dans le noir, est contraint d’interpréter ce qu’il entend. Lorsque la lumière surgit enfin, il lui faut admettre que l’i […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) qui structure la chaîne des images. Le second, pl […] Lire la suite

GABIN JEAN (1904-1976)

  • Écrit par 
  • Pierre BILLARD, 
  • Universalis
  •  • 1 012 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le héros des années 1930 »  : […] À l'inverse de bien des acteurs à qui leurs parents veulent interdire de « faire l'artiste », Jean Alexis Moncorgé, né à Paris, fut un comédien malgré lui. Sa mère se produisait dans les caf'conc'. Son père était chanteur d'opérette sous le pseudonyme de Gabin. Il connaît donc la rude formation du music-hall – aux Folies-Bergère et au Vaudeville – avant de s'imposer dans l'opérette aux Bouffes-Par […] Lire la suite

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 970 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un hymne national disputé »  : […] Malgré les oppositions monarchistes, La   Marseillaise devient officiellement hymne national le 14 février 1879. C’est le bon moment : le chant s’installe dans le paysage sonore officiel d’une République qui, dans son décorum et ses nombreux rituels, rêve de s’enraciner dans le quotidien, en particulier à partir de 1880, lorsque le 14 juillet est choisi comme jour de fête nationale. En 1882, la v […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les bruits du monde »  : […] Dans un film classique, le nombre de bruits entendus est extrêmement pauvre, presque limité à ceux que ferait entendre un bruitage de théâtre. Les bruits du monde auraient pu envahir le cinéma, mais ils y ont été longtemps tenus à distance. La raison en est partiellement technique : dans un cinéma de fiction construit sur une action dialoguée, la bande passante encore étroite du son optique ne pe […] Lire la suite

RÉALISME POÉTIQUE, cinéma français

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 758 mots
  •  • 2 médias

En 1936, Julien Duvivier réalise un film demeuré célèbre : La Belle Équipe . L'anecdote était simple : des chômeurs montent une entreprise coopérative (une guinguette dans la banlieue parisienne) et se heurtent à de nombreuses difficultés. Le dénouement était différent selon l'une ou l'autre version : dans la version projetée sur les Champs-Élysées, l'entreprise échouait ; inversement, elle réussi […] Lire la suite

TESSIER VALENTINE (1892-1981)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 826 mots

Lorsque Jean Renoir entreprit la réalisation de Madame Bovary (1934), il souhaitait théâtraliser le personnage d'Emma, lui ôter sa dimension romanesque pour en accentuer le symbolisme. Seule une comédienne ayant une solide expérience pouvait illustrer son parti pris : il choisit alors pour interprète Valentine Tessier, qui sut parfaitement traduire cet écart entre le théâtre et la réalité. Le n […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « RENOIR JEAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-renoir/