MÉLENCHON JEAN-LUC (1951- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dissident

La carrière de Jean-Luc Mélenchon s'accorde enfin à un investissement organisationnel national fort et son engagement partisan reflète assez bien les tensions internes de la vie des organisations de gauche. Jean-Luc Mélenchon fut en effet d'abord membre du conseil national et du bureau national du Parti socialiste, avant de devenir le cofondateur d'un « courant », celui de la Gauche socialiste, puis le promoteur d'une « sensibilité », appelée Trait d'union. En novembre 2008, il franchit le pas et fonde un nouveau parti : le Parti de gauche. En s'appuyant sur les analyses classiques d'Albert Hirschman (Exit, Voice and Loyalty, 1970), on serait tenté de penser que tout se passe comme si, dans un premier temps, Jean-Luc Mélenchon avait cherché à faire preuve de loyauté en demeurant membre du Parti socialiste tout en faisant entendre une voix discordante, avant de se résigner à opter pour « l'exit », la sortie de cette organisation, afin d'en créer une nouvelle plus ajustée à ses attentes, c'est-à-dire non seulement à son souci de défendre une cause politique résolument ancrée à gauche, mais également à des ambitions politiques personnelles clairement assumées. Aux élections européennes de juin 2009, il est élu député du Front de gauche, une alliance électorale entre le Parti de gauche et le PCF qui leur permet de remporter 6,47 % des voix et d'obtenir quatre sièges. Cette même alliance obtient 6,1 % des voix plus tard, lors du premier tour des élections régionales de mars 2010. Conforté par ces succès, Jean-Luc Mélenchon est le candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle de 2012. À l’issue d’une campagne où son talent de tribun républicain est remarqué, il arrive en quatrième position au premier tour, obtenant 11,1 % des voix. Fort de ce résultat encourageant, il affronte, lors des législatives de juin 2012, Marine Le Pen, présidente du Front national, dans la circonscription d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), mais échoue dès le premier tour. Continuant à promouvoir le Front de gauche, malgré les tiraillements entre le Parti de gauche et le PCF (qui s’opposent notamment sur la question de l’alliance avec le PS aux municipales de 2014), Jean-Luc Mélenchon s’emploie alors à incarner l’opposition de gauche à la politique de François Hollande. Il démissionne de la coprésidence du Parti de gauche en août 2014, mais continue par ses prises de position publiques à entretenir son image médiatique de figure de proue de la gauche de la gauche française. Il annonce en février 2016 sa candidature à l’élection présidentielle de 2017 « hors cadre des partis », créant pour l’occasion un mouvement citoyen, La France insoumise (LFI). Ne pas avoir participé à la primaire de la gauche, en janvier 2017, lui donne une grande liberté dans la conduite de sa campagne. Après une remontée dans les sondages dans les dernières semaines avant le scrutin, il termine à la quatrième place du premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017, avec 19,6 % des voix. Dans la foulée de ce résultat, Jean-Luc Mélenchon est élu en juin 2017 député des Bouches-du-Rhône.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en science politique à l'université de Paris-X-Nanterre, membre du Groupe d'analyse politique

Classification

Autres références

«  MÉLENCHON JEAN-LUC (1951- )  » est également traité dans :

FRANCE - L'année politique 2020

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 6 732 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des oppositions sans souffle »  : […] Les restrictions imposées par le confinement, les règles sanitaires et l’interdiction des réunions publiques ne sont guère propices au déroulement du débat politique, qui se déplace vers les réseaux sociaux ou des réunions à distance aux effectifs limités, ce qui ne facilite pas la restructuration des forces politiques. La question sanitaire, omniprésente, détourne l’opinion des autres sujets. Les […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2019

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 679 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une gauche éclatée »  : […] Les mauvais résultats de la liste soutenue par le PS aux élections européennes, la division de la gauche dite de gouvernement et les positions jusqu’au-boutistes de LFI interdisent pour l’instant à la gauche d’affronter avec succès de nouvelles échéances électorales. L’effondrement de LFI dans les urnes et dans les sondages est indubitable. Sans doute le parti subit-il en partie les conséquences d […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2017

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 5 347 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une année électorale hors norme »  : […] Le contexte dans lequel se déroule l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai 2017 est exceptionnel à plusieurs égards. Dès le mois de janvier, les deux grands partis de gouvernement, le PS et Les Républicains, rencontrent des difficultés inédites. Parues le 25 janvier, les premières révélations contenues dans un article du Canard enchaîné sur François Fillon, le candidat des Républicains, […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2016

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 160 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La gauche en quête d’un second souffle »  : […] Les turbulences qui secouent la gauche sont indissociables de celles qui touchent le gouvernement. Le lancement par Emmanuel Macron, en avril, de son mouvement En marche !, présenté comme devant transcender le clivage traditionnel gauche-droite, rendait à brève échéance sa présence au gouvernement difficile à assumer. Après plusieurs mois d’incertitudes, marqués par une opposition sourde à la poli […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2015

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 371 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une majorité en attente »  : […] Du côté de la majorité, l’année 2015 semble marquée par l’attentisme. Le Parti socialiste continue de pâtir de ses divisions internes et de l’impopularité de l’exécutif, ce qui limite son champ d’action. Plusieurs personnalités importantes quittent Europe Écologie-Les Verts, dont Jean-Vincent Placé et François de Rugy, respectivement président et coprésident des groupes parlementaires E.E.-L.V. d […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 311 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une majorité turbulente »  : […] Contribuant au climat de défiance qui entoure le travail du gouvernement, la majorité n’hésite pas à manifester son incompréhension. Des divergences s’expriment de plus en plus au sein du Parti socialiste. Son premier secrétaire, Harlem Désir, n’impose pas son autorité au parti, ce qui lui interdit de jouer son rôle naturel de force de proposition. Certains socialistes n’hésitent pas à demander u […] Lire la suite

FRANCE - Les élections présidentielle et législatives de 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 001 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une campagne tentée par un certain radicalisme »  : […] Suscitant la controverse jusqu'au sein de son propre camp, Nicolas Sarkozy, influencé en cela par son conseiller venu de l'extrême droite, Patrick Buisson, et par son ministre de l'Intérieur, Claude Guéant – qui, en pleine campagne électorale, lança un débat sur les valeurs respectives de chaque civilisation –, effectue une campagne assez marquée à droite. Cette tendance s'accentue au cours des de […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2011

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 622 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La gauche entre succès et discorde »  : […] L'année 2011 fut marquée en politique par un succès évident du P.S., qui ressemblait à un pari. Alors que peu d'analystes imaginaient qu'elle allait mobiliser plus d'un million de citoyens déclarant partager les valeurs de la gauche, la désignation du candidat socialiste à l'élection présidentielle par des électeurs se qualifiant ainsi devait mobiliser près de trois millions de votants aux deux t […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2010

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 575 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les nouveaux troubles de la gauche »  : […] Alors que la fin de l'année 2009 et le début de 2010 avaient pu sembler traduire une certaine accalmie dans les relations internes du Parti socialiste (P.S.) et un leadership accru de la première secrétaire Martine Aubry, deux types de conflit ont réapparu au milieu de l'année. Le premier est celui, traditionnel, des querelles de personnes, avivé par l'approche de la présidentielle. Alors que Fr […] Lire la suite

GAUCHE SOCIALISTE EN FRANCE DEPUIS 1945

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 10 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « François Hollande et le « socialisme de l’offre » »  : […] Au cours de sa campagne, François Hollande a alterné propositions marquées à gauche pour neutraliser son rival, l’ancien socialiste Jean-Luc Mélenchon, et signaux de réalisme économique envoyés aux « marchés » et à l’électorat modéré – l’un des enjeux du scrutin étant de séduire les 18,57 p. 100 d’électeurs qui avaient voté François Bayrou en 2007. Dans son discours du Bourget de janvier 2012, le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric PHÉLIPPEAU, « MÉLENCHON JEAN-LUC (1951- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-luc-melenchon/