TRINTIGNANT JEAN-LOUIS (1930-2022)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un jeune homme timide

Né à Piolenc (Vaucluse), le 11 décembre 1930, Jean-Louis Trintignant est le fils d'un industriel, maire SFIO puis radical-socialiste, résistant et incarcéré pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est aussi le neveu du coureur automobile Maurice Trintignant, dont il rêvera un temps de suivre les traces. Durant ses études secondaires, il se passionne pour la littérature, surtout la poésie, et en particulier Jacques Prévert. Sa mère l’emmène fréquemment au théâtre. Il commence, sans passion, des études de droit à Aix-en-Provence mais, en 1949, une représentation de L'Avare par Charles Dullin l'incite à « monter à la capitale ». Il n’y suivra pas les cours de Dullin, qui meurt cette même année. Malgré une timidité maladive et un accent du Midi prononcé, il débute au théâtre en 1951 à Paris. Deux ans plus tard, il est remarqué dans Responsabilité illimitée, pièce de Robert Hossein sur l’antisémitisme. Le jeune Trintignant correspond parfaitement au personnage : « Un adolescent silencieux, buté, fermé. » La carrière de réalisateur de cinéma le tente un moment et il fait un bref passage à l'IDHEC. Il apparaît en 1956 dans Si tous les gars du monde, de Christian-Jaque, et dans La Loi des rues, de Ralph Habib. Après le succès que connaît Et Dieu créa la femme, puis deux années de service militaire en Algérie dont il conserve un souvenir atroce, il revient au théâtre dans le rôle d'Hamlet. C'est encore Vadim qui lui donne une nouvelle chance au cinéma avec son adaptation des Liaisons dangereuses (1959), où il campe le personnage du naïf chevalier Danceny. Dès lors, il interprétera quelque cent trente films et téléfilms de genres très variés. Il travaille essentiellement en France, mais fréquemment aussi en Italie à partir de 1969 avec Valerio Zurlini pour Un été violent, puis Le Désert des Tartares ( 1976), ainsi que Dino Risi (Le Fanfaron, 1962), Bernardo Bertolucci (Le Conformiste, 1970), Luigi Comencini (La Femme du dimanche, 1976), Ettore Scola (La Terrasse, 1980 ; Passion d'amour, 1981 ; La Nuit de Varennes, 1982).

Avec Anouk Aimée, il forme le couple pathétique et émouvant d'Un homme et une femme, emporté dans le tourbillon de la mise en scène, alors très surprenante, de Claude Lelouch. Le film recueille un immense succès et obtient la palme d'or du festival de Cannes en 1966. Jean-Louis Trintignant devient une star du cinéma français. Il travaille fréquemment avec Lelouch (Le Voyou, 1970 ; Viva la vie, 1984 ; Partir, revenir, 1985 ; Un homme et une femme, vingt ans déjà, 1986). Mais c'est un autre type de jeu, entièrement soumis à l'image et dénué de toute psychologie – dans le prolongement esthétique du « nouveau roman » – qu'il adopte dans les expérimentations teintées d'érotisme glacé d'Alain Robbe-Grillet : Trans-Europe-Express (1966), L'Homme qui ment (1968), Glissements progressifs du plaisir (1974), Le Jeu avec le feu (1975). Lorsque, dans le sillage de Mai-68, le cinéma français se politise, Trintignant incarne, entre autres, le « petit juge » qui dévoile la trame d'un assassinat politique dans Z, de Costa-Gavras (1969) ou le journaliste manipulé de L'Attentat, d'Yves Boisset (1972), inspiré de l'affaire Ben Barka. Naïf banquier entré en rébellion dans L'Argent des autres, de Christian de Chalonge (1978), il interprète tout aussi bien un extrémiste de droite dans Le Combat dans l'île (1962), d'Alain Cavalier. Il se coule également à merveille dans les fictions à double fond qu'imagine Michel Deville (Le Mouton enragé, 1974 ; Eaux profondes, 1981).

Jean-Louis Trintignant a été peu employé par les cinéastes de la nouvelle vague, mais toujours à bon escient. Ce fut d’abord par deux précurseurs du mouvement, Georges Franju, dans Pleins Feux sur l'assassin (1961), et Alexandre Astruc, dans La Longue Marche (1966). Il interprète un subtil marivaudage de Jacques Doniol-Valcroze, Le Cœur battant (1960), puis Claude Chabrol fait de lui l'enjeu de deux femmes aux amours lesbiens (Les Biches, 196 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  TRINTIGNANT JEAN-LOUIS (1930-2022)  » est également traité dans :

AUDRAN STÉPHANE (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 650 mots
  •  • 1 média

Née Colette Dacheville le 8 novembre 1932 à Versailles, Stéphane Audran suit les cours d’art dramatique de Tania Balachova, Charles Dullin, Michel Vitold et René Simon. Elle épouse en 1954 Jean-Louis Trintignant, son condisciple du cours Simon, avec qui elle débute sur scène, en 1955, dans La Tragédie des Albigeois de Maurice Clavel et Jacques Panijel. Après deux autres pièces, sa carrière au thé […] Lire la suite

MA NUIT CHEZ MAUD, film de Éric Rohmer

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 952 mots

En 1969, la Nouvelle Vague est déjà loin. Éric Rohmer (1920-2010), chef de file des « jeunes turcs » des Cahiers du cinéma , a totalement manqué son entrée dans la carrière de réalisateur avec un film très personnel, Le Signe du lion (1962), qui n'est distribué que confidentiellement dans les ciné-clubs. Ancien professeur de lycée, il est contraint de se replier sur la télévision scolaire et réal […] Lire la suite

Z, film de Constantin Costa-Gavras

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 913 mots

Après avoir été l'assistant d'Yves Allégret, de René Clair et de Jacques Demy, Costa-Gavras, né en 1933 à Athènes, réalise deux films : l'un policier, Compartiment tueurs , en 1965, et l'autre sur la Résistance, Un homme de trop , en 1967. À trente-cinq ans, il entreprend Z , un film pour lequel il peine à trouver une maison de production. En 1966, un scénario dépeignant le climat politique tendu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « TRINTIGNANT JEAN-LOUIS - (1930-2022) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-trintignant/