DURAND JEAN NICOLAS LOUIS (1760-1834)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'influence de Durand fut décisive sur le destin de l'académisme en architecture. Elle s'exerça essentiellement par son enseignement à l'École polytechnique. Son Précis des leçons d'architecture, publié en 1802-1805, connut plusieurs éditions et traductions dans la première moitié du siècle. Cet ouvrage est doctrinalement plus important que son Recueil et parallèle des édifices de tout genre paru en 1800. Ces textes consignent les fondements de l'éclectisme et du rationalisme structural, mais c'est ce dernier caractère qui domine de loin dans la théorie du Durand. L'architecture est avant tout, pour lui, un art de la « disposition », elle en est même « l'objet unique », cependant que l'économie des moyens prend figure de critère primordial : « L'économie, loin d'être [...] un obstacle à la beauté, en est au contraire la source plus féconde. » D'où l'opportunité d'un « mécanisme de composition » propre à imprimer des conditions de régularité et de simplicité dans la figure du projet. Celui-ci se réduit à un art combinatoire qui instrumente au moyen de « formules graphiques » sur un espace tramé où gisent, préformées, « un petit nombre de combinaisons horizontales ». L'assujettissement de la distribution à un réseau ramène la pédagogie à des procédés expéditifs conformes aux exigences de l'enseignement polytechnique. La détermination des formes procède ainsi de la répétition économique d'assemblages ordonnés ; un tel parti communique avec un modelage contemporain d'activité sociale : la répétition est, en effet, l'un des motifs essentiels de la composition du système industriel, c'est-à-dire un mode d'exploitation de l'homme tel que s'accomplissent la division du travail, la normalisation des gestes techniques et la production de série. La méthode de projeter, selon Durand, si elle est fondée sur des stéréotypes de l'ordre naturel, s'offre comme une illustration emblématique du mode de production industriel. Si son système se prête aux interminables développements qui hantent les rêves de l'académisme, il se déploie dans l'espace abstrait de la planification et de l'économie, ascétique quant aux valeurs expressives, son rationalisme structural exténue le caractère mélodique de l'architecture qu'il soumet aux contraintes de la normalisation.

—  Jacques GUILLERME

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DURAND JEAN NICOLAS LOUIS (1760-1834)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_38467

INDUSTRIELLE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Françoise HAMON
  • , Universalis
  •  • 4 844 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « À la recherche d'une nouvelle rationalité technique : le temps des ingénieurs »  : […] La révolution industrielle anglaise provoque, dans ces deux domaines essentiels, celui de la métallurgie et celui du textile, l'apparition de nouvelles conceptions de l'espace de production : le textile mill (usine textile fonctionnant avec la force hydraulique), qui permet d'améliorer à la fois la transmission de l'énergie et la surveillance des travailleurs, consiste en un bloc de trois, quatre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-industrielle/#i_38467

RATIONALISTE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis AVRIL
  •  • 4 313 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'apport doctrinal français au XIXe siècle »  : […] Jean Nicolas Louis Durand (1760-1834) produira le premier une doctrine extrémiste, favorable aux seules visées utilitaires de l'architecture. Considérée à la fois comme « une science et un art », celle-ci « ne peut avoir pour but l'agrément mais bien l'utilité ». Durand rédigera pour les futurs ingénieurs de la jeune École polytechnique un Précis des leçons d'architecture (1802-1805) dont le radi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-rationaliste/#i_38467

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « DURAND JEAN NICOLAS LOUIS - (1760-1834) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-nicolas-louis-durand/